Le cycle de reproduction des virus

3 juin 2020
Le cycle de reproduction des virus est un processus par lequel ils utilisent un organisme vivant pour se multiplier. Une fois qu'ils réussissent, ils endommagent ce même organisme pour se multiplier dans un autre corps.

Le cycle de reproduction des virus est complexe et intéressant. Ces particules ne possèdent pas de cellules et ne peuvent donc pas se reproduire de manière autonome. Pour ce faire, les virus ont besoin d’un hôte, c’est-à-dire d’un organisme vivant. À l’intérieur de cet organisme, ils sont capables de se répliquer, tandis qu’à l’extérieur, ils sont susceptibles d’être détruits.

Les cycles de reproduction des virus peuvent être de deux types :

  • Lithiques
  • Lysogènes

Le cycle de reproduction lytique a lieu lorsque le virus pénètre dans la cellule et y transcrit immédiatement son matériel génétique. En d’autres termes, il attaque la cellule rapidement et directement.

Dans le cycle lysogène, en revanche, les virus s’insèrent dans l’ADN de leur cellule hôte. Ce faisant, ils deviennent très difficiles à détecter et se multiplient sans qu’on s’en aperçoive. En d’autres termes, ils se camouflent dans la structure qu’ils infectent.

Les étapes du cycle de reproduction des virus

N’oubliez pas que les virus sont des structures composées uniquement d’acides nucléiques et de quelques protéines. Il s’agit donc de très petites unités. La science ne les classe pas comme des êtres vivants, mais elle ne les classe pas non plus comme des êtres morts. Malgré cela, ils remplissent deux fonctions typiques des êtres vivants : ils sont en relation les uns avec les autres et ils se reproduisent.

Les virus contiennent une molécule génétique qui est presque toujours entourée d’une enveloppe faite de protéines et de sucres. Lorsqu’ils atteignent une cellule de leur hôte, ils entrent dans le noyau et le séquestrent, c’est-à-dire qu’ils le mettent au service de leur propre intérêt. Puis ils commencent à se multiplier.

Des virus en gros plan

Lire la suite : Comment prévenir les infections virales ?

Phase d’adsorption et de pénétration

La première phase du cycle de reproduction des virus est l’adsorption ou fixation. Cela correspond au moment où le virus entre en contact avec l’organisme qu’il va infecter. Cela se produit généralement de manière aléatoire, par exemple lorsque quelqu’un éternue et qu’il y a une personne à proximité.

Ensuite, le virus reconnaît les récepteurs de la cellule où il va être hébergé, et lorsqu’il le fait, il s’attache à la membrane de cette cellule. Puis, commence la deuxième phase du cycle de reproduction du virus, qui est la pénétration. Elle consiste pour le virus à injecter son matériel génétique dans la cellule où il est arrivé.

Le processus est similaire à ce qui se passe avec une seringue, mais dans ce cas, ce que le virus injecte, c’est de l’information génétique. Pour ce faire, il doit briser la membrane cellulaire, ce qu’il fait en libérant une enzyme.

Phase de multiplication et d’assemblage

Une fois que le micro-organisme a pénétré dans la cellule de son hôte et l’a séquestré, la phase suivante du cycle de reproduction commence : la multiplication. Elle consiste en la réplication de son matériel génétique. Le virus cherche à créer les composants nécessaires à la formation de nouvelles particules virales.

Comme il existe différents types de virus, ce processus se déroule également de différentes manières. Lorsque le processus de multiplication est terminé, l’assemblage commence. Cela consiste à prendre les différentes parties et à les assembler en une structure qui forme de nouveaux virions, ou corps de virus.

Des virus qui se multiplient

Phases de libération

La dernière phase est la libération des nouveaux corps viraux, ou virions, à l’extérieur de la cellule. Ceux-ci font un voyage jusqu’à ce qu’ils trouvent une nouvelle cellule pour les accueillir, pour répéter tout le cycle de reproduction.

Certains types de virus effectuent ce processus de libération de manière forcée. C’est-à-dire qu’ils parviennent à sortir en brisant la membrane de la cellule d’où ils étaient originaires. Si les virus ont une enveloppe lipidique, ils passent alors par un processus appelé « bourgeonnement ». Dans ce cas, ils prennent une partie de la membrane de la cellule hôte et se couvrent avec elle.

Comme vous pouvez le voir, dans cette dernière phase, les virus brisent la membrane cellulaire et cela entraîne la mort de la cellule. Ce processus se répète sans cesse : ils progressent dans le corps en tuant les cellules, les unes après les autres.

L’organisme active le système immunitaire pour les combattre et les empêcher de faire d’autres dégâts. S’il n’y parvient pas, il faut recourir à des médicaments pour gagner la bataille. Et s’ils échouent aussi, de graves maladies et même la mort s’ensuivent.

En savoir plus : Est-ce une allergie, une grippe ou le coronavirus ?

Pourquoi est-il important de comprendre le cycle de reproduction des virus ?

Comprendre ce cycle de reproduction nous permet de réfléchir à la manière de nous protéger de ce organismes. La prévention contre ces particules est importante, car il n’existe pas beaucoup de médicaments antiviraux efficaces. Les maladies virales peuvent être bénignes, comme un rhume, mais aussi graves, comme le sida.

Plus nous comprenons leur processus de reproduction, plus nous sommes susceptibles de les combattre. Les vaccins et les médicaments pour leur traitement proviennent de ces connaissances, d’où leur importance.

 

  • Gomez-Lucia, E., Doménech, A., Benítez, L., Prieto, C., Simarro, I., & LePoder, S. (2019). Virus animales, su transmisión y enfermedades que producen, un MOOC para todos. VetDoc. Revista de Docencia Veterinaria, 3, 39-40.
  • Vílchez, Glenda, and Guillermina Alonso. « Alcances y limitaciones de los métodos de epidemiología molecular basados en el análisis de ácidos nucleicos. » Revista de la Sociedad Venezolana de microbiología 29.1 (2009): 6-12.
  • Mora, Nancy J., and Julieta Farina. « Propuesta de enseñanza del modelo de membrana celular basada en un modelo analógico y teatralización. » Revista d’innovació docent universitària: RIDU 11 (2019): 46-53.