La peur de l’abandon dans le couple

10 décembre 2020
La peur de l'abandon dans le couple est un comportement très caractéristique des personnes qui souffrent de dépendance émotionnelle. Dans cet article, nous abordons cette dépendance dans un couple ainsi que ses conséquences.

La peur de l’abandon dans un couple est une cause fréquente d’angoisse et de malaise chez une grande partie de la population. En effet, il s’agit d’un sentiment qui compromet de nombreux couples. Et qui cache une construction psychologique de plus en plus importante et présente dans l’établissement et le maintien des relations de couple : la dépendance émotionnelle.

Qu’est-ce que la dépendance émotionnelle ?

Le besoin de relations sociales et de lien avec les autres est inhérent à l’être humain. Satisfaire cette nécessité de façon saine est d’une importance vitale pour parvenir à une identité forte, capable d’avoir confiance en l’autre et jouir d’une estime de soi appropriée, sans angoisse d’un hypothétique rejet ou abandon (Bornstein, Geiselman, Eisenhart et Languirand, 2002).

Cependant, lorsque ce besoin est absolu, les relations perdent de leur équilibre et acquièrent un caractère négatif dans le but de l’établissement d’un couple. Ce besoin exagéré de lien affectif fait naître la peur de l’abandon dans le couple. Une peur incontrôlable due à une distanciation toujours perçue comme imminente.

Des auteurs comme Urbiola et ses collaborateurs (2017) définissent ainsi les personnes souffrant de dépendance émotionnelle :

  • Tendance à l’anxiété et à l’angoisse.
  • Très dominantes face à une rupture de couple.
  • Un désir de contrôle sur les autres, particulièrement sur le couple.
  • Un vide intérieur qu’ils sont incapables de remplir avec une autre personne.
  • Mal-être et intransigeance face à la solitude.
  • Priorité du couple sur toute autre chose.
  • Idéalisation des personnes dont elles dépendent.
  • Besoin constant de faire plaisir aux autres.
  • Très faible estime de soi.
Un couple qui discute.

“Le besoin constant de lien affectif est ce qui suscite la peur de l’abandon dans un couple.”

Qu’est-ce que la peur de l’abandon dans un couple ?

La peur de l’abandon est le fondement sur lequel se construit la dépendance émotionnelle et toutes les expressions comportementales sont menées en conséquence.

Cette peur est si atroce et si intense qu’elle rend difficile la relation de couple pour les deux partenaires. La personne qui éprouve une peur excessive et dominante de l’abandon adopte des conduites étouffantes pour s’assurer que personne ne la quittera.

Lisez également : La codépendance émotionnelle : qu’est-ce que c’est ?

Regarder le téléphone et attendre un “je t’aime”

Certaines de ces conduites consistent à vérifier et à contrôler ce qui se passe autour d’elles, ce sont des personnes qui ne tolèrent pas bien l’ambivalence. Cela peut conduire la personne dépendante à étouffer son partenaire avec des comportements de contrôle et de vérification. 

Ces derniers vont d’un contrôle des réseaux sociaux ou des messages à des interrogations pour savoir avec qui le ou la partenaire échange des messages. Ou à avoir besoin d’une réponse immédiate aux messages.

Par ailleurs, ce sont généralement des personnes qui ne comprennent pas que l’absence d’un “je t’aime” ne veut pas dire qu’il s’agit de la réalité. C’est pourquoi, elles vérifient constamment les sentiments de leur partenaire pour voir s’ils n’ont pas changé. 

Elles demandent si leur partenaire les aime, s’il les aimera toujours, s’il s’ennuie, s’il trouve qu’elles ont changé, etc. Malgré les réponses positives, ces questions reviennent régulièrement dans la discussion.

Jamais seul (pas même pour sortir dîner)

Dans le même ordre d’idées, et en conséquence de la peur d’être abandonnées, les personnes dépendantes ne veulent jamais être seules ou se sentir seules. Elles évitent toutes les situations où elles peuvent éprouver cet abandon, et sont donc très restrictives.

Comme nous l’avons mentionné auparavant, il ne faut pas oublier que ces personnes ont généralement une image de soi très négative ainsi qu’une faible estime de soi. Elles perçoivent la menace de l’abandon dans chaque situation, dans chaque personne, dans chaque moment.

La peur de l’abandon dans un couple : un désir d’exclusivité

La faible estime de soi ne leur permet pas d’être intransigeantes et violentes dans leurs demandes, car elles ne veulent pas perdre leur partenaire. Par conséquent, ce sont des personnes qui n’imposent pas, mais sont généralement instables émotionnellement. Autrement dit, si un partenaire sort avec ses amis et part en vacances avec eux, il ne l’interdira probablement pas dans son couple.

Par contre, il appellera son partenaire dix fois par jour avec une humeur triste. Puis, les semaines précédentes, il éprouvera de profonds sentiments d’angoisse et d’anxiété face à la peur de l’abandon, de la rupture ou de la solitude. Dès lors, l’autre partenaire peut alors dire non à ses projets en raison des conséquences émotionnelles qui peuvent s’ensuivre chez l’autre.

Détérioration de la relation comme résultat de la peur de l’abandon dans un couple

Il va sans dire qu’avec toutes les composantes comportementales, cognitives et émotionnelles, qui découlent de la peur de l’abandon dans un couple, la relation ne se passe généralement pas très bien. On constate souvent une réelle détérioration du couple ou une relation toxique, inadaptée et déséquilibrée. Vivre avec une personne souffrant de dépendance émotionnelle revient à payer un péage qui ne cesse jamais et qui devient de plus en plus cher.

Cela peut non seulement épuiser la patience du couple, ou le soumettre aux exigences de la personne dépendante. Bien que vivre sous ce joug ne soit certainement pas sain pour la relation, le désir de plaire et de satisfaire son partenaire amène souvent le couple à assumer une série de comportements.

Le couple s’habitue effectivement à ce que la personne dépendante le fasse passer avant tout. Ainsi, si les bases de la relation se sont construites à partir d’une dépendance émotionnelle, il est très difficile de changer le fonctionnement du couple. Chaque partenaire finit donc par participer à la dépendance émotionnelle de la personne, et la peur de l’abandon devient pathologique chez l’un et profitable chez l’autre.

Discussion conflictuelle au sein d'un couple.

“L’une des conséquences de la peur de l’abandon est la détérioration de la relation de couple.”

Le véritable problème de la dépendance émotionnelle : les violences sexistes

Selon l’Institut Andalou de Sexologie et de Psychologie, en Espagne les personnes dépendantes représentent 49 % des personnes interrogées. La plupart des individus de ce groupe sont des femmes.

Ce qui est particulièrement inquiétant dans ce tableau, c’est qu’il présente une incidence de 24 % chez les jeunes de 16 à 31 ans. En outre, 74 % sont des femmes et 25 % sont des hommes. Ces données suggèrent qu’il s’agit sans aucun doute d’une problématique éminente dans la population jeune. C’est pourquoi, il est fondamental de développer des programmes destinés aux jeunes pour favoriser la santé mentale.

Cela est véritablement important car des auteurs tels que Amor et Echeburua (2010) considèrent la dépendance émotionnelle envers le couple comme une caractéristique émotionnelle des femmes qui souffrent de violence machiste.

Il s’agit d’une problématique généralement présentée dans les journaux. Notamment en ce qui concerne la violence dans les relations interpersonnelles ainsi que la maltraitance. Et qui dénonce la réalité de 25 % des jeunes femmes entre 16 et 19 ans. Elles ont déjà été et se sentent contrôlées par leur partenaire.

D’autres affirment que l’augmentation des cas de dépendance émotionnelle se développe à pas de géants chez les jeunes. A des degrés extrêmement inquiétants. Même s’il existe des campagnes et des programmes d’intervention pour travailler avec les populations émotionnellement dépendantes, il n’existe pratiquement pas de programmes de prévention préalables à leur apparition.

Découvrez aussi : Comment améliorer la santé émotionnelle ?

Programmes de prévention pour la dépendance émotionnelle

La littérature suggère un certain nombre de facteurs de risque ainsi que de caractéristiques des personnes souffrant de dépendance émotionnelle qui peuvent être prévenus, travaillés et améliorés dès le plus jeune âge. Il s’agit d’une réaction face à cette épidémie chez les jeunes lors de leurs premières relations. Voici quelques-uns de ces facteurs :

  • Habiletés sociales faibles et manque d’assurance.
  • Fortes croyances sur l’amour romantique.
  • Contrôle externe.
  • Faible estime de soi.

Dans le cas des violences sexistes, si des facteurs tels que l’assertivité, les compétences sociales ou la puissance émotionnelle et une grande estime de soi sont cultivés, un ou une adolescente sera beaucoup moins susceptible de devenir émotionnellement dépendant/e de son partenaire.

Enfin, les programmes de prévention sont présentés comme un moyen de ne pas accepter les comportements de ceux qui ont peur de l’abandon et souffrent de dépendance émotionnelle. L’objectif est également de ne plus être dépendant émotionnellement de personne.

  • Bornstein, R.F. (1992). The dependent personality: Developmental, social, and clinical perspectives. Psychological Bulletin, 112 (1), 3-23
  • Cabello, F. (2017). Dependencia emocional en la juventud: la nueva esclavitud del siglo XXI. En M.A. Cabello, M.A., F.J. Del Río y F. Cabello (Eds.) Avances en Sexología Clínica. (pp. 207-213). Jérez de la Frontera: Sotavento.
  • Urbiola, I., Estévez, A., Iruarrizaga, I. y Jauregui, P. (2017). Dependencia emocional en jóvenes: relación con la sintomatología ansiosa y depresiva, autoestima y diferencias de género. Ansiedad y estrés, 23(1), 6-11.