La dépression post-partum : ce que c’est et comment la traiter

15 novembre 2020
Bien que l'arrivée du bébé soit un moment passionnant, certaines mères peuvent éprouver un sentiment de tristesse intense. Comment reconnaître la dépression post-partum ? Découvrons-le ensemble.

Bien que l’arrivée du bébé soit un moment rempli d’émotions pour la famille, certaines mères peuvent se sentir envahies par un sentiment de tristesse inexplicable et intense qui dure plusieurs jours. On parle de dépression post-partum.

Selon une étude de l’Université autonome de Barcelone, ce type de dépression touche 10 à 15 % des femmes. En effet, le fait que la grossesse ait été désirée et planifiée n’empêche pas de souffrir de cet état. Il semble que la chute soudaine des hormones subie par l’organisme après la naissance du bébé puisse être un déclencheur clé de ses symptômes, mais pas le seul.

Cependant, le plus inquiétant pour les personnes souffrant de dépression post-partum est souvent le fait que les préjugés sociaux et familiaux sont remis en question, car malgré le fait que ce soit un problème commun, il y a encore beaucoup de gens qui n’y accordent aucune importance ou qui n’arrivent pas à le comprendre. C’est pourquoi de nombreuses femmes répriment leurs sentiments pour paraître bien et heureuses. Allons plus loin.

Qu’est-ce que la dépression post-partum ?

Une femme tenant son bébé.

La dépression post-partum est un trouble de l’humeur qui survient souvent après l’accouchement ou même deux à trois mois plus tard. Elle se caractérise par une tristesse extrême, un sentiment d’épuisement physique et mental, de l’anxiété et un malaise général qui peut durer de plusieurs semaines à plusieurs mois.

Au départ, ce trouble peut être confondu avec le baby blues, mais la différence est que dans la dépression post-partum, les symptômes sont plus intenses et plus durables et interfèrent avec la capacité à s’occuper du bébé et à accomplir les tâches quotidiennes.

En conséquence, les femmes éprouvent souvent de grandes difficultés à tisser des liens avec leurs enfants. Elles souffrent de pensées de dévalorisation et ont l’impression d’être de mauvaises mères.

De nombreuses femmes ont honte de ce qu’elles ressentent et ne demandent pas d’aide parce que la société considère la naissance d’un bébé comme un moment de joie et d’excitation. Cependant, il est important de garder à l’esprit qu’il n’y a pas de manière appropriée de traiter de la maternité. C’est pourquoi il est important de demander de l’aide lorsque nous ne nous sentons pas bien.

Vous pouvez être intéressée par : En quoi consiste la méthode Bonapace de préparation à l’accouchement ?

Symptômes de la dépression post-partum

Comme mentionné ci-dessus, il peut être difficile de déterminer s’il s’agit d’une dépression post-partum ou d’une simple réaction à la fatigue et au stress de la maternité. Cependant, lorsqu’un état de tristesse et de désespoir intense se produit, on peut commencer à envisager ce problème. Voici quelques uns des principaux symptômes :

  • Sentiments de tristesse, de vide et de désespoir
  • Pleurs intenses et prolongés sans savoir pourquoi
  • Perte d’intérêt pour les activités qui étaient auparavant agréables
  • Inquiétude excessive pour cette nouvelle phase
  • Incapacité à créer des liens avec le bébé
  • Difficulté à dormir la nuit et somnolence
  • Manque d’appétit ou, au contraire, trop d’anxiété face à la nourriture
  • Culpabilité ou inutilité excessives
  • Agitation ou paresse
  • Perte de concentration et difficulté à prendre des décisions
  • Irritation ou colère constante
  • Isolement social et familial
  • Perte d’intérêt pour les soins du bébé
  • Fatigue intense et difficulté à sortir du lit

Comment traite-t-on ce type de dépression ?

Une femme en dépression post-partum.

Il est difficile de déterminer combien de temps durera la dépression post-partum, bien que la plupart des cas s’améliorent en quelques semaines. Les médecins recommandent de prévoir le traitement à un stade précoce, sinon les symptômes risquent de se prolonger.

Ainsi, la dépression post-partum est traitée de la même manière que toute autre dépression. Toutefois, avant de recourir à des médicaments, des séances de thérapie psychologique sont suggérées, notamment lorsque la mère allaite.

La psychothérapie peut être développée individuellement ou en groupe. Si nécessaire, une thérapie familiale est recommandée pour travailler avec le couple ou certains parents proches.

De manière complémentaire, il faudra que la mère se repose bien et adopte une alimentation saine. La pratique constante d’habitudes saines contribue à améliorer l’humeur et à diminuer le risque de rechute.

Voir aussi : Le congé maternité, ou pourquoi devrions-nous valoriser les mères qui ont donné naissance

Stratégies de prévention de la dépression post-partum

Une mère et son bébé souriant.

Comme la dépression post-partum est causée par de multiples facteurs, il est difficile de dire si elle peut être évitée. Toutefois, en tenant compte de certains aspects avant et après l’accouchement, le risque peut être minimisé. En voici quelques exemples :

  • Prenez une bonne nuit de sommeil et essayez de vous reposer si nécessaire.
  • Cherchez à obtenir le soutien d’autres mères qui ont vécu la même situation.
  • Faites une promenade quotidienne et profitez d’exercices doux – marche ou étirement.
  • Ne faites pas de comparaisons avec d’autres personnes.
  • Simplifiez les tâches du foyer, ce n’est pas le moment pour un ménage de printemps.
  • Reportez les visites afin de vous reposer.
  • Mangez des aliments qui améliorent votre humeur.
  • Augmentez votre consommation d’eau et de liquides sains (jus, bouillons, infusions).
  • Passez un peu de temps avec votre partenaire.
  • Cherchez des distractions (faire des courses, regarder un film, dîner en famille).
  • Pratiquer des méthodes de relaxation et de respiration profonde.
  • Travailler sur l’estime de soi.
  • Résoudre les doutes sur la maternité.

Si vous pensez avoir certains des symptômes de la dépression post-partum, ne les ignorez pas ! Bien que vous craigniez d’être jugé, il est essentiel de demander de l’aide pour y faire face. Si vous supprimez ce que vous ressentez, cela peut s’aggraver avec le temps.

  • Instituto Nacional de Salud Mental. Información sobre la depresión posparto. https://www.nimh.nih.gov/health/publications/espanol/informacion-sobre-la-depresion-posparto/depresion-posparto-sp-15-8000_150352.pdf
  • Mayo Clinic. Depresión posparto. https://www.mayoclinic.org/es-es/diseases-conditions/postpartum-depression/diagnosis-treatment/drc-20376623
  • MedlinePlus. Depresión posparto. https://medlineplus.gov/spanish/ency/article/007215.htm