L’auriculothérapie pour traiter la maladie de Parkinson

15 février 2019
La maladie de Parkinson est un trouble dégénératif du système nerveux central (encéphale et moelle épinière). Découvrez en quoi consiste l'auriculothérapie.

Bien que la maladie de Parkinson soit jusqu’à ce jour une maladie incurable, il y a tout de même eu quelques avancées concernant le traitement. L’auriculothérapie ou acuponcture auriculaire est l’une de ces avancées.

Le traitement médicamenteux pour soigner la maladie de Parkinson n’est pas curatif. Presque toujours, ce traitement implique une augmentation des doses prescrites au fur et à mesure de l’avancée de la maladie et en fonction du moment de vie du patient.

Bien que l’objectif principal de ce traitement soit l’amélioration de la qualité de vie du patient, malheureusement cela n’est pas toujours le cas.

L’auriculothérapie : une découverte d’origine allemande

l'auriculothérapie, traitement de la maladie de Parkinson

Découverte en Allemagne en 2001, cette thérapie a démontré son aptitude pour traiter la maladie de Parkinson et autres maladies neurodégénératives, telles que la sclérose en plaques (SEP), le syndrôme des jambes sans repos (SJSR), la démence vasculaire, la maladie de Pick, l’Alzheimer, entre autres.

Vous vous demandez maintenant en quoi consiste cette thérapie ? L’auriculothérapie consiste à poser des micro-implants en titane sur le tissu cartilagineux de l’oreille.

En d’autres termes, après évaluation de l’état de santé du patient, on procède à l’implantation de petites aiguilles fines en titane dans le cartilage de l’oreille.

Il s’agit d’un traitement complètement indolore et sans effets secondaires non désirés. Ce traitement a déjà amélioré la qualité de vie de plus 5000 personnes dans le monde.

Cet article peut aussi vous plaire : 6 astuces pour renforcer votre système nerveux

L’auriculothérapie : comment fonctionne ce traitement dans le cas de la maladie de Parkinson ?

l'auriculothérapie et la maladie de parkinson

Pour comprendre en quoi consiste la grande réussite de ce traitement, il est nécessaire d’avoir à l’esprit que la maladie de Parkinson se déclenche lorsque les neurones produisent une quantité insuffisante de dopamine, ce qui a pour conséquence la détérioration de la substance noire compacte du cerveau, entre autres.

Cela se traduit par une altération motrice qui, peu à peu, se manifeste par un appauvrissement des mouvements. En quelques mots, pour faire simple : les personnes qui souffrent de la maladie de Parkinson deviennent de plus en plus lentes et perdent en flexibilité, en coordination et en équilibre.

C’est pour cela que le point de départ est le cartilage du pavillon auriculaire, lequel possède de nombreuses terminaisons nerveuses.

À cet endroit, sont placées des aiguilles sous la peau au moyen d’un système de pression adapté dans le but d’activer les mécanismes de l’organisme, lesquels se trouvent paralysés. Cela a pour conséquence de réguler la production de dopamines et autres neurotransmetteurs. Pour désigner cette technique, on parle de « aiguille permanente » ou encore d’ « implantologie auriculaire ».

Le succès du traitement réside dans le fait que, une fois l’acuponcture réalisée, on obtient un stimulus naturel permanente capable de réduire les symptômes et de ralentir la progression de la maladie.

Les principaux facteurs pris en compte avant d’avoir recours à cette thérapie sont les suivants :

  • symptômes du patient
  • état psychologique du patient
  • gravité de la maladie
  • médicaments pris jusque lors

L’évolution du traitement

L’auriculothérapie a été perfectionnée de manière systématique. De nos jours, elle offre un spectre de points de micro-implantation beaucoup plus large en fonction des symptômes de chaque patient. Il est donc maintenant possible d’apporter une attention beaucoup plus personnalisée.

À la différence de l’acuponcture traditionnelle, ce traitement permet de placer beaucoup plus d’aiguilles en une seule intervention.

Il convient de souligner que les aiguilles en titane reste implantées dans le tissu cartilagineux de façon permanente. Il est donc inutile de remplacer les aiguilles. Néanmoins, un certain suivi s’impose. Gardez à l’esprit qu’une étude du patient est nécessaire pour déterminer le nombre d’aiguilles dont le patient a besoin.

Cet article peut aussi vous plaire : 5 jus et infusions bons pour le système nerveux

Auriculothérapie : le témoignage des patients

Les patients atteints de la maladie de Parkinson qui ont déjà reçu ce traitement ont identifié les bienfaits suivants  :

  • diminution de l’anxiété
  • meilleure facilité de déplacement
  • diminution de la raideur musculaire
  • soulagement de la douleur et autres gênes physiques
  • meilleur équilibre (grâce au renforcement de la musculature paravertébrale)
  • diminution de la dose des médicaments et meilleure qualité de vie

Cela fait quinze ans que le Centre de médecine neurogénérative, en Espagne, s’occupe de patients du monde entier de façon complètement personnalisée.

L’institution maintient une ligne de recherche avant-gardiste qui, sans l’ombre d’un doute, permet de maintenir aussi bien la qualité du traitement que la qualité des professionnels.

 

  • Tomlinson, C. L., Patel, S., Meek, C., Herd, C. P., Clarke, C. E., Stowe, R., … Ives, N. (2013). Physiotherapy versus placebo or no intervention in Parkinson’s disease. Cochrane Database of Systematic Reviews. https://doi.org/10.1002/14651858.CD002817.pub4
  • Williams, A., Gill, S., Varma, T., Jenkinson, C., Quinn, N., Mitchell, R., … Wheatley, K. (2010). Deep brain stimulation plus best medical therapy versus best medical therapy alone for advanced Parkinson’s disease (PD SURG trial): a randomised, open-label trial. The Lancet Neurology. https://doi.org/10.1016/S1474-4422(10)70093-4
  • Silvério-Lopes, S., & Seroiska, M. A. (2013). Auriculoterapia para Analgesia. In Analgesia por Acupuntura. https://doi.org/10.7436/2013.anac.01
  • Wardavoir, H. (2011). Terapias manuales reflejas. EMC – Kinesiterapia – Medicina Física. https://doi.org/10.1016/S1293-2965(11)71087-8