L’action du système immunitaire contre le cancer

26 janvier 2020
Le système immunitaire est aussi capable d'identifier et de combattre ses propres composants cellulaires. Cela se produit lorsque ces derniers sont anormaux.

Le système immunitaire est un système complexe de défense dont la fonction principale est de protéger l’organisme face aux agents externes. Pour cela, il est important de pouvoir distinguer nos propres composants par rapport aux corps étrangers.

Par ailleurs, ce système est capable également d’identifier et de combattre ses propres composants cellulaires. C’est le cas lorsque ces derniers sont anormaux. Par exemple, les cellules cancérigènes qui présentent des différences par rapport à la cellule normale.

Il est important de comprendre que dans tous les types de cancer, le processus de la maladie est que certaines cellules de l’organisme commencent à se diviser sans s’arrêter et se propagent aux tissus voisins. Le cancer est une maladie dangereuse et il est indispensable d’avoir une aide professionnelle pour la combattre correctement.

Fonctions du système immunitaire

Le système immunitaire qui combat les virus

 

En plus de reconnaître et de combattre les cellules tumorales, le système immunitaire dispose également d’autres moyens pour les empêcher de se manifester :

  • Protection contre les infections virales qui peuvent entraîner l’apparition de tumeurs : c’est le cas, par exemple, du virus du papillome humainEn outre, il possède un grand potentiel mutagène, de sorte que son infection peut altérer le matériel génétique des cellules
  • Combat en éliminant les agents pathogènes externes : lorsqu’il y a une infection, le corps réagit en développant une inflammation autour de celle-ci. Cependant, cette inflammation doit être résolue efficacement car cet environnement peut parfois générer l’apparition de tumeurs
  • Identification et élimination des cellules cancérigènes à l’aide de marqueurs spécifiques

Les antigènes de surface

Mais, comment le système immunitaire reconnaît-il les cellules cancérigènes ? La réponse se trouve dans les protéines de surface présentes dans toutes les cellules. Elles se nomment antigènes de surface.

Les antigènes de surface des cellules tumorales sont différents de ceux des cellules saines. Ainsi, les cellules du système immunitaire peuvent identifier ces antigènes et détecter quand ils correspondent à une cellule mutante.

D’autre part, les cellules immunitaires capables d’accomplir cette tâche de reconnaissance sont les lymphocytes T. Ces lymphocytes T possèdent un ensemble de récepteurs qui détectent les antigènes de surface.

Découvrez également : Le thymus : médiateur du bien-être du système immunitaire

L’action du système immunitaire contre le cancer

Le développement des cellules du système immunitaire

La réaction du système immunitaire face au cancer commence avec la reconnaissance des cellules mutées, grâce aux antigènes de surface mentionnés auparavant. Ces antigènes sont examinés par les lymphocytes T présents dans les ganglions lymphatiques.

Ensuite, les lymphocytes T subissent une série de changements et deviennent actifs. Cela leur donne la capacité de se déplacer et de voyager dans les vaisseaux sanguins. Grâce à cela, les lymphocytes atteignent la tumeur en étant dirigés par des gradients de concentration de certaines molécules de signalisation.

Une fois qu’ils sont arrivés à la tumeur, ils s’infiltrent dans cette région dans le but de l’attaquer. Ils identifient alors les cellules tumorales qui présentent certaines protéines à leur surface, puis procèdent à leur destruction.

Toutefois, cela est possible grâce à la stimulation d’un autre ensemble de cellules du système immunitaire. Par exemple, les cellules Natural Killer (NK) ou les macrophages.

Lisez aussi : Progrès de la nanomédecine en science de la santé

Mécanismes de fuite des cellules tumorales

 

La raison du développement du cancer, malgré l’action du système immunitaire, est que certaines cellules cancéreuses ont accumulé tellement de mutations qu’elles disposent de mécanismes pour contourner le système immunitaire.

Ces mécanismes permettent aux cellules tumorales de se cacher du système immunitaire. Par exemple, en occultant les antigènes de surface qui pourraient être reconnus.

Dans ces cas, le système immunitaire peut se défendre grâce aux cellules Natural KillerCes dernières sont capables de détecter lorsqu’une cellule a perdu ses propres antigènes de surface, de la reconnaître comme étrangère et de l’éliminer.

Un autre mécanisme que peuvent utiliser les cellules tumorales pour empêcher l’action du système immunitaire est de produire des messagers chimiques ayant une action inhibitrice sur les cellules immunitaires. Ainsi, ils créent une immunosuppression autour de la zone de la tumeur. Cela favorise donc la survie des cellules cancéreuses.

Pour toutes ces raisons, le principal objectif de l’immunothérapie est précisément d’aider le système immunitaire à combattre les cellules anormales. Ceci peut s’obtenir à travers une thérapie adjuvante, qui utilise des anticorps dirigés contre les cellules tumorales dans le but de favoriser leur élimination.