L'obésité réduit-elle l'espérance de vie ?

L'obésité réduit l'espérance de vie, car elle augmente le risque de souffrir d'une maladie grave comme le diabète, l'hypertension et le cancer. De plus, on sait aussi maintenant que le simple fait d'être obèse réduit l'espérance de vie.
L'obésité réduit-elle l'espérance de vie ?

Dernière mise à jour : 31 octobre, 2021

Diverses études ont montré que l’obésité réduit l’espérance de vie. Ces données sont inquiétantes si l’on tient compte du fait que le nombre de personnes obèses ou en surpoids dans le monde a considérablement augmenté ces dernières années.

Nous savons que l’obésité peut être à l’origine des maladies cardiovasculaires, du diabète et du cancer. L’OCDE – Organisation de coopération et de développement économiques – estime qu’il pourrait y avoir 95 millions de décès prématurés en raison d’un poids corporel excessif d’ici 2050.

Selon les estimations de cette organisation, le Mexique est le pays qui subira la réduction la plus sévère en raison de l’obésité. Suivent alors, dans l’ordre, la Russie, la Pologne, les États-Unis, le Japon et l’Inde. Aujourd’hui, une personne sur quatre est obèse.

L’obésité réduit l’espérance de vie

Actuellement, l’obésité est considérée comme une épidémie mondiale qui ne cesse de croître. On pense qu’environ 1,9 milliard d’adultes dans le monde souffrent de cette maladie. Du côté des enfants et des adolescents, le nombre est d’environ 340 millions.

L’obésité, en elle-même, devient un facteur de risque de nombreuses maladies. Parmi elles, nous pouvons citer les suivantes, qui entretiennent toutes un lien étroit :

  • Diabète de type 2. Actuellement, 8 personnes diabétiques sur 10 sont également en surpoids ou obèses.
  • Hypertension. C’est une maladie fréquente chez les personnes ayant un poids excessif.
  • Maladies cardiaques. Plusieurs d’entre elles présentent un risque de décès.
  • Accident vasculaire cérébral. L’hypertension est le principal facteur de risque.
  • Apnée du sommeil. Ce trouble augmente le risque de diabète de type 2 et de maladie cardiaque.
  • Syndrome métabolique. Il s’agit d’un ensemble de conditions qui augmentent le risque de maladie cardiaque, de diabète et d’accident vasculaire cérébral.
  • Maladie du foie gras. L’obésité augmente le risque de lésions hépatiques graves, de cirrhose ou d’insuffisance hépatique.
  • Arthrose. Le poids exerce une pression sur les articulations et le cartilage.
  • Problèmes de vésicule biliaire. Il existe un risque accru de développer des calculs biliaires et une cholécystite.
  • Maladie rénale. L’obésité favorise et accélère la maladie rénale.
  • Problèmes pendant la grossesse. Le risque de complication pendant la grossesse est plus important chez les femmes obèses.
  • Cancer. Certains types de cancer ont été associés au surpoids et à l’obésité.
Femme obèse.

Des études révélatrices

Une étude de la revue FMC publiée en 2013 a suivi pendant 40 ans 3 457 personnes obèses, dont 1 550 hommes et 1 907 femmes. Tous ont commencé à participer à l’étude entre 30 et 49 ans.

La recherche a conclu que l’obésité réduit l’espérance de vie. Elle indique que les hommes perdent environ 5,3 ans de vie, et les femmes, 7,1 ans. Si ces personnes fument également, la perte est de 6,7 ans chez les hommes et de 7,2 ans chez les femmes.

Une autre étude menée par le National Cancer Institute (NCI) des États-Unis et publiée en 2014 dans la revue PLOS Medicine a conclu que les personnes en surpoids  vivent entre 6,5 et 13,7 ans de moins que celles dont le poids est considéré comme sain.

Tour de ventre.

Le rapport de l’OCDE

L’OCDE a présenté en 2019 un rapport selon lequel le simple fait d’être en surpoids réduit l’espérance de vie d’environ trois à quatre ans. Elle ne parlait pas des personnes obèses, mais seulement de celles qui sont en surpoids.

Le rapport indique également que trois personnes obèses sur cinq vivent dans des pays riches. Parmi eux, ressortent les chiffres des États-Unis, où environ 40 % des adultes et 20 % des enfants ont un poids corporel excessif. Àu Royaume-Uni, trois personnes sur cinq sont en surpoids.

L’OCDE attire l’attention sur le fait que 50 % des personnes dans le monde ont une alimentation malsaine. 2 personnes sur 5 ne mangent pas assez de fruits et légumes, et 1 personne sur 3 ne fait pas assez d’exercice physique.

Cette organisation avertit que si cette situation ne change pas, 60 % des nouveaux cas de diabète seront causés par l’obésité dans les 30 prochaines années. Il en sera de même pour 18 % des maladies cardiovasculaires, 11 % des démences et 8 % des différents types de cancer.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le rôle de la mélatonine dans la gestion de l’obésité
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Le rôle de la mélatonine dans la gestion de l’obésité

Il semblerait qu'améliorer la qualité du sommeil soit fondamental dans l'obésité et que la mélatonine joue un rôle essentiel pour cela.



  • Orozco, P. (2013, abril 3). El sobrepeso y la obesidad reducen la esperanza de vida. Recuperado 22 de abril de 2020, de https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1134207203759556
  • Kitahara, C. M., Flint, A. J., Berrington de Gonzalez, A., Bernstein, L., Brotzman, M., MacInnis, R. J., Moore, S. C., Robien, K., Rosenberg, P. S., Singh, P. N., Weiderpass, E., Adami, H. O., Anton-Culver, H., Ballard-Barbash, R., Buring, J. E., Freedman, D. M., Fraser, G. E., Beane Freeman, L. E., Gapstur, S. M., Gaziano, J. M., … Hartge, P. (2014). Association between class III obesity (BMI of 40-59 kg/m2) and mortality: a pooled analysis of 20 prospective studies. PLoS medicine, 11(7), e1001673. https://doi.org/10.1371/journal.pmed.1001673
  • Moreno, G. M. (2012). Definición y clasificación de la obesidad. Revista Médica Clínica Las Condes, 23(2), 124-128.