Progrès de la nanomédecine en sciences de la santé

24 septembre 2019
La nanomédecine utilise les connaissances de la nanotechnologie de telle manière qu'elle cible en particulier les tissus malades sans endommager les tissus sains.

Actuellement, les progrès que la nanomédecine fournit aux sciences de la santé portent sur la prévention, le diagnostic et le traitement. Surtout des pathologies qui ont un impact important sur la population.

Cette branche de la médecine utilise les connaissances de la nanotechnologie en ciblant spécifiquement les traitements des tissus malades sans endommager les tissus sains.

La nanotechnologie se consacre au contrôle et à la manipulation de la matière à une échelle inférieure à 1 micronPar conséquent, elle crée des matériaux et des systèmes dotés de propriétés uniques, capables de réaliser n’importe quelle fonction.

Domaines de la nanomédecine

La nanomédecine comprend 3 domaines :

1. Le nanodiagnostic

Il se base sur l’utilisation de nanodispositifs et de systèmes de contraste. Ainsi, on obtient une détection plus précise, plus sensible et plus rapide d’une maladie au stade initial. Les dispositifs pour les nanodiagnostics peuvent s’utiliser in vitro ou in vivo.

Lisez également : Découvrez nos techniques de stimulation prénatales

2. La nanothérapie ou l’administration contrôlée de médicaments

Cette partie de la nanomédecine se concentre sur l’utilisation de nanostructures qui permettent l’accumulation et l’administration contrôlée d’une substance active exclusivement dans les cellules malades.

Les nanostructures doivent :

  • Être biocompatibles
  • Transporter des doses de médicaments
  • Être stables jusqu’à atteindre le tissu ciblé

3. La nanomédecine régénérative

Celle-ci répare ou remplace les tissus ou les organes endommagés à travers la nanotechnologie. Par conséquent, on parvient à stimuler les mécanismes réparateurs du corps humain.

De nos jours, des systèmes théranostiques sont en cours de développement. Ces derniers combinent dans une même nanoparticule des éléments pour la détection et le traitement localisé d’une maladie.

D’autre part, ces systèmes permettraient la visualisation et l’évaluation de la cinétique et de l’efficacité du traitement.

Progrès de la nanomédecine en oncologie

La nanomédecine a fait des progrès en matière d'oncologie

Dans le domaine de l’oncologie, l’utilisation de la nanomédecine s’est centrée sur 2 problèmes communs à tout type de cancer : le diagnostic et les effets secondaires de la chimiothérapie.

Le diagnostic précoce du cancer augmente de manière significative les chances de guérison. L’une des principales utilités de la nanomédecine dans ce domaine est la possibilité de détecter des cellules tumorales dans les premiers stades de la maladie.

A ce propos, des études réalisées sur des modèles animaux ont révélé que les nanoparticules magnétiques liées aux marqueurs tumoraux permettaient de détecter correctement le cancer.

Cela peut même se produire lorsque les niveaux de ces marqueurs se situent bien en-dessous des niveaux détectables avec les méthodes utilisées actuellement.

La nanomédecine pour éviter les effets secondaires de la chimiothérapie

La chimiothérapie est un traitement très agressif. Il vise la destruction des cellules cancéreuses et comporte de multiples effets secondaires. Par exemple, il détruit également les cellules saines.

Dans le traitement du cancer, la nanotechnologie permet « d’encapsuler » les médicaments employés en chimiothérapie. De cette façon, elle améliore leur efficacité et diminue la toxicité dans l’organisme du patient.

Récemment, un groupe de chercheurs européens a créé des nanosphères capables de pénétrer uniquement dans les cellules cancéreuses. Par conséquent, cela pourrait éviter les effets négatifs de la chimiothérapie comme les nausées, la faiblesse physique ou la chute des cheveux.

La nanomédecine et les maladies cardiovasculaires

En ce qui concerne les maladies cardiovasculaires, de nombreux avantages de la nanomédecine ont été mis en avant. L’un des plus importants est la possibilité d’identifier les lésions dans les artères de manière très précoce.

Par ailleurs, certaines études sont en cours, dans lesquelles des nanoparticules sont capables d’administrer des médicaments dans les zones affectées de façon spécifiques.

Découvrez également : 5 conseils pour prévenir les maladies cardiovasculaires

Maladies neurodégénératives

Les maladies neurodégénératives peuvent aujourd'hui être mieux traitées grâce à la nanomédecine

Des maladies comme ParkinsonAlzheimer ou même l’arthrite peuvent être traitées de façon plus efficace. En effet, les nanoparticules se dirigent vers les zones spécifiques du cerveau ou des tissus.

La maladie d’Alzheimer se caractérise par une destruction progressive des neurones. A cet égard, on a souligné la possibilité de générer des neurones en utilisant les cellules mères existantes dans le cerveau au moyen de facteurs de croissance.

Toutefois, si les facteurs de croissance sont injectés dans la circulation sanguine, ils peuvent être captés par des tissus autres que le cerveau. Cette problématique pourrait également être résolue grâce à la nanomédecine.

Conclusion

La nanomédecine permettra dans un avenir proche de mieux diagnostiquer les maladies, et plus rapidement. En outre, des traitements localisés et personnalisés seront développés. De même, l’évolution de la maladie diagnostiquée pourra obtenir un suivi plus précis.

 

  • Lechuga, L. M. (2010). Nanomedicina: ampliación de la nanotecnología en la salud. Biotecnología Aplicada a La Salud Humana. https://doi.org/10.1007/BF00852089

  • Santa, C. F., & López Osorio, B. L. (2013). Materiales Poliméricos En Nanomedicina: Transporte Y Liberación Controlada De Fármacos. Revista de La Academia Colombiana de Ciencias Exactas, Físicas y Naturales. https://doi.org/10.1007/s10570-013-9863-0

  • Bea, D. B., Alain, P. T., Arlenis, A. P., & Jenry, C. C. (2011). Nanomedicina: aspectos generales de un futuro promisorio. Revista Habanera de ….