Vaccins contre les allergies : questions et réponses

26 décembre 2019
Les vaccins contre les allergies ne concernent pas tous les types d'allergies. Généralement, ils constituent un traitement sûr et efficace pour contrôler les réactions allergiques. Ils doivent être administrés au sein d'un centre médical, puisque dans certains cas, ces vaccins ont des effets indésirables.

Les vaccins contre les allergies représentent un des traitements disponibles pour remédier aux réactions allergiques. Parfois, ils soulagent les symptômes, et d’autres fois, ils les éliminent complètement, sans qu’ils ne réapparaissent une fois le traitement terminée.

Tout le monde ne peut pas recevoir ces vaccins contre les allergies, et il n’existe pas non plus de vaccins disponibles contre toutes les formes d’allergies. L’immunothérapie est un champ d’études en plein développement. Quoi qu’il en soit, à ce jour, de nombreux mythes circulent au sujet de ces vaccins, mais aussi au sujet d’autres.

Afin d’éviter les erreurs et les malentendus, dans cet article, nous vous présentons les principales questions et réponses liées aux vaccins contre les allergies.

Que sont les allergies ?

L’allergie est une réaction adverse qui se produit lors de l’ingestion ou de l’entrée en contact avec certaines substances qui n’affectent pas la plupart des gens. De telles substances, appelées allergènes, donnent lieu à une réaction démesurée du système immunitaire et cela, à son tour, génère différents effets.

Les allergies peuvent être légères ou sévères. En cas de réaction allergique plus grave, on parle d’anaphylaxie. Cette dernière se déclenche très rapidement et ses symptômes sont potentiellement mortels. Le nombre de substances qui peuvent provoquer des réactions allergiques est très élevé.

Les vaccins contre les allergies : qu’est-ce que c’est ?

Les vaccins contre les allergies s'administrent dans la partie supérieure du bras

Les vaccins contre les allergies sont une modalité de traitement contre les allergies. Leur objectif est de réduire ou d’éliminer l’hypersensibilité d’une personne à ces substances qui produisent la réaction allergique lorsqu’il n’est pas possible de cesser d’entre en contact avec elles.

Les vaccins conte les allergies aident l’organisme à développer une immunité face aux éléments qui génèrent la réaction allergique. On a recours à l’immunothérapie lorsque d’autres traitements ou mesures ne sont pas suffisants pour traiter le problème.

A voir : Savez-vous quand désintoxiquer votre organisme ?

Comment les vaccins agissent-ils ?

Les vaccins contre les allergies contiennent une petite quantité de l’allergène qui provoque la réaction adverse. Cet allergène se trouve sous sa forme purifiée dans le vaccin. Une fois l’injection réalisée, l’organisme produit des anti-corps, qui permettent d’éviter la réaction allergique.

Peu à peu, on augmente la dose, jusqu’à ce que, dans le meilleur des cas, l’organisme devienne immunisé contre l’allergène. Généralement, il faut attendre entre 3 et 5 ans avant que les symptômes ne diminuent visiblement ou qu’ils ne disparaissent.

Comment les vaccins contre les allergies s’administrent-ils ?

Généralement, les vaccins contre les allergies s’injectent dans la partie supérieure du bras. Le traitement inclut 2 phases :

  • La première phase est l’étape d’accumulation : on administre le vaccin entre 1 et 3 fois par semaine, sur un période durant entre 3 et 6 mois
  • La seconde phase est l’étape de maintien, qui dure entre 3 et 5 ans : lors de cette phase, l’injection se fait une fois par mois ou toutes les 6 semaines. Le médecin évaluera les symptômes pour déterminer quand arrêter le traitement

Quels types de vaccins contre les allergies existe-t-il ?

Il n’existe pas de vaccins contre tous les types d’allergènes. On ne recommande pas l’application de vaccins dans le cas d’allergies alimentaires, par exemple. L’efficacité des vaccins a été prouvée dans les cas d’allergies saisonnières, d’allergies provoquées par des allergènes intérieurs (acariens, moisissure, cafards ou poils d’animaux) ou encore par ceux produits par les piqûres d’insectes.

Découvrez donc : Comment en finir facilement avec les cafards ?

Dans quels cas recommande-t-on le recours aux vaccins contre les allergies ?

Il existe des vaccins contre les allergies

Les vaccins ne s’appliquent que sur des personnes qui ont une allergie diagnostiquée via des tests de sensibilisation. Ils ne sont pas recommandés dans les cas suivants :

  • Enfants de moins de 5 ans et femmes enceintes
  • Patients souffrant d’asthme sévère ou d’une affection cardiaque grave
  • Personnes qui prennent certains médicaments, et plus particulièrement des bêta-bloquants
  • Personnes qui ont des réactions adverses au vaccin

Les vaccins ne sont recommandables que si les autres traitements ne fonctionnent pas. Et également dans les cas d’allergie aux insectes, par exemple.

Ont-ils des effets secondaires ? Sont-ils sûrs pour la santé ?

La plupart des personnes n’ont pas de problèmes particuliers lorsqu’elles reçoivent des vaccins contre les allergies. Cependant, certaines personnes, elles, présentent des réactions adverses. Parfois, se produisent des réactions locales de rougissement, d’irritation ou d’inflammation dans la zone où le vaccin a été fait. Or, ces réactions disparaissent généralement en peu de temps.

Aussi, il y a les cas où se produisent des réactions systémiques, avec congestion nasale, éternuements ou urticaire. Parfois, la gorge s’inflamme et apparaissent des sifflements ainsi qu’une sensation d’oppression au niveau de la poitrine. Dans les cas les plus graves, et plus rares, on peut faire face à l’anaphylaxie. Le vaccin doit toujours être appliqué lors d’une consultation médicale.

Quels résultats peut-on attendre ?

Généralement, on note une amélioration modérée lors de la première année de traitement. Cette amélioration se fera plus notoire pendant la deuxième année. Dans la majorité des cas, au cours de la troisième année, il n’y a plus de symptômes, même si les injections s’interrompent.

Certaines personnes auront besoin de plus de temps et d’autres continueront à présenter des symptômes légers. Dans les cas d’allergies aux poils d’animaux, par exemple, il est nécessaire de continuer à éviter le contact.

 

  • Fernández-Caldas, E. (2001). Presente y futuro de la inmunoterapia. ALERGOLOGIA E INMUNOLOGIA CLINICA, 16, 6-12.
  • Porras, O. (2008). Vacunación: esquemas y recomendaciones generales. Acta Pediátrica Costarricense.
  • Posfay-Barbe, K. M., & Greenberg, D. P. (2007). Vacunación. In Atlas de Alergia e Inmunología Clínica. https://doi.org/10.1016/b978-848174943-4.50023-5