Accident vasculaire cérébral (AVC) hémorragique : quels sont les risques ?

L'accident vasculaire cérébral hémorragique est une pathologie grave qui entraîne des séquelles importantes chez les personnes qui en sont victimes. Un diagnostic précis et rapide peut prévenir les complications et aider à la rééducation ultérieure.
Accident vasculaire cérébral (AVC) hémorragique : quels sont les risques ?

Dernière mise à jour : 15 octobre, 2021

L’attaque cérébrale hémorragique, ou accident vasculaire cérébral, est une cause majeure de décès et d’invalidité dans le monde entier. La prévention et le diagnostic précoce sont très importants pour éviter des conséquences néfastes. Voici quelques faits intéressants à connaître à ce sujet.

Qu’est-ce qu’un AVC hémorragique ?

Un AVC est un arrêt soudain de la circulation sanguine dans une zone du cerveau. Il peut se produire en raison de l’obstruction d’une artère ou d’une veine cérébrale, ce qui serait appelé un accident vasculaire cérébral ischémique, ou en raison de la rupture d’un vaisseau sanguin.

C’est ce cas de rupture de vaisseau que l’on appelle un accident vasculaire cérébral hémorragique. Les AVC hémorragiques ne représentent que 10 à 15 % de tous les AVC. Le vaisseau endommagé commence à saigner, produisant une hémorragie cérébrale, et le territoire après la rupture, qui recevait du sang et de la nourriture de ce vaisseau, se retrouve sans irrigation.

Le fait qu’une zone du cerveau soit laissée sans irrigation signifie que toutes les cellules qui composent ce tissu commencent à manquer d’oxygène et perdent leur capacité à fonctionner, pour finalement mourir. En outre, l’hémorragie elle-même comprime d’autres zones du cerveau, mettant également ces cellules en danger.

C’est pourquoi plus une zone est longtemps privée d’apport sanguin, plus les conséquences sont graves. Il est très important de pouvoir reconnaître rapidement les symptômes d’un AVC afin d’agir en conséquence et de minimiser le risque de séquelles.

L’accident vasculaire cérébral est une situation d’urgence dans laquelle les services de santé activent un protocole d’action. L’objectif est de la diagnostiquer et de la traiter le plus rapidement possible pour éviter de graves conséquences, voire le décès du patient.

IRM du cerveau.
Les AVC hémorragiques affectent la circulation cérébrale en raison de la rupture des vaisseaux sanguins.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes de l’AVC peuvent apparaître progressivement, mais le plus souvent, ils apparaissent brusquement et s’aggravent rapidement. Parmi eux, figurent les suivants :

  • Faiblesse d’une partie du corps ou perte de la capacité à la bouger
  • Perte de sensation ou sensation de picotement
  • Diminution ou perte partielle de la vision
  • Difficulté à parler
  • Incapacité à reconnaître ou à identifier des objets familiers
  • Maux de tête sévères et soudains
  • Vertiges
  • Perte de coordination
  • Difficulté à avaler
  • Sensation de sommeil, de somnolence ou même de coma
  • Confusion ou perte de mémoire

Les facteurs de risque de l’AVC hémorragique

L’AVC hémorragique survient le plus souvent chez les personnes dont les vaisseaux sanguins sont endommagés ou détériorés. Certains facteurs de risque sont permanents et d’autres dépendent du mode de vie de la personne. Voici quelques-uns des facteurs qui peuvent augmenter le risque d’hémorragie cérébrale :

  • Malformations des vaisseaux sanguins du cerveau, telles que les anévrismes cérébraux ou les malformations artério-veineuses. Ces troubles rendent les vaisseaux plus fragiles et plus enclins à se rompre.
  • Hypertension artérielle. Les personnes souffrant d’hypertension artérielle non contrôlée courent un plus grand risque de rupture d’un vaisseau, car les parois des vaisseaux sont soumises à une plus grande pression du sang qu’elles contiennent.
  • Tabagisme. Le tabagisme entraîne une perte d’élasticité des parois des vaisseaux sanguins, ce qui les rend plus susceptibles de se rompre au moindre changement.
  • Diabète. Les personnes atteintes de diabète ont également des vaisseaux sanguins endommagés et affaiblis.
  • Régime alimentaire malsain, surpoids et obésité.

Comme vous pouvez le constater, bon nombre de ces facteurs sont modifiables grâce à un mode de vie sain. Comme toujours, il est conseillé de faire de l’exercice physique et d’avoir une alimentation contrôlée en matière de graisses, d’alcool et d’autres substances nocives.

Homme ayant mal à la tête.
Un mal de tête sévère est souvent le signe d’un accident vasculaire cérébral hémorragique.

Ceci peut vous intéresser : 6 conseils pour prévenir un AVC

En cas d’AVC hémorragique, il faut agir rapidement

L’accident vasculaire cérébral est l’une des principales causes de décès, en particulier dans les pays développés. C’est également une cause majeure d’invalidité acquise.

Comme nous l’avons déjà mentionné, il est très important de reconnaître les signes d’un accident vasculaire cérébral le plus tôt possible. Et ce, afin de pouvoir prévenir çes séquelles.

Lorsque des mesures sont prises rapidement, même si une partie des tissus est morte, une partie peut se rétablir. Avec la rééducation, de nombreuses fonctions qui avaient été perdues reviennent à la normale. Il est donc essentiel de prévenir les services de santé d’urgence en cas de suspicion d’AVC.

Cela pourrait vous intéresser ...
La rééducation après un ictus
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
La rééducation après un ictus

L'ictus ou infarctus cérébral est une crise extrêmement dangereuse. Découvrez comment les patients peuvent récupérer après un tel événement.



  • Ictus hemorrágico: Comportamiento epidemiológico. (n.d.). Retrieved March 9, 2020, from http://scielo.sld.cu/scielo.php?pid=S0034-75232002000100002&script=sci_arttext&tlng=en
  • González-Henares, A., & Ripollés-Vicente, R. (2016). Incidencia y evitabilidad de los ictus hemorrágicos. www.neurologia.com
  • Martínez-Vila, E., & Irimia Correspondencia, P. (2000). Factores de riesgo del ictus Risk factors of the stroke CLASIFICACIÓN DE LOS FACTORES DE RIESGO. In ANALES Sis San Navarra (Vol. 23).