4 mythes sur l’ibuprofène

9 mars 2020
Les mythes sur l'ibuprofène proviennent en grande partie de la confusion entre ce médicament et le paracétamol. Découvrez dans cet article 4 mythes répandus et la vérité qui se cache derrière eux.

L’ibuprofène est l’un des médicaments les plus vendus dans notre pays et il est à la portée de tous. Bien qu’une ordonnance médicale soit nécessaire pour sa vente, il est possible d’acheter des doses plus faibles d’ibuprofène dans les pharmacies sans ordonnance médicale. L’ibuprofène étant un médicament très répandu, des mythes sont nés à son sujet, qu’il convient de clarifier.

Bien que certains médicaments ne soient pas en vente libre en pharmacie et ne nécessitent pas d’ordonnance, cela ne signifie pas qu’ils ne font pas l’objet de recommandations d’utilisation spécifiques. L’abus de n’importe quel médicament peut entraîner de graves problèmes de santé.

C’est pourquoi, pour l’ibuprofène comme pour tout autre médicament en vente libre, nous devons être informés des éventuels effets indésirables. Examinons donc les différents mythes sur l’ibuprofène qui circulent au sein du grand public.

Qu’est-ce que l’ibuprofène ?

L’ibuprofène est un médicament qui appartient à la famille des analgésiques non stéroïdiens. Il est utilisé avant tout pour le traitement de la douleur, des processus inflammatoires et pour inverser les états fébriles.

Bien qu’il s’agisse d’un médicament largement utilisé et présentant un bon profil de sécurité, il n’est pas exempt de produire un certain nombre d’effets indésirables. Parmi eux, on trouve :

  • Problèmes gastriques, tels que l’ulcère duodénal
  • Réactions allergiques
  • Problèmes cardiovasculaires

C’est pourquoi il est essentiel de faire un usage rationnel de ce médicament et de tous les autres, même s’ils peuvent être obtenus facilement à la pharmacie. Nous devons toujours nous informer des indications et contre-indications des médicaments.

La structure chimique de l'ibuprofène

 

1. Mythe : prendre un paracétamol ou un ibuprofène, c’est la même chose !

Le fait que l’ibuprofène serve le même objectif que l’acétaminophène est l’un des mythes les plus répandus sur l’ibuprofène dans le grand public. Cependant, ce n’est pas vrai.

D’une part, l’acétaminophène n’a pas d’effets anti-inflammatoires et l’ibuprofène en a, donc lorsque nous avons une douleur associée à une inflammation, c’est le second qui est indiqué, et non le premier. Les crampes menstruelles, par exemple, qui entraînent une inflammation des ovaires, et où l’ibuprofène sera plus efficace, en sont un exemple.

Dans une autre circonstance, le paracétamol est plus efficace pour le traitement des états fébriles, bien que les deux aient des effets antipyrétiques.

Lire aussi : Le tramadol : fonctions et posologie

2. Mythe : en prendre avant de boire de l’alcool permet d’éviter la gueule de bois

Il est très fréquent que les jeunes diffusent différents mythes pour lutter contre la gueule de bois lorsqu’ils sortent faire la fête. Parmi ces mythes, il y en a un qui dit que prendre de l’ibuprofène avant de sortir faire la fête prévient la gueule de bois associée à une consommation excessive d’alcool.

La vérité est que cette déclaration est totalement fausse. En outre, si vous prenez un ibuprofène et que vous buvez ensuite de l’alcool, non seulement vous n’empêchez pas la gueule de bois, mais vous pouvez l’aggraver.

La raison en est que les deux sont métabolisés dans le foie, ce qui donne au même organe une charge de travail deux fois plus importante. Cela peut augmenter les concentrations d’alcool dans le sang, ce qui augmenterait ses effets sur l’organisme.

Prendre de l'ibuprofène avant de boire de l'alcool ne permet pas d'éviter la gueule de bois

3. Mythe : il peut entraîner une dépendance

Il est courant de lier l’utilisation d’analgésiques et d’anti-inflammatoires légers à des analgésiques plus complexes, tels que les opioïdes. Chez les premiers, qui sont de la famille de l’ibuprofène, il n’y a pas de production de dépendance ou de tolérance. En d’autres termes, l’utilisation de l’ibuprofène à des intervalles courts et bien prescrits n’entraînera pas chez le patient un besoin impulsif de poursuivre le traitement.

Il est vrai qu’il peut parfois y avoir un sentiment de tolérance ou de réduction de ses effets. Cependant, la raison en est l’intensité de la douleur subie auparavant et non l’inefficacité du médicament.

Découvrir : À quoi servent les opioïdes ?

4. Mythe : l’utilisation de l’ibuprofène peut causer des problèmes de foie

L’ibuprofène peut avoir des effets néfastes sur le foie, c’est l’un des mythes qui circulent à son sujet. Il est très courant de le confondre avec les dommages hépatiques potentiels du paracétamol.

La vérité est que l’ibuprofène n’endommage pas le foie, mais qu’il affecte plutôt l’estomac et peut provoquer des ulcères. En revanche, l’acétaminophène est hépatotoxique, c’est-à-dire qu’il est toxique pour le foie.

Conclusion

Comme on peut le voir, il existe plusieurs fausses croyances et mythes sur l’ibuprofène qui sont répandus dans la population générale. Et, bien que certains professionnels préconisent l’automédication avec cette molécule, nous vous recommandons de toujours vérifier auprès d’un professionnel son bon usage.

 

  • Espallargas Vargas, I., & Rodríguez De La Serna, A. (2004). Ibuprofeno. DOLOR. https://doi.org/10.2165/00128415-201214270-00079
  • Bejarano, P. F. (2016). Ibuprofeno y analgesia. Ibuprofeno y Analgesia.
  • Carabaño Aguado, I., Jiménez López, I., López-Cerón Pinilla, M., Calvo García, I., Pello Lázaro, A. M., Balugo Bengoechea, P., … Ruiz Contreras, J. (2005). Eficacia de ibuprofeno y paracetamol como antitérmicos. Anales de Pediatria. https://doi.org/10.1157/13071307