La fossette sacro-coccygienne : qu'est-ce et comment cela affecte-t-il le bébé ?

Les fossettes sacro-coccygiennes peuvent être une simple indentation de la peau ou être liées à des pathologies de développement dans certains cas. Nous vous expliquons tout ce que vous devez savoir et leurs implications.
La fossette sacro-coccygienne : qu'est-ce et comment cela affecte-t-il le bébé ?

Dernière mise à jour : 10 février, 2021

Certains bébés ont une petite échancrure dans le bas du dos. Cette zone est également appelée région lombaire ou région sacrée, car le sacrum est l’os qui s’y trouve. C’est pourquoi cette petite indentation est appelée la fossette sacro-coccygienne.

Cette fossette peut être un simple creux qui ne provoque aucune gêne ni aucun symptôme. Cependant, cette dépression est parfois reliée au canal rachidien, ce qui peut entraîner des problèmes du système nerveux. C’est pourquoi nous vous expliquons dans cet article tout ce que vous devez savoir à son sujet et comment il est traité.

Qu’est-ce qu’une fossette sacro-coccygienne ?

La fossette sacro-coccygienne chez un bébé.

Comme nous l’avons mentionné, une fossette sacro-coccygienne est une entaille ou une indentation qui apparaît dans le bas du dos. Elle est présente dès la naissance. Comme l’expliquent les spécialistes de la Clinique Mayo, elle est généralement située juste au-dessus du pli des fesses.

La plupart des fossettes de ce type sont inoffensives. Cependant, un certain pourcentage d’entre elles est associé au dysraphisme spinal. Selon un article paru dans Acta Pediatrica, le dysraphisme spinal fait référence à certaines anomalies congénitales qui provoquent une fermeture incomplète de certaines structures, comme la colonne vertébrale.

Il s’agit d’un groupe hétérogène de malformations qui entraînent une plus grande exposition du tissu neural. Dans cette même étude, les chercheurs affirment qu’entre 40 et 95 % des bébés atteints de dysraphisme spinal présentent une altération de la peau. Dans beaucoup de ces cas, cette altération peut être une fossette sacro-coccygienne.

Il est surtout important de suspecter que la fossette est dangereuse si elle est proche d’une touffe de poils ou s’il y a des changements de couleur de la peau à proximité. Le problème est que dans ces cas, en raison de l’altération neurale, il peut y avoir des altérations neurologiques, urinaires, rectales ou même orthopédiques. C’est pourquoi il est essentiel de les distinguer et de les traiter.

Types de fossettes sacro-coccygiennes

Une fossette sacro-coccygienne peut être typique ou atypique. C’est cette simple distinction qui nous permet de faire la différence entre une situation bénigne et quelque chose de grave. Une fossette sacro-coccygienne typique ou simple est une petite fossette, située dans le pli entre les fesses.

Elles ne font généralement pas plus de cinq millimètres de diamètre. De plus, elles sont proches du bord de l’anus. Elles sont assez fréquentes et n’impliquent aucun risque de dysraphisme. En fait, on estime qu’elles apparaissent chez près de 5 % des nouveau-nés en bonne santé.

D’autre part, il existe des fossettes atypiques. Elles sont de plus grande taille. Elles ont plus d’un demi centimètre de profondeur et sont plus éloignés de l’anus. Enfin, elles peuvent être situées près des côtés.

Une fossette atypique est considérée comme un facteur de risque de dysraphisme spinal. Lorsqu’elles sont très profondes, il peut y avoir une communication anormale avec le canal rachidien. Le canal rachidien est une structure très sensible par laquelle passent de nombreuses fibres nerveuses.

Par conséquent, cette communication peut causer des dommages vertébraux et neurologiques. Ce type de capitonnage peut s’accompagner de changements de couleur de la peau, de bosses ou même de zones de croissance inhabituelle des poils.

Quelle est la différence avec le kyste pilonidal ?

Comme l’explique la Clínica Universidad de Navarra, un kyste pilonidal est un kyste qui contient des formations poilues à l’intérieur. Comme la fossette sacro-coccygienne, il se trouve dans la zone interfessière, juste au-dessus des fesses.

Ce qui se passe dans le kyste pilonidal, c’est que les poils, les cellules, les déchets et les fluides s’accumulent, ce qui donne lieu à un bouchon. Il se développe généralement après la naissance. Il est plus fréquent chez les hommes et s’infecte souvent. Enfin, il provoque une douleur et un gonflement importants.

Les causes de la fossette sacro-coccygienne

Jusqu’à présent, les causes de la formation de fossette sacro-coccygiennes n’ont pas été identifiées. On sait qu’elles ne sont pas congénitales, c’est-à-dire présent dès la naissance. Ceci, comme nous l’avons souligné dans la section précédente, permet de le distinguer du kyste pilonidal.

Des fossettes atypiques peuvent être dérivées de ce défaut de fermeture des structures médianes. Cependant, on ne sait pas exactement pourquoi cela se produit.

Quels sont les symptômes et comment diagnostique-t-on une fossette sacro-coccygienne ?

Un bébé chez un médecin.

En général, une fossette sacro-coccygienne ne provoque aucun symptôme. C’est parce que, pour la plupart, ce sont de simples fossettes. Il s’agit seulement d’une altération cutanée dans le bas du dos.

Cependant, une fossette sacro-coccygienne atypique peut être associée à certains symptômes. Cela dépend s’il s’agit réellement d’un indicateur de dysraphisme spinal. Par conséquent, pour le détecter, un examen physique approfondi est nécessaire.

Il est essentiel de mesurer et de vérifier les caractéristiques de la fossette. Si elle est très grande ou profonde, une série de tests complémentaires doit être effectuée pour l’étudier. Il en va de même si d’autres fossettes apparaissent, s’il y a une décoloration de la peau ou si celle-ci est très éloignée de l’anus.

Selon une étude publiée dans les Archives of Disease in Childhood, l’échographie est une méthode permettant d’étudier le capitonnage. Lorsque des anomalies sont constatées, on estime que la probabilité d’un problème rachidien est multipliée par six.

L’échographie est une technique préférable car elle est peu coûteuse, rapide et sûre. Toutefois, en cas de doute sur le diagnostic, une IRM peut être réalisée. Elle permet une étude plus précise des tissus.

Complications possibles

Les complications liées à une fossette apparaissent dans le cas de fossettes atypiques. Elles peuvent être liés au spina-bifida ou au syndrome de la moelle épinière attachée, entre autres pathologies.

Le spina-bifida est une malformation congénitale. Ce qui se passe, c’est que le tube neural ne se ferme pas correctement. Il en existe différents types, mais celui qui est lié à la fossette sacrée est le spina bifida occulta.

Elle se caractérise par une petite brèche dans la colonne vertébrale. Cette lacune apparaît parce que la colonne vertébrale ne se développe pas à ce moment-là. Elle peut ne pas produire de symptômes et est généralement détectée à l’adolescence ou à l’âge adulte.

D’autre part, le syndrome de la moelle épinière attachée se produit lorsque le tissu cicatriciel ancre la moelle épinière. Elle peut entraîner une incontinence urinaire et fécale, une faiblesse des membres inférieurs ou même des difficultés à se tenir debout.

Traitement des fossettes sacro-coccygiennes

Pour une fossette, aucun traitement spécifique n’est nécessaire ou disponible. La seule chose qui est essentielle est d’empêcher la saleté de s’accumuler dans la région. Sinon, des infections peuvent se produire, car elle est très proche de l’anus et peut être contaminée par des bactéries intestinales.

C’est pourquoi, lorsqu’ils sont encore bébés, il est essentiel de bien nettoyer la zone et de faire attention aux couches. Si la fossette est atypique, un traitement peut être nécessaire en fonction du risque.

Changer la couche d'un bébé.

Chaque cas doit être examiné et étudié par un médecin. Chez les enfants présentant un défaut de fermeture du tube neural, il peut être nécessaire de recourir à des techniques chirurgicales pour pallier le défaut.

Comment procéder en fonction de l’état du problème ?

Idéalement, tous les nouveau-nés devraient être examinés de manière approfondie. Si une fossette sacro-coccygienne est observée, une première étude de la fossette doit être effectuée. On y mesure la fossette et on recherche d’autres signes ou altérations autour d’elle.

Si tout le reste est normal, si l’enfant est en bonne santé et si la fossette sacrée est petite, il n’y a plus rien à faire. En revanche, s’il y a des signes d’alerte ou si la fossette est atypique, l’enfant doit être orienté vers un spécialiste.

Il sera essentiel d’explorer la fossette de plus près. En outre, on examinera si le bébé peut présenter une altération neurologique ou des défauts de développement. De même, en fonction des résultats, le meilleur traitement pour chaque cas sera envisagé.

Ce qu’il faut retenir, c’est que la plupart des fossette sacro-coccygiennes sont simples. Elles ne sont qu’une petite altération de la peau. Toutefois, il est essentiel d’exclure qu’il s’agisse d’un problème neurologique. C’est pourquoi il est toujours conseillé de consulter un médecin.

Cela pourrait vous intéresser ...
Luxation congénitale de la hanche chez le bébé
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Luxation congénitale de la hanche chez le bébé

La luxation congénitale de la hanche touche un certain nombre de nouveau-nés. Découvrez-en plus à ce sujet si vous attendez un enfant !