Journée mondiale de la pneumonie : nous devons lui accorder plus d'attention

La pneumonie est la maladie infectieuse la plus mortelle. Connaître les symptômes de cette maladie favorise une évaluation médicale en temps opportun et la prévention des complications.
Journée mondiale de la pneumonie : nous devons lui accorder plus d'attention
Mariel Mendoza

Rédigé et vérifié par la médecin Mariel Mendoza.

Dernière mise à jour : 13 novembre, 2022

La Journée mondiale de la pneumonie est célébrée le 12 novembre de chaque année. Sa célébration vise à accroître la visibilité de la pneumonie dans le but d’accroître les connaissances de chacun, y compris la population générale, sur ses risques et ses causes.

La pneumonie est une maladie infectieuse et inflammatoire qui peut être causée par plusieurs virus, bactéries ou champignons. Nous vous disons tout ici à ce sujet.

La célébration de la Journée mondiale de la pneumonie

La Journée mondiale de la pneumonie a été créée en 2009 par l’initiative Stop Pneumonia, dans le but d’accroître la visibilité et d’améliorer l’action mondiale contre cette maladie.

Cette année 2022, le slogan est « la pneumonie touche tout le monde ». Environ 2,5 millions de personnes, y compris des enfants et des adultes, meurent chaque année de pneumonie. Par conséquent, il est utile de rendre visible le problème et de diffuser du matériel médical sur sa prévention, son diagnostic et son traitement.

La Coalition mondiale contre la pneumonie infantile est un réseau d’organisations internationales (gouvernementales, non gouvernementales et communautaires), d’institutions universitaires et de recherche, de fondations et de quelques particuliers.

Cette organisation planifie des événements en commémoration de la Journée mondiale de la pneumonie pour attirer l’attention des professionnels de la santé, de la population en général, des personnes engagées dans la politique et de ceux qui soutiennent financièrement l’idée que cette maladie est un problème de santé publique.



[/atomik -lu-aussi ]

L’épidémiologie de la pneumonie

Journée mondiale de la pneumonie : nous devons lui accorder plus d'attention
Se faire vacciner contre la pneumonie est l’un des meilleurs moyens de prévenir la maladie.

La pneumonie représente la maladie infectieuse avec le taux de mortalité le plus élevé, étant la principale cause de décès chez les enfants de moins de 5 ans. À l’échelle mondiale, on estime que plus de 700 000 enfants meurent chaque année de cette maladie.

Cependant, par rapport à l’an 2000, on estime que le taux de mortalité chez les enfants a diminué d’environ 47 %. Cela a été possible grâce à la mise en œuvre de campagnes de vaccination, à l’amélioration de la nutrition et au diagnostic et au traitement en temps opportun.

Comprendre la pneumonie

La pneumonie est une maladie qui se caractérise par une inflammation du parenchyme des poumons secondaire à une infection causée par un germe. Il peut s’agir de bactéries, de virus ou de champignons et affecter un ou les deux poumons. En plus de la pneumonie infectieuse, il y a celle liée à l’inhalation de produits chimiques ou de substances toxiques.

La pneumonie communautaire est une cause très fréquente de morbidité et de mortalité, et la plupart de ses épisodes sont d’étiologie bactérienne. Ce type de pneumonie comprend toutes celles qui surviennent en dehors du cadre hospitalier.

Elle est le plus souvent associée à des bactéries

L’agent pathogène le plus fréquemment isolé dans la pneumonie est Streptococcus pneumoniae. Il est suivi en fréquence par certains micro-organismes, tels que Haemophilus influenzae, Mycoplasma pneumoniae, Chlamydophila pneumoniae, et des virus respiratoires : virus respiratoire syncytial, adénovirus, rhinovirus et virus de la grippe. Actuellement, l’agent de la COVID-19 est inclus parmi ses cas.

Chez les enfants de moins de 2 ans, la pneumonie associée à une infection virale est plus fréquente que celle associée à une infection bactérienne. Les cas les plus graves sont généralement liés à Staphylococcus aureus, aux bâtonnets gram-négatifs et à Legionella spp.

L’aspect clinique

Pour prévenir un rhume chez un bébé, l'allaitement doit être encouragé
L’allaitement maternel exclusif pendant les 6 premiers mois de la vie aiderait à prévenir la pneumonie.

Dans la pneumonie, il existe une inflammation de l’espace alvéolaire à l’extrémité des voies respiratoires. Pour cette raison, il existe une altération des échanges gazeux qui peut entraîner une diminution de la disponibilité de l’oxygène dans le sang et les tissus.

Son évolution est aiguë, avec malaise, fièvre, frissons, essoufflement, augmentation du nombre de respirations par minute ou du temps expiratoire, présence d’expectoration avec mucus et, parfois, augmentation du rythme cardiaque par minute.



[/atomik -lu-aussi ]

L’hypoxie (diminution de la concentration en oxygène dans le sang) peut accompagner la pneumonie. Les symptômes ont tendance à être confondus avec ceux de la bronchite. Le diagnostic commence du point de vue clinique avec l’anamnèse et l’examen physique. L’oxymétrie doit être incluse pour surveiller la concentration d’oxygène.

Pour confirmer le diagnostic, une radiographie pulmonaire est nécessaire, pour identifier la présence d’infiltrats pulmonaires. De plus, une analyse de laboratoire basique (CBC avec numération des globules blancs) est utilisée pour initier un traitement empirique. Parfois, la culture de gram et d’expectoration est indiquée.

Un traitement rapide est essentiel

Il n’est pas possible de confirmer l’origine étiologique de l’infection uniquement par des constatations cliniques et radiologiques ; des études complémentaires sont généralement nécessaires. Cependant, une antibiothérapie empirique (utilisation d’antibiotiques à large spectre) est généralement instaurée.

Les antécédents de voyage ou d’exposition à des maladies endémiques permettent de suspecter ou de prédire l’étiologie. La gestion antibiotique est le traitement de choix.

De plus, il est recommandé à toute personne atteinte de pneumonie de se reposer, de s’hydrater adéquatement et de contrôler et gérer la fièvre au besoin. Lorsque l’étiologie spécifique est connue, un antibiotique ciblé est utilisé.

Les facteurs de risque associés

Les personnes les plus à risque de contracter une pneumonie sont celles de plus de 65 ans et celles de moins de 2 ans, ou celles qui ont d’autres problèmes de santé concomitants.

Les autres facteurs de risque associés sont la présence de pneumonies récurrentes, de maladies chroniques (cardio-respiratoires, immunitaires ou neuromusculaires), l’exposition directe ou indirecte à la fumée de tabac et aux polluants environnementaux, le surpeuplement, la non-vaccination et, dans le cas des enfants, l’absence de l’allaitement, ainsi que la prématurité et l’insuffisance pondérale à la naissance.

Les personnes les plus vulnérables à la maladie, ainsi qu’à ses complications, se trouvent dans les pays à faible revenu d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine.

La clé de la lutte contre la pneumonie est la prévention

La Journée mondiale de la pneumonie vise à éduquer et à responsabiliser les familles dans la prévention et le diagnostic précoce de la maladie, en plus d’améliorer le système de santé.

En cas d’infection, la résolution dépend d’un bon traitement. Les vaccins peuvent prévenir les décès dus à la pneumonie, tout comme l’allaitement maternel exclusif pendant les six premiers mois de la vie, une bonne nutrition, la décontamination de l’air, le lavage des mains et l’accès à l’eau potable.

Les principales mesures de prévention comprennent le traitement du tabagisme et la promotion de programmes de vaccination antigrippale et antipneumococcique auprès des populations à risque.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les différences entre une bronchite et une pneumonie
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Les différences entre une bronchite et une pneumonie

La bronchite est, comme son nom l'indique, une affection des bronches. Nous vous invitons ici à découvrir ce qui la différencie de la pneumonie.