Jiddu Krishnamurti : les contributions de cet important phisolophe indien

Jiddu Krishnamurti était un chef spirituel du XXe siècle qui nous a enseigné la valeur de la connaissance de soi, du vide mental et du détachement des dogmes.
Jiddu Krishnamurti : les contributions de cet important phisolophe indien

Dernière mise à jour : 17 août, 2022

Jiddu Krishnamurti était un conférencier, écrivain et philosophe spirituel indo-américain renommé qui a abordé divers sujets, tels que la révolution mentale, la nature de l’esprit, les relations humaines, le but de la méditation et le vide mental comme moyen d’apporter des changements positifs à la fois au niveau individuel et au niveau collectif.

Sa maxime était de défendre la pleine libération de l’homme et du monde par la connaissance de soi et le détachement des dogmes, des religions, des castes et des positions politiques. Nous vous présentons ici sa biographie et les contributions qu’il a apportées à la pensée philosophique du XXe siècle.

La biographie de Jiddu Krishnamurti

Jiddu Krishnamurti est né le 11 mai 1895 dans la ville de Madanapelle, État moderne actuel de l’Andhra Pradesh, dans le sud colonial de l’Inde. Il était le huitième de onze frères et sœurs ; seulement 6 ont atteint l’âge adulte.

Son père se nommait Jiddu Narayaniah, qui travaillait comme fonctionnaire dans l’administration britannique. Sa mère se nommait Sanjeevamma, et disait avoir des pouvoirs psychiques, des visions et la capacité de voir les auras des gens.

Jiddu Krishnamurti adorait sa mère, donc sa mort – alors qu’il n’avait que 10 ans – a représenté un coup dur. Cependant, la conviction que sa mère a rencontré les esprits l’a aidé à faire face à la perte et à sentir que, d’une certaine manière, elle était toujours avec lui.

Krishnamurti était un enfant sensible et maladif. Ceux qui l’ont connu ont affirmé qu’il était aussi « paresseux et rêveur ». Dans son enfance, il n’a jamais excellé dans les études et ses professeurs le considéraient comme un handicapé intellectuel.

Société Théosophique.
L’un des membres de la Société Théosophique a reconnu Krishnamurti comme un maître spirituel.



Le “professeur mondial” et la Société Théosophique

Fin 1907, le père de famille, Jiddu Narayaniah, se retire de ses fonctions administratives. Ce fait, ajouté aux ressources limitées dont il disposait, l’oblige à demander un emploi au siège de la Société Théosophique, situé dans la ville d’Adyar.

La directrice de l’entité, Annie Besant, décide de lui confier un poste d’assistante du “secrétaire de la section ésotérique” après deux ans d’insistance de l’homme. Par conséquent, en janvier 1909, Jiddu Naraniah déménage avec ses quatre enfants dans une petite cabane à l’extérieur de l’enceinte de la Société.

En avril 1909, Charles Webster Leadbeater, un membre influent de la Société Théosophique, rencontre Krishnamurti à la rivière Adyar et est émerveillé par “la plus merveilleuse aura qu’il n’ait jamais vue, sans une particule d’égoïsme”.

À partir de là, Leadbeater est devenu convaincu que le garçon deviendrait un enseignant spirituel et un grand orateur. Mais pas seulement cela, il croyait aussi que Jiddu Krishnamurti n’était ni plus ni moins que le “véhicule du Seigneur Maitreya”, une entité spirituelle avancée de la doctrine théosophique qui apparaît périodiquement sur Terre en tant qu’enseignant mondial pour guider l’évolution de l’humanité.

Convaincue par les affirmations de Leadbeater, Annie Besant réussit à faire sortir Jiddu Krishnamurti et son jeune frère Nitya (considéré comme son guide spirituel) de leur domicile parental et au siège de la Société Théosophique.

De là, les deux frères sont élevés et éduqués sous la tutelle de Besant et Leadbeater. Plus tard, en 1911, ils se rendent en Angleterre où ils y resteront dix ans, poursuivant leurs études et menant une vie ostentatoire.

L’éveil spirituel de Jiddu Krishnamurti

En 1912, Jiddu Krishnamurti voyage avec son frère Nitya en Californie, aux États-Unis, où il établit sa résidence, estimant que le climat du lieu était le plus propice à la santé de son frère, qui souffre de tuberculose.

Dès lors, le jeune Krishnamurti commence à vivre un éveil spirituel qu’il baptise lui-même « le processus ». Ce processus se caractérise par des épisodes de douleur physique intense, des pertes de conscience et des visions qui le conduisent dans la forêt indienne où il parle de la présence d’êtres puissants, dont Bouddha, Maitreya et d’autres maîtres de la hiérarchie occulte.

Ces symptômes vont et viennent. Et une fois disparus, Krishnamurti se retrouve avec une sensibilité mentale accrue. À ce sujet, Nitya a affirmé qu’une vidange de la conscience de son frère était évidente, ainsi que des moments où il ressentait une grande présence.

En tant que futur enseignant du monde, Krishnamurti a maintenu un programme de voyages dans différents pays, notamment en relation avec les conventions de la Société Théosophique. Lorsque ses expériences ont été rendues publiques, un tollé a éclaté parmi les adeptes de la Théosophie.

Il était toujours accompagné de son frère. Cependant, le 13 novembre 1925, au milieu d’une tempête, Nitya est mort, ce qui a anéanti Krishnamurti. Son frère était pour lui sa seule famille et son fidèle compagnon depuis qu’il avait été séparé de son père.



Rompre avec la Société Théosophique

Ses récentes expériences d’éveil spirituel, ajoutées à la mort de son frère, éloignent Jiddu Krishnamurti de la Société Théosophique. De nouveaux concepts apparaissent dans leurs entretiens, discussions et correspondances, ainsi qu’un vocabulaire évolutif qui s’affranchit progressivement de la terminologie théosophique.

Sa nouvelle direction a atteint son apogée en 1929 lorsqu’il a rejeté les tentatives de Leadbeater et Besant de continuer l’Ordre de l’Étoile (une organisation qui avait été créée en 1911 pour soutenir Krishnamurti en tant que futur Messie).

Son argument était que la vérité n’a pas de direction définie, donc aucune religion ou secte ne peut nous y guider. De cette façon, celui qui avait été considéré jusque-là comme “Maître du Monde” proclamait qu’il ne voulait pas d’adeptes, mais de liberté.

De même, il a défendu que pour être vraiment libre, personne ne pouvait rester enfermé dans une croyance fixe.

« La vérité, étant illimitée, inconditionnée, inaccessible par aucun chemin, ne peut être organisée ; aucune organisation ne devrait être formée pour guider ou contraindre les gens le long d’un chemin particulier.”

Jiddu Krishnamurti

Après la rupture avec la Société Théosophique, Jiddu Krishnamurti a soutenu qu’il n’avait aucune allégeance à aucune nationalité, caste, religion ou philosophie, et a passé le reste de sa vie à parcourir le monde en offrant sa philosophie.

Il a présenté des conférences sur les cinq continents et créé des fondations en Amérique, en Inde, en Espagne, au Royaume-Uni, entre autres, pour diffuser ses idéaux et dispenser une éducation.

Homme qui médite.
Au cours de sa carrière, Jiddu Krishnamurti a abordé plusieurs questions, telles que le but de la méditation.

Décès et cotisations

À l’âge de 90 ans, il a donné une conférence à l’ONU sur la paix et la conscience et a reçu la Médaille de la paix des Nations Unies en 1984. Jiddu Krishnamurti est décédé le 17 février 1986 d’un cancer du pancréas.

Aujourd’hui, ses partisans continuent de travailler par l’intermédiaire de fondations à but non lucratif en Inde, en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Ils supervisent également plusieurs écoles indépendantes basées sur les vues de Krishnamurti sur l’éducation.

“L’éducation n’est pas la simple acquisition de connaissances, ni la collecte et la corrélation de données, mais la perception du sens de la vie dans son ensemble.”

Jiddu Krishnamurti

Son héritage peut être trouvé dans ses livres et vidéos, qui sont pour la plupart des recueils de ses entretiens et discussions, dans lesquels Krishnamurti se concentre sur la cessation de l’activité mentale comme pensée pour arriver à des états de vide et d’observation dans lesquels il n’existe aucune identification.

Dans ces états, sans aucune action de recherche, la sensibilité et la capture des instants de vie sans interférence de l’esprit se produiraient. Cela transformerait complètement l’être humain dans sa relation avec lui-même et avec tout le reste. Mais pour que cela se produise, tout mouvement de pensée et tout processus d’identification devraient cesser.

Les dernières pensées de Jiddu Krishnamurti

Jiddu Krishnamurti était un philosophe spirituel qui voulait libérer le monde et l’homme des liens de l’esprit et des dogmes. Pour ce grand penseur, le travail intérieur et individuel sont des éléments fondamentaux pour atteindre la paix et la pleine liberté.

Cela pourrait vous intéresser ...
La glande pinéale : régulateur des cycles et oeil vestigial
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
La glande pinéale : régulateur des cycles et oeil vestigial

La glande pinéale referme bien des secrets, apprenez comment cette minuscule structure influence notre santé et notre bien-être.



  • Lavoie J. The Theosophical Society: The History of a Spiritualist Movement. Estados Unidos: Universal-Publishers; 2012.
  • Williams C. Jiddu Krishnamurti: World Philosopher (1895-1986) : His Life and Thoughts. India: Motilal Banarsidass Publ; 2004.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.