Le changement climatique frappe le plus durement les populations vulnérables

Le changement climatique est une réalité qui menace la vie des populations les plus vulnérables, y compris les générations futures. Lisez la suite pour savoir comment minimiser son impact.
Le changement climatique frappe le plus durement les populations vulnérables

Dernière mise à jour : 05 août, 2021

Le changement climatique désigne un processus de variation des conditions atmosphériques et environnementales en général, entraînant diverses conséquences liées à la qualité de l’air, de l’eau et du sol.

Dans le contexte actuel, divers facteurs (notamment l’augmentation des gaz à effet de serre due à l’utilisation continue de combustibles fossiles) accélèrent le processus. Cependant, cela constitue une menace pour la diversité de la vie sur la planète.

Qu’est-ce que le changement climatique ?

Le climat est un système influencé par certains facteurs : latitude, humidité, vents, hauteur au-dessus du niveau de la mer, courants océaniques. Certains de ces facteurs peuvent être modifiés, d’autres moins.

La nature régule le climat pour le maintenir dans certains paramètres. Cependant, lorsque les conditions changent de manière persistante au fil du temps, nous commençons à parler de changement ou de variabilité climatique.

Par conséquent, le changement climatique est une variation du climat moyen d’une région à moyen ou long terme. Il peut être du à des processus naturels (tels que l’activité solaire ou volcanique) et à des facteurs anthropiques, c’est-à-dire à des actions humaines polluantes.

Le changement climatique a toujours eu lieu sur la planète au cours de l’histoire, mais il a été lent et progressif. Aujourd’hui, cependant, on s’alarme car cela se produit très rapidement, et ni les écosystèmes ni les humains ne sont préparés à y faire face.

Les émissions de gaz à effet de serre comptent parmi les raisons de ce phénomène. Ces gaz sont émis par les transports utilisant des combustibles fossiles et par l’activité agricole et industrielle.

Conséquences du changement climatique sur la santé

Le changement climatique est déjà observé. Il y a le réchauffement de la planète et la fonte des calottes glaciaires polaires, ce qui affecte à son tour le niveau des mers et les courants océaniques. On observe également des changements dans les précipitations (précipitations extrêmes suivies de graves sécheresses).

À leur tour, les effets du changement climatique sur la santé des personnes sont divers. Il s’agit notamment des éléments suivants :

  • Des études rapportent que la mortalité due aux maladies cardiovasculaires, respiratoires et cérébro-vasculaires augmente pendant les vagues de chaleur.
  • Selon le rapport du Réseau d’information sur la sécurité alimentaire, les catastrophes liées au changement climatique ont un impact sur la production alimentaire, aggravant la faim et augmentant les maladies associées à la malnutrition et à la sous-alimentation.
  • En ce qui concerne les maladies transmises par les moustiques, les recherches concluent que la prolifération des Aedes est influencée par les conditions environnementales.
  • Les diarrhées infectieuses et autres maladies associées à la consommation d’eau contaminée ou à la réduction des sources d’eau pour l’hygiène sont en augmentation.
  • Des études montrent une augmentation de l’asthme due à la pollution environnementale.
Une femme ayant une crise d'asthme.
Les maladies respiratoires sont exacerbées par la pollution atmosphérique, ce qui entraîne une prévalence plus élevée des épisodes d’asthme.

Les populations les plus vulnérables au changement climatique

Le changement climatique a des répercussions sur l’appareil économique et productif, affectant l’approvisionnement en électricité, les voies de communication, les ménages, les industries et les institutions. Elle limite l’accès des personnes aux biens et aux services.

Cela peut toucher tout le monde, mais pas de manière égale. Il est nécessaire de reconnaître que certaines populations sont plus vulnérables au changement climatique et sont souvent les premières à en subir les conséquences.

Selon le document intitulé Climate Change and Social Inequality, publié par les Nations Unies, cette vulnérabilité se manifeste sous 3 aspects, compris comme la propension, la prédisposition ou le risque d’être affecté négativement par les effets du changement climatique :

  1. Une plus grande exposition.
  2. Une plus grande susceptibilité aux dommages.
  3. Et une plus faible capacité de récupération.

Minorités ethniques

Les minorités ethniques ont tendance à vivre à la périphérie des grandes villes ou dans les banlieues, même dans les pays développés. Certaines sont des communautés de migrants ou de personnes déplacées par un conflit.

Ces groupes souffrent déjà d’inégalités dans l’accès aux services de santé. Et le changement climatique peut intensifier ou souligner ces inégalités.

Dans le même ordre d’idées, une recherche publiée en 2015 a révélé que le taux de mortalité des enfants des familles afro-américaines était plus élevé pendant les vagues de chaleur dans l’État américain de Californie.

Personnes en situation de pauvreté

Qu’elles appartiennent ou non à des minorités ethniques, la plupart des personnes en situation de pauvreté vivent dans des zones côtières de faible altitude ou sur les pentes des montagnes. Ces terres sont moins chères, mais en même temps peu sûres, instables et constamment sujettes aux inondations ou aux glissements de terrain.

Population rurale

La majorité de la population rurale dépend de l’agriculture de subsistance pour survivre. Cette agriculture est plus précaire et plus vulnérable au changement climatique.

De plus, ces familles vivant dans des zones rurales pauvres ont tendance à occuper les terres les moins productives qui sont les plus susceptibles d’être affectées par les inondations ou les sécheresses. Elles ne sont pas protégées et manquent de systèmes d’irrigation.

Les peuples autochtones

Bien que leur mode de vie ait peu d’impact sur l’environnement, les groupes autochtones ont également été affectés par le changement climatique. Ils vivent souvent dans la jungle ou dans des zones reculées, sans voies de communication ; ils sont souvent isolés par des phénomènes météorologiques.

La nécessité de freiner le changement climatique

L’arrêt du changement climatique est plus que nécessaire, il est inéluctable et ne peut être reporté. Nous devons nous rappeler que tout comme il existe des populations vulnérables, il existe également des écosystèmes sensibles, voire des pays entiers. La planète est fragile.

Le changement climatique a un impact sur les personnes, l’appareil productif et les écosystèmes. La vie humaine en général, la flore et la faune sont liées au climat, car elles en dépendent.

Afin de progresser dans la réduction de l’impact du changement climatique, nous devons commencer par examiner la vulnérabilité des populations et des écosystèmes, en tenant compte des principaux facteurs :

  • Réduction de la sensibilité : certains groupes et systèmes sont plus sensibles aux impacts du changement climatique. En les gardant en bonne santé, vous les rendez moins vulnérables.
  • Améliorer la capacité d’adaptation : cela contribue également à réduire la vulnérabilité en fournissant des mécanismes permettant de résister aux chocs potentiels.
  • Augmenter la résilience : il s’agit de la capacité d’un organisme ou d’un système à revenir à son état initial après une perturbation. Dans ce cas, il s’agit de la capacité d’une population ou d’un écosystème à se rétablir après un événement catastrophique.
La sécheresse du sol.
Les changements climatiques soudains affectent le plus les populations vulnérables, car elles sont plus exposées et moins protégées.

Comment pouvons-nous atténuer le changement climatique et ses impacts ?

Les principaux responsables du changement climatique sont les gaz à effet de serre. L’équation est simple : plus les émissions sont élevées, plus le réchauffement est important, et vice versa.

Et là, nous ne pouvons pas dire que l’action n’est pas à notre portée. Commençons par utiliser nos voitures le moins possible. Nous pouvons nous mettre d’accord avec nos voisins ou nos collègues de travail, ou nous pouvons marcher, faire du vélo ou prendre le métro.

Il est également considéré comme important d’éviter la déforestation des forêts, car la couche arable absorbe le dioxyde de carbone et produit de l’oxygène, ce qui contribue à maintenir les températures et à conserver les sols.

Presque toutes les activités humaines ont un impact sur le réchauffement. S’ils ne peuvent pas l’empêcher, il est possible d’en réduire l’impact. Dans le cas de l’agriculture, par exemple, elle fait partie du problème, car des gaz à effet de serre sont émis (par les machines, par exemple).

Mais elle peut aussi faire partie de la solution si les bonnes pratiques sont mises en œuvre dans le cadre d’une vision durable. Dans le cas des sols, par exemple, cela se fait en diversifiant les cultures ou en évitant l’utilisation de pesticides.

Et il y a tant d’autres petites actions quotidiennes, mais décisives, comme le recyclage, l’utilisation de sacs en tissu plutôt qu’en plastique, l’extinction des lumières et des équipements que nous n’utilisons pas ou le non-gaspillage de l’eau.

Tout est entre nos mains

Les plus vulnérables sont les premiers à subir les effets du changement climatique, mais nous ne devons pas penser que nous sommes exempts de les subir nous-mêmes. La planète est une et nous en faisons partie. Tout ce qui l’affecte nous nuira tôt ou tard.

Le réchauffement et les diverses conséquences liées au changement climatique continueront à se faire sentir pendant un certain temps encore, même si les émissions de gaz à effet de serre sont stoppées. Ces gaz resteront dans l’atmosphère pendant longtemps encore.

Cela ne signifie pas que nous ne pouvons ou ne devons rien faire. Si nous travaillons tous à réduire notre empreinte carbone, nous laisserons le meilleur héritage pour l’avenir, car il y en aura un.

Cela pourrait vous intéresser ...
Pollution plastique : comment affecte-t-elle notre santé ?
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Pollution plastique : comment affecte-t-elle notre santé ?

La gestion des déchets plastiques constitue un enjeu majeur de notre monde actuel. Quel est l'impact de la pollution plastique ?



  • Arnell N, Gosling S. The impacts of climate change on river flow regimes at the global scale. J. Hydrol. 2013; 486: 351-364.
  • CEPAL. Istmo centroamericano: efectos del cambio climático sobre la agricultura. Mexico D.F.: CEPAL, 2009.
  • Denton F. Climate change vulnerability, impacts, and adaptation: why does gender matter? Gend. Dev. 2002; 10(2):10–20.
  • Food and Agriculture Organization of the United Nations. The state of food security and nutrition in the world. Safeguarding against economic slowdowns and downturns Roma: FAO, 2019.
  • Gregory PJ, Ingram JSI, Brklacich M. Climate change and food security. Philos. Trans. R. Soc. Biol. Sci. 2005; 360: 2139- 2148.
  • Haines A, Kovats RS, Campbell-Lendrum D, Corvalan C. Climate change and human health: impacts, vulnerability and public health. Public Health. 2006; 120: 585- 596
  • Harvey CA, Chacón M, Donatti CI, Garen E, Hannah L, et al. Climate-smart landscapes: opportunities and challenges for integrating adaptation and mitigation in tropical agriculture. Conserv. Lett. 2014; 7(2): 77–90.
  • Imbach P, Molina L, Locatelli B, Roupsard O, Mahé G, et al. Modeling potential equilibrium states of vegetation and terrestrial water cycle of mesoamerica under climate change scenarios. J. Hydrometeorol. 2012; 13(2): 665 – 80.
  • Kelly P, Adger W. Theory and practice in assessing vulnerability to climate change and facilitating adaptation. Clim. Chang. 2000; 47: 325 – 352.
  • Morton JF.. The impact of climate change on smallholder and subsistence agriculture. Proc. Natl. Acad. Sci. 2007; 104(50): 19680–85.
  • Smit B, Wandel J. Adaptation, adaptive capacity and vulnerability. Glob. Environ. Chang. 2006; 16(3): 282–92.
  • Viguera B, Martínez-Rodríguez M, Donatti C, Harvey C y Alpízar F. El clima, el cambio climático, la vulnerabilidad y acciones contra el cambio climático. Costa Rica, Proyecto Cascada, 2017.