La nourriture chinoise est-elle sans danger pendant la grossesse ?

Pendant la grossesse, des mesures extrêmes doivent être prises en matière d'hygiène alimentaire. Nous nous intéressons ici à la cuisine chinoise.
La nourriture chinoise est-elle sans danger pendant la grossesse ?

Dernière mise à jour : 12 juin, 2022

La nourriture chinoise peut ne pas être sûre pendant la grossesse. Pendant cette période, des précautions extrêmes doivent être prises en matière d’alimentation, afin d’éviter les altérations du fœtus qui pourraient conditionner la santé future. Il est essentiel de porter une attention particulière à l’hygiène alimentaire, en limitant la consommation de produits bruts et de produits soumis à des processus thermiques inefficaces.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est important de noter que tant que la grossesse dure, il est conseillé d’optimiser l’alimentation pour éviter les carences nutritionnelles pouvant altérer le bon fonctionnement de l’organisme.

Il est crucial d’assurer un apport suffisant en micronutriments, tels que le fer et l’acide folique. D’ailleurs, les suppléments sont souvent inclus dans la routine alimentaire des femmes enceintes, afin d’éviter les carences.

Il est nécessaire de soigner son alimentation pendant la grossesse

Il existe un certain nombre de raisons pour lesquelles la nourriture chinoise n’est pas indiquée pendant la grossesse. Tout d’abord, elle contient généralement un additif appelé glutamate monosodique.

Cet exhausteur de goût pourrait provoquer des réactions allergiques, des maux de tête et des bouffées de chaleur, comme en témoignent des recherches publiées dans la revue Toxicology Mechanisms and Methods. Il y a même des spéculations selon lesquelles il pourrait agir négativement sur le développement cérébral du fœtus.

Les aphtes pendant la grossesse dérangent.
Les plats chinois peuvent être dangereux, car ils contiennent souvent des aliments crus d’origine animale.

D’autre part, les plats chinois contiennent souvent des aliments crus. Les aliments d’origine animale crus sont particulièrement dangereux, car ils présentent un risque microbiologique.

Un exemple de cela serait les saucisses. Celles-ci peuvent contenir de la listeria ou d’autres types de bactéries ayant un effet très négatif sur le fœtus. Si cette situation se présentait, il faudrait agir avec des antibiotiques.

Pour éviter les risques, il est toujours préférable de s’assurer que les aliments atteignent une température d’au moins 65ºC. Les bactéries pathogènes pouvant provoquer des infections ou des maladies chez l’homme sont ainsi éliminées.

Celles-ci vivent généralement à des températures comprises entre 20 et 40 ºC. Lorsqu’elles sont soumises à des processus thermiques, elles ne résistent pas et les denrées alimentaires deviennent donc sûres.



Le sucre dans la nourriture chinoise

Une autre raison d’éviter la nourriture chinoise pendant la grossesse est la présence de sucre. Les glucides simples sont liés à une incidence plus élevée de diabète gestationnel, comme le confirment les recherches publiées sur Journal of Endocrinological Investigation.

Pour cette raison, il est conseillé de limiter sa présence dans l’alimentation. Des glucides doivent être consommés, mais il faut privilégier les glucides du type complexe.

Dans le cas où la pathologie s’est développée, une série de mesures devront être prises à cet égard pour prévenir la progression et améliorer la prise en charge. Une alternative consiste à limiter la présence de glucides. Il est également essentiel de promouvoir une certaine quantité d’activité physique, bien que d’intensité modérée. Aussi, éviter les sauces et tous les aliments contenant des acides gras de type trans fera une différence.

Enfin, il convient de noter que la friture est une caractéristique de la nourriture chinoise. Cette méthode de cuisson n’est pas considérée comme saine, car elle augmente la valeur énergétique des aliments et favorise la présence de lipides trans.

La sinusite pendant la grossesse peut être améliorée avec l'hydratation.
Les plats de la cuisine chinoise ont tendance à être excessivement énergétiques.

Les lipides trans sont une série de composés qui favorisent l’inflammation dans le milieu interne, favorisant la genèse de pathologies chroniques et complexes. Ils pourraient affecter négativement les processus de développement du fœtus, conditionnant même l’efficacité du métabolisme de l’enfant à l’avenir. Lorsqu’il s’agit d’inclure les graisses dans l’alimentation, il faut choisir celles de type cis, saturées ou insaturées.



La nourriture chinoise doit être évitée pendant la grossesse

Comme vous l’avez vu, la nourriture chinoise pendant la grossesse n’est pas une bonne option. Les plats chinois n’ont généralement pas une bonne qualité nutritionnelle. Ils contiennent souvent des additifs alimentaires qui nuisent à la santé du fœtus. Cela ne signifie pas que toute la cuisine chinoise est de mauvaise qualité.

Enfin, il faut tenir compte du fait que pour favoriser le bon développement du fœtus, il est essentiel de garantir une série de besoins nutritionnels. Il est toujours positif de consulter un spécialiste pour adapter l’alimentation et ainsi s’assurer que l’organisme fonctionne efficacement. Il sera indispensable d’inclure certains suppléments, afin de prévenir les carences et d’éviter les malformations.

Cela pourrait vous intéresser ...
Grossesse à haut risque : causes et traitement
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Grossesse à haut risque : causes et traitement

Une grossesse à haut risque implique la nécessité de prendre des mesures préventives pour la santé de la mère et du fœtus.



  • Chakraborty S. P. (2019). Patho-physiological and toxicological aspects of monosodium glutamate. Toxicology mechanisms and methods29(6), 389–396. https://doi.org/10.1080/15376516.2018.1528649
  • Serventi, L., Curi, B., Johns, R., Silva, J., Bainbridge, R., & Gaither, K. (2020). Pregnancy Complicated by Listeria Monocytogenes: A Case Report and Review of the Literature. Journal of the National Medical Association112(4), 428–432. https://doi.org/10.1016/j.jnma.2020.05.002
  • Chiefari, E., Arcidiacono, B., Foti, D., & Brunetti, A. (2017). Gestational diabetes mellitus: an updated overview. Journal of endocrinological investigation40(9), 899–909. https://doi.org/10.1007/s40618-016-0607-5