La migraine chez les enfants : symptômes et traitement

5 septembre 2020
La migraine chez les enfants est handicapante et peut interférer dans leurs tâches quotidiennes. Cela peut même devenir une cause de faibles résultats scolaires. Comment l'identifier ?

La migraine est très commune chez les enfants et peut survenir à tout âge. Selon les statistiques de Migraine Research Foundationenviron 10% des enfants d’âge scolaire souffrent de migraine, et jusqu’à 28% des adolescents entre 15 et 19 ans en sont également atteints.

Souvent, ce type de mal de tête est handicapant et peut interférer avec les activités quotidiennes. Dans le cas des enfants, la migraine peut entraîner certains effets négatifs qui diminuent à la fois leurs résultats scolaires et leur statut social.

Même si les enfants ont généralement moins de crises migraineuses que les adultes, cette affection peut être tout aussi invalidante sur le moment. De plus, sans traitement, elle peut affecter de manière significative la qualité de vie du jeune.

Symptômes de la migraine chez les enfants

On distingue deux formes de migraines. Les migraines épisodiques qui surviennent de façon sporadique, et les migraines chroniques. Dans cet article, nous mentionnerons les crises typiques de migraine, mais il faut préciser qu’elles peuvent être différentes de celles des adultes.

Parfois, en raison de l’âge, il n’est pas facile pour les enfants d’identifier, et encore moins de mettre des mots sur les sensations perçues. Les migraines peuvent être d’intensité modérée à grave et s’accompagnent généralement d’autres symptômes.

Elles se manifestent à la suite d’une cascade d’événements produits au fil des heures et des jours. Une crise typique de migraine sans aura progresse à travers trois phases: la phase prémonitoire, la phase de douleur et la phase post-migraineuse.

Les symptômes associés à la phase prémonitoire sont les suivants :

  • Nausées et vomissements
  • Douleur derrière un oeil ou une oreille
  • Douleur dans les tempes
  • Sensation de voir des taches ou des lumières clignotantes
  • Sensibilité à la lumière ou au son
  • Perte temporaire de la vision
  • Pâleur ou ombres sous les yeux
  • Changements d’humeur

Ces symptômes peuvent apparaître des heures, voire même un jour, avant le début de la phase douloureuse. En général, la douleur affecte la tête de manière bilatérale, contrairement aux adultes où elle se situe d’un seul côté de la tête. Elle peut être lancinante et rendre difficile l’accomplissement des tâches journalières.

La migraine chez les enfants peut être un problème.

Migraine avec aura

L’attaque avec aura est une phase additionnelle qui peut survenir plus tôt ou avec le mal de tête. Lorsqu’elle se manifeste, l’aura est généralement visuelle, comme des flashs. Les jeunes enfants peuvent être incapables d’exprimer les plaintes concernant leur mal de tête.

C’est pourquoi, les symptômes perçus par les soignants comprennent la pâleur, la diminution de l’activité et les vomissements. Par ailleurs, la phase post-migraineuse se caractérise par un état d’épuisement.

En plus des symptômes physiques, certains enfants peuvent développer une anxiété, par crainte qu’une autre attaque douloureuse ne se produise. C’est ce que l’on nomme anxiété anticipée. Elle peut également altérer la capacité de concentration lors des moments où la douleur est absente.

Chez un petit pourcentage d’enfants, elle prendra la forme connue comme la migraine chronique, que nous avons mentionné auparavant. Il s’agit de douleurs qui se manifestent 15 jours ou plus par mois, qui durent plus de 4 heures, pendant plus de 3 mois.

Lisez également: Remèdes naturels contre la migraine chez les enfants

Traitement de la migraine chez les enfants

En général, la personne qui souffre voudra s’allonger dans une chambre obscure et tranquille, et pourra trouver un soulagement avec le sommeil. Les médicaments utilisés pour le traitement aiguë de la migraine comprennent des analgésiques communs comme l’ibuprofène et le paracétamol, et des triptans.

D’autre part, il peut être nécessaire d’essayer plusieurs médicaments afin de trouver le traitement le plus efficace pour chaque individu. Plus le médicament est administré rapidement, plus il sera efficace. Dans certains cas, un antiémétique peut être utile.

Il n’existe pas de remède absolu pour la migraine car sa physiopathologie n’est pas encore totalement connue. En revanche, tenir un registre des éléments déclencheurs personnels de la migraine peut vous fournir des informations utiles pour les prévenir. Il peut s’agir des éléments suivants :

  • Considérations diététiques
  • Hydratation
  • Arrêt de certains médicaments
  • Respect d’un horaire de sommeil constant
Une jeune fille qui dort.

Découvrez aussi : Troubles du sommeil chez l’enfant : examens et traitements

Considérations générales

La présence de la migraine chez les enfants sera une cause d’anxiété, aussi bien des petits que de ses parents ou des éducateurs. Il est toujours conseillé de se rendre chez le médecin, pour mettre au point un diagnostic précis et trouver un traitement adéquat.

Enfin, s’assurer que l’enfant dorme suffisamment, qu’il fasse de l’exercice, et reçoive une alimentation complète et variée, aidera également à la prévention des migraines.

 

  • Barnes NP. Migraine headache in children. BMJ Clin Evid. 2011;2011:0318. Published 2011 Apr 11.
  • Amy Gelfand, Pathophysiology, clinical features, and diagnosis of migraine in children, retrieved on 17 June 2020, Evidence-based Clinical Decision Support- UpToDate. https://www.uptodate.com/contents/pathophysiology-clinical-features-and-diagnosis-of-migraine-in-children?search=migra%C3%B1a&source=search_result&selectedTitle=2~150&usage_type=default&display_rank=2
  • Barnes NP. Migraine headache in children. BMJ Clin Evid. 2015;2015:0318. Published 2015 Jun 5.
  • Amy Gelfand, Migraine in kids is not just a bad headache, retrieved on 18 June 2020,  https://migraineresearchfoundation.org/about-migraine/migraine-in-kids-and-teens/
  • Ahmed S, Tabassum S, Rahman SM, et al. Migraine in Children: A Review. Mymensingh Med J. 2016;25(3):589-596.