La philophobie ou la peur de tomber amoureux et de vivre l’amour

12 juin 2020
Il est normal de ne pas se sentir en sécurité quand on tombe amoureux. Cependant, la philophobie est une peur et donc quelque chose de beaucoup plus grave. La personne philophobe peut même éviter tout type d'interaction pour ne pas tomber amoureuse ou s'engager dans une relation.

Alors que beaucoup aspirent à connaître et à vivre l’amour dans toute sa plénitude, certaines personnes font l’expérience de la philophobie. C’est-à-dire qu’elles ressentent de la peur, du stress et de l’anxiété à l’idée de tomber amoureux. Connaissiez-vous cet état ?

La philophobie

Qu’est-ce que c’est ?

Comme son nom l’indique, la philophobie est une peur qui se manifeste chez les personnes qui ont extrêmement peur d’entrer dans une relation affective. En fait, rien que l’idée d’établir un lien ou une relation leur cause de la peur, du stress, de l’anxiété et de l’agitation.

Cependant, nous devons préciser qu’il s’agit d’un type de phobie, afin de la différencier des situations plus courantes d’insécurité et de peur lorsque nous tombons amoureux ou que nous commençons une relation. En effet, la personne philophobe ne connaît pas seulement une certaine insécurité, mais une peur extrême.

Elle est considérée comme un trouble anxieux qui peut avoir de graves conséquences. Ainsi, par exemple, dans les cas graves et motivés par la peur, les personnes philophobes peuvent éviter toute forme d’interaction. C’est-à-dire qu’elles préfèrent ne plus avoir de relations afin d’éviter des situations qui pourraient générer d’éventuelles rencontres.

Dans des cas très extrêmes, la peur des relations peut également s’étendre à d’autres types de relations, comme les relations familiales.

Bien sûr, tout cela produit un niveau élevé de stress et d’anxiété chez la personne philophobe, ce qui nuit à son bien-être et à ses relations personnelles. En outre, comme nous l’avons vu, elle peut même conduire à l’isolement social.

En général, la philophobie est plus fréquente chez les personnes qui ont subi un traumatisme antérieur. Il s’agit de cas de mauvais traitements, de ruptures très traumatisantes, d’abus, etc. D’autre part, cette phobie peut également être causée par la peur d’être rejeté.

Dans tous les cas, la peur des relations se présente comme un mécanisme de défense, afin d’éviter la souffrance ou le rejet, ou que la mauvaise expérience se répète.

Nous vous recommandons de lire : La peur du coronavirus : les clés de la gestion émotionnelle

Les modèles de comportement des philophobes

Une femme victime de philophobie

  • Anxiété et nervosité à l’idée de tomber amoureux ou d’établir une relation quelconque. Sur le plan physique, ils peuvent même souffrir de certains troubles tels que des crises de panique, des palpitations ou des troubles gastro-intestinaux, etc. D’autre part, sur le plan psychologique, ils présentent des niveaux de stress élevés
  • Répression des sentiments
  • Comportement de fuite ou isolement, en évitant les contacts sociaux
  • Dans de nombreux cas, des amours impossibles. Elles sont l’excuse parfaite pour le philophobe, qui essaie de se convaincre qu’il est capable de tomber amoureux, mais que la culpabilité réside dans l’impossibilité de cette relation

Comment vaincre la philophobie ?

La première étape, comme dans toute chose, est de reconnaître qu’il y a un problème. A partir de là, il est important de chercher de l’aide.

De fait, la philophobie est un mécanisme de défense qui est mis en marche par erreur pour éviter ou réagir à certaines situations qui produisent de la peur. Cependant, nous ne devons pas craindre d’entretenir des relations saines.

C’est pourquoi nous devrions mettre en place une sorte de thérapie qui aide à identifier et à modifier les habitudes de défense acquises et, bien sûr, à analyser la cause et la raison principale qui les a provoquées.

En ce sens, la thérapie cognitivo-comportementale est généralement très efficace. En outre, la thérapie de désensibilisation affective a également de très bons résultats. Cette thérapie consiste à se confronter, à s’exposer à ce qui produit la phobie, de sorte que, peu à peu, la personne se désensibilise et perd la peur.

Peut-être serez-vous intéressé : Quand devriez-vous suivre une thérapie de couple ?

Quelques conseils

Un homme traitant sa philophobie chez le psychologue

La thérapie ne fonctionnera pas si la personne philophobe ne fait pas sa part. C’est pourquoi les éléments suivants sont recommandés :

  • Exposition à la peur : c’est d’ailleurs l’un des meilleurs moyens de la surmonter.
  • Techniques de relaxation : des pratiques telles que la pleine conscience peuvent également aider à surmonter le problème
  • S’exprimer : parler aux gens autour de nous, aux amis ou à la famille, est toujours d’une grande aide
  • S’accorder du temps : changer un mécanisme de défense appris d’une expérience traumatisante n’est pas facile. Il faut beaucoup d’efforts et d’aide pour pouvoir tout changer dans notre esprit. Pour cette raison, le philophobe aura besoin de temps

L’amour ou les relations peuvent être douloureux, c’est vrai. Toutefois, ce n’est pas nécessairement le cas. Une relation, qu’elle soit sentimentale ou amicale, peut être épanouissante, satisfaisante et nous faire sentir vraiment heureux.

C’est pourquoi nous devons changer l’idée que s’abstenir de vivre la vie et ce que nous ressentons est une meilleure option que de les vivre. En effet, si nous agissons ainsi, nous n’aurons jamais une vie pleine, nous ne la vivrons jamais.

 

  • Cavallo, V. (1998). International Handbook of Cognitive and Behavioural Treatments for Psychological Disorders. pp. 5-6.
  • Dalgleish, T., Dunn, B., Mobbs, D. (2009). “Affective neuroscience: Past, present and future”,  Emotion Review, 1(4), pp. 355 – 368.
  • Tavormina, Romina. (2014). “Why are we afraid to love?”, Psychiatria Danubina. 26 Suppl 1. 178-83.