La mononucléose chez les enfants

23 août 2020
La mononucléose chez les enfants peut se présenter à partir de 6 mois, même si ceci est peu fréquent. Dans la majorité des cas, elle n'est pas dangereuse et n'entraîne pas de complications.

La mononucléose chez les enfants de moins de 15 ans n’est pas très fréquente mais peut surgir de manière occasionnelle. Cette maladie se présente généralement chez des personnes entre 15 et 25 ans, même si des apparitions hors de cet intervalle sont possibles.

Étant donné qu’il s’agit d’une maladie infectieuse, il n’est pas facile de stopper la contagion de la mononucléose chez les enfants, surtout s’ils sont petits. Cette pathologie peut apparaître dès 6 mois, même si elle est plus grave lorsqu’elle est contractée par un adolescent ou un adulte.

Qu’est-ce que la mononucléose chez les enfants ?

Il s’agit d’une maladie infectieuse, presque toujours bénigne, qui se guérit d’elle-même. Elle touche généralement des enfants en âge scolaire, des adolescents et de jeunes adultes. La mononucléose chez les enfants pré-scolaires n’est pas très commune et, si elle surgit, ne présente que rarement des symptômes.

On estime que 95 % des adultes entre 35 et 40 ans ont déjà eu cette maladie à un moment de leur vie. Certains ne le savent même pas car les formes asymptomatiques existent et passent inaperçues. Le virus reste malgré tout dans le corps, à un état de latence.

La mononucléose chez les enfants a une plus grande prévalence dans des régions où les conditions d’hygiène sont déficientes car cela favorise la propagation de l’agent infectieux. On ne l’attrape habituellement qu’une fois dans la vie. Le virus peut cependant se réactiver, en particulier chez des patients qui sont soumis à une transplantation.

Un enfant chez le médecin pour cause de mononucléose.

Poursuivez votre lecture : Rhinopharyngite chez l’enfant : symptômes, causes et traitements

Comment s’attrape-t-elle ?

On connaît aussi la mononucléose sous le nom de maladie du baiser. S’il est vrai qu’un baiser peut être une voie de contagion, elle ne se transmet pas toujours de cette façon. Tout comme d’autres pathologies viraleselle se diffuse à travers la salive.

Cela veut dire que la toux, les éternuements et, en général, un contact étroit facilitent la transmission. Les objets qui contiennent de la salive peuvent aussi transmettre la maladie. Les enfants ont tendance à partager leurs pailles, leurs bouteilles d’eau et leur nourriture, ce qui constitue un facteur de risque.

La mononucléose est provoquée, dans 90 % des cas, par le virus d’Epstein-Barr7 % des infections sont causées par le cytomégalovirus. Le pourcentage restant, lui, est dû au Toxoplasma gondii.

Le virus d’Epstein-Barr (VEB) appartient à la famille de l’herpès et, comme cela se produit généralement avec ce type de micro-organismes, il peut rester longtemps dans l’organisme dans un état de latence, sans provoquer de symptômes. Néanmoins, une personne asymptomatique peut bien attraper la maladie.

Manifestations de la mononucléose chez les enfants

Il est très rare qu’un très jeune enfant présente des symptômes de la maladie ou que ceux-ci soient sévères. S’il y a des manifestations, les plus communes sont les suivantes :

  • Fièvre
  • Maux de gorge
  • Inflammation du pharynx
  • Ganglions dans le cou, l’aine et les aisselles
  • Sensation de fatigue

De tels symptômes peuvent parfois s’accompagner d’autres comme des frissons, des maux de tête, les paupières gonflées, une inflammation du foie et de la rate. À long terme, l’anémie est une complication symptomatique qui dérive de l’infection.

La mononucléose chez les enfants peut entraîner des complications très sévères, mais cela ne se produit que très rarement. Elle pourrait provoquer une méningite, le syndrome de Guillain-Barré, une myocardite, une thrombocytopénie et une orchite. Elle peut aussi, très rarement, générer une insuffisance hépatique.

Une petite fille souffrant de la mononucléose.

Ceci peut vous intéresser : Comment le système immunitaire traite-t-il les infections virales ?

Que faire face au diagnostic ?

Il n’existe pas de vaccins ou de médicaments spécifiques pour traiter la mononucléose. Par conséquent, le traitement consiste à soulager les symptômes.

En général, la maladie se guérit d’elle-même dans une période de trois à quatre semaines. Certains symptômes comme la fatigue et la fièvre pourraient cependant rester présents pendant une semaine de plus.

Le médecin indiquera les médicaments à donner à l’enfant. On prescrit généralement des analgésiques et des anti-inflammatoires. Si des complications surgissent, il est possible que le médecin prescrive aussi des corticoïdes, selon les cas.

Il est recommandé d’appliquer des mesures d’isolement pour l’enfant, de le garder bien hydraté et au repos, surtout au moment de la phase aiguë de la maladie. On doit aussi éviter les sports de contact et l’activité physique pendant au moins trois semaines.

 

 

  • Pérez-Domínguez, M., Pérez-Ybarra, L., & Venezuela, C. V. SARS-CoV-2 en saliva: potencial vía de contagio e implicaciones en el tratamiento del paciente odontológico SARS-CoV-2 in saliva: potential route of infection and implications in the treatment of dental patient.
  • Giannotti, A. M. (2003). Síndrome de “Alicia en el País de las Maravillas” e infección por virus de Epstein Barr. Archivos Argentinos de Pediatría, 101(1), 41-43.
  • Ruano, M., & Ramos, L. (2014). Mononucleosis infecciosa en la infancia. Rev Pediatr Integ, 18(3), 141-52.
  • Vera-Izaguirre, Diana S., et al. “Mononucleosis infecciosa.” Medica Sur 10.2 (2003): 76-89.
  • Abdulnoor, Mariana, et al. “657. Epstein–Barr Virus Genetic Diversity in Blood vs. Saliva Samples From Patients with Infectious Mononucleosis.” Open Forum Infectious Diseases. Vol. 5. No. Suppl 1. Oxford University Press, 2018.