L'anesthésie locale en dentisterie : regard sur ses avantages et ses risques

Il est courant que la dentisterie utilise une anesthésie locale pour éliminer la douleur pendant les traitements. Quels sont ses avantages et ses complications ?
L'anesthésie locale en dentisterie : regard sur ses avantages et ses risques
Vanesa Evangelina Buffa

Rédigé et vérifié par la dentiste Vanesa Evangelina Buffa.

Dernière mise à jour : 20 novembre, 2022

L’anesthésie locale utilisée en dentisterie vous permet d’effectuer de nombreuses procédures dentaires habituelles qui, autrement, ne pourraient pas être effectuées. Cette technique élimine la douleur et la sensibilité dans la bouche pour éviter que la personne ne ressente de l’inconfort lors des traitements bucco-dentaires.

Il est souvent utilisé dans ces procédures complexes et inconfortables qui visent à corriger une anomalie ou une blessure. Aussi pour le traitement des maladies bucco-dentaires complexes. Et bien que son application implique une ponction, elle permet à la personne de recevoir des traitements bucco-dentaires sans souffrir.

En tout état de cause, il s’agit d’une intervention qui n’est pas exempte d’effets indésirables. Le potentiel de réactions défavorables dépend de plusieurs facteurs. Cependant, le dentiste tentera toujours de prendre les précautions nécessaires pour les éviter. Voulez-vous en savoir plus? Continue de lire!

Qu’est-ce que l’anesthésie locale utilisée en dentisterie ?

L’anesthésie locale appliquée en dentisterie est une procédure réalisée pour inhiber la conduction nerveuse dans certaines zones de la bouche. Il consiste à appliquer une substance spéciale sur un site de la cavité buccale pour éliminer l’inconfort et la sensibilité lors de l’exécution d’un traitement.

Bien qu’il existe différentes façons de supprimer la douleur chez le patient, cette méthode est généralement la plus utilisée. Il est utilisé dans les procédures courantes, telles que les suivantes :

La personne est consciente et peut communiquer lors de l’anesthésie et tout au long de la procédure dentaire. Seule la sensibilité de la zone où le traitement dentaire est effectué est éliminée.

Il existe plusieurs substances qui peuvent être appliquées pour obtenir les effets anesthésiques. Certains des plus courants sont les suivants :

  • Prilocaïne.
  • Articaïne.
  • Bupivacaïne.
  • Lidocaïne.
  • Mépivacaïne.

Ils peuvent être associés à des vasoconstricteurs tels que l’épinéphrine, qui prolongent et localisent leur effet et réduisent les saignements tissulaires.

En général, l’anesthésie prend environ 10 minutes pour faire effet. Le manque de sensibilité dure entre 30 et 60 minutes, selon le médicament utilisé et les caractéristiques du patient.

Après son application, la personne sent que la zone s’engourdit et perd de sa sensibilité. Vous pouvez également ressentir des picotements et une sensation de bouche enflée ; cependant, ce dernier n’est pas le cas. L’effet disparaît au bout de quelques heures après l’intervention.

Qu'est-ce que l'anesthésie locale utilisée en dentisterie?
L’anesthésie locale en dentisterie permet d’éviter la sensibilité et la douleur lors de divers traitements.

Types d’anesthésie locale en dentisterie

En dentisterie, nous pouvons différencier différents types d’anesthésie locale, en fonction de la zone de la bouche où le médicament est injecté.

  • Infiltrant : la ponction est pratiquée près des racines des dents à engourdir. Une fois l’injection placée, le liquide se diffuse dans les terminaisons nerveuses. Il est fréquemment utilisé dans l’arcade supérieure et dans certaines zones de la mâchoire inférieure, en particulier chez les enfants.
  • Tronc : dans ce cas, tout le nerf sensitif qui innerve une zone de la bouche est bloqué. Il est fréquemment utilisé pour désensibiliser le nerf alvéolaire inférieur et ainsi anesthésier toute la voûte plantaire inférieure, y compris les dents, la langue et la lèvre. De plus, il peut être utilisé sur les nerfs infraorbitaire, grand palatin, nasopalatin, mental et buccal.
  • Intraligamentaire : il est appliqué dans l’espace parodontal, entre l’os dentaire et la racine dentaire. Il est généralement complété par l’un des deux précédents.

Avantages de l’anesthésie locale en dentisterie

Le principal avantage de l’utilisation de l’anesthésie locale en dentisterie est la possibilité d’effectuer des traitements dans la bouche sans que la personne ne ressente d’inconfort et de douleur. Dans le cas contraire, les interventions ne pourraient être effectuées. De plus, il offre d’autres avantages, tant pour le patient que pour le dentiste.

  • La personne reste consciente et capable de coopérer pendant la procédure.
  • Le patient peut quitter la consultation par ses propres moyens sans dépendre de l’assistance d’une autre personne.
  • Elle est facile à placer.
  • Il y a une distorsion minimale des fonctions normales du patient.
  • Le taux d’échec est très faible.
  • Elles sont économiques et leur utilisation n’implique pas de dépense supplémentaire pour le patient.

Risques

Comme tout médicament qui s’applique sur le corps, l’anesthésie locale utilisée en dentisterie n’est pas exempte de provoquer des effets indésirables. Dans tous les cas, ces situations sont sporadiques et peu fréquentes.

Selon une étude de l’Illustre Collège Officiel des Dentistes et Stomatologues de la Première Région (COEM) sur les complications liées à l’anesthésie buccale, les situations suivantes peuvent survenir :

  • Douleur lors de la ponction : comme dans la plupart des injections, le patient peut ressentir la douleur de la ponction. Celle-ci augmente si plusieurs piqûres sont faites au même endroit, le liquide est injecté très rapidement, la solution est très froide ou l’opérateur est négligent.
  • Trismus : c’est un spasme des muscles masticateurs qui empêche d’ouvrir la bouche normalement. Elle peut être associée à une action réflexe due à des douleurs causées par des hémorragies, des ecchymoses ou par un traumatisme du muscle ptérygoïdien interne lors de la mise en place de l’injection appliquée à la mandibule.
  • Paralysie du nerf facial : la paralysie peut survenir immédiatement, lors de l’injection de l’anesthésique, ou tardivement. Il survient en plaçant accidentellement une anesthésie dans le lobe profond de la glande parotide, à travers lequel passe le nerf facial.
  • Paresthésie : la personne perçoit un engourdissement, une perte partielle de sensation, des brûlures et des picotements dans la région, même après la fin de l’anesthésie.
  • Blessures auto-induites des tissus mous : n’ayant aucune sensation au niveau de la joue ou de la langue, le patient peut se mordre ou se blesser par inadvertance. À ce moment-là, vous ne ressentirez pas de douleur, mais lorsque les effets anesthésiants se dissiperont, la lésion dans votre bouche vous dérangera.
  • Réactions allergiques : bien que rares, les médicaments utilisés pour anesthésier peuvent déclencher une réaction allergique. Il peut provoquer de l’urticaire, du prurit, de l’œdème, de la rhinite et, moins fréquemment, un processus anaphylactique.

Autres complications associées à l’anesthésie locale en dentisterie

Certains patients peuvent éprouver d’autres complications associées à l’anesthésie. Localement, certaines personnes souffrent d’ ecchymoses au site de ponction, d’ischémie de la peau du visage ou développent des infections dans la zone anesthésiée.

Au niveau général, des nausées ou des vomissements peuvent survenir. Il peut également y avoir des épisodes de maux de tête ou de maux de tête, de transpiration, de tremblements, d’étourdissements, de fatigue et de bouche sèche. Dans de très rares cas, il existe un risque de convulsions, de problèmes cardiaques, d’insuffisance respiratoire et de coma.

femme en dentisterie
Pour réduire les risques lors de l’application d’une anesthésie locale en dentisterie, il est important d’informer le dentiste des grossesses possibles, des maladies sous-jacentes, entre autres conditions particulières.

Précautions particulières avant l’utilisation d’anesthésiques locaux

Certaines conditions et situations nécessitent une évaluation spéciale par le dentiste avant de procéder à l’utilisation d’un anesthésique dans la bouche. Pour éviter les désagréments, il est essentiel qu’il y ait une communication adéquate entre le dentiste et le patient.

D’une part, le dentiste doit informer la personne des risques et des mesures de sécurité prises pour les éviter. D’autre part, le patient doit clarifier au professionnel toutes les données de santé, les maladies, les médicaments habituels et les informations qu’il juge utiles avant la procédure.

Voici quelques situations que le patient doit signaler lors de sa visite chez le dentiste :

  • Grossesse : la femme enceinte doit informer le dentiste de son état (même s’il est suspecté). Bien que l’anesthésie locale soit sans danger pendant la grossesse, il est préférable de l’utiliser au cours du deuxième trimestre.
  • Besoins spéciaux : Certains patients ayant des besoins spéciaux peuvent avoir des complications médicales qui nécessitent une évaluation générale préalable. De plus, ils nécessitent souvent un ajustement de la dose d’anesthésique. Il peut être pratique de combiner la procédure avec un certain type de sédation qui facilite l’exécution des manœuvres de ponction.
  • Âge : l’enfance et les personnes âgées peuvent également nécessiter des considérations particulières lors de l’utilisation d’une anesthésie locale.
  • Problèmes hépatiques, rénaux, pulmonaires ou cardiaques : les personnes atteintes de ces affections peuvent avoir besoin d’ajuster la dose ou d’utiliser des produits sans vasoconstricteurs.
  • Infections buccales ou plaies ouvertes dans la bouche : il faut laisser les lésions cicatriser avant de procéder à l’injection.

Communication entre le dentiste et le patient

Comme nous l’avons vu, l’anesthésie locale en dentisterie offre de nombreux avantages lors de la réalisation des traitements dentaires habituels. Dans tous les cas, il peut produire des effets indésirables, bien que ce ne soit pas le plus courant.

L’un des moyens d’ éviter les déboires est d’établir un dialogue entre le dentiste et le patient. Dissiper les doutes et signaler les situations liées à l’état de santé est essentiel pour utiliser cette ressource avec succès.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les différents types d’antidépresseurs
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Les différents types d’antidépresseurs

Les antidépresseurs n'ont pas tous les mêmes fonctions et ne présentent pas tous les mêmes risques. Découvrez les différents types d'antidépresseur...



  • Campos Medina, A. S. (2022). Evidencia científica sobre el uso de anestésicos locales en Odontología.
  • Gierl, F. (2011). La anestesia local en odontología. Quintessence: Publicación internacional de odontología24(7), 384-389.
  • Martínez, A. M., Escorcia, V. S., & Caballero, A. J. D. (2021). Complicaciones asociadas a la anestesia bucal: diagnóstico y manejo. Científica dental: Revista científica de formación continuada18(2), 39-44.
  • Collado-Chagoya, R., Cruz-Pantoja, R. A., Hernández-Romero, J., León-Oviedo, C., Velasco-Medina, A. A., Velázquez-Sámano, G., & Chávez-Ortega, S. G. (2019). Alergia a anestésicos locales: serie de casos y revisión literatura. Revista mexicana de anestesiología42(4), 296-301.
  • García Peñín, A., Guisado Moya, B., & Montalvo Moreno, J. J. (2003). Riesgos y complicaciones de anestesia local en la consulta dental: Estado actual. RCOE8(1), 41-63.
  • Flores Cassagne, X. A. (2021). Riesgo y complicaciones de la anestesia local en odontología (Bachelor’s thesis, Universidad de Guayaquil. Facultad Piloto de Odontología).
  • Ho, J. P. T., van Riet, T. C., Afrian, Y., Sem, K. T. C. J., Spijker, R., de Lange, J., & Lindeboom, J. A. (2021). Adverse effects following dental local anesthesia: a literature review. Journal of Dental Anesthesia and Pain Medicine21(6), 507.
  • Yalcin, B. K. (2019). Complications associated with local anesthesia in oral and maxillofacial surgery. Topics in Local Anesthetics, 151.