Le glaucome à angle ouvert : en quoi consiste-t-il ?

Le glaucome à angle ouvert génère un risque de cécité si on ne le traite pas à temps. Le problème est qu'il ne produit que rarement des symptômes et qu'il a tendance à souvent passer inaperçu.
Le glaucome à angle ouvert : en quoi consiste-t-il ?

Dernière mise à jour : 27 avril, 2021

Le glaucome à angle ouvert est une maladie des yeux qui peut conduire à la cécité. Il provoque des dommages dans le nerf optique, qui génèrent une perte du champ visuel. Bien souvent, on l’associe à l’augmentation de la pression oculaire, mais il peut aussi apparaître avec une pression normale.

Il existe un glaucome à angle ouvert et à angle fermé, mais le plus commun est le premier. On estime qu’il correspond à 90 % des cas. En fonction de la région, il peut être la seconde ou la quatrième cause de cécité dans le monde.

On donne aussi le nom de glaucome primaire ou chronique au glaucome à angle ouvert. Il se développe lentement et dure toute la vie. Pendant très longtemps, il progresse sans présenter de symptômes et a tendance à passer inaperçu.

Possibles causes du glaucome à angle ouvert

Le glaucome à angle ouvert, dans la majorité des cas, a lieu quand les canaux de drainage de l’œil se bouchent. Ceci conduit à une augmentation de la pression intraoculaire et à des dommages dans le nerf optique.

Le système de drainage de l’œil forme un angle qui va de l’iris jusqu’à la cornée. Là, il se connecte à l’extérieur à travers des conduits. Chez les personnes avec ce type de glaucome, l’angle est ouvert mais il n’y a pas de bon drainage.

Les raisons pour lesquelles le drainage est déficient sont liées aux conduits qui sont bouchés ou qui sont trop étroits. Étant donné que le liquide ne draine pas vers l’extérieur, la pression oculaire augmente et le nerf optique finit endommagé. La capacité à voir diminue alors.

Certaines personnes ont un nerf optique qui est plus susceptible à la pression oculaireLes Africains ont un plus grand risque de développer cette maladie. Tout comme les personnes de plus de 60 ans, surtout d’origine latine, qui ont des antécédents familiaux ou souffrent de diabète.

Une personne atteinte de diabète.

Le diabète est une pathologie qui favorise le glaucome et constitue donc un facteur de risque.

Principaux symptômes

Le glaucome à angle ouvert se développe très lentement et de façon silencieuse. Dans la majorité des cas, les personnes ne se rendent compte que quelque chose va mal que lorsqu’il y a une perte de vision. Mais à ce moment-là, le nerf optique est déjà assez endommagé.

La perte initiale se présente dans la vision périphérique ou latérale. Néanmoins, la netteté et l’acuité visuelle se conservent jusqu’à un stade très avancé de la maladie. En général, on ne détecte le glaucome que lors d’un examen de routine.

Diagnostic du glaucome à angle ouvert

L’idéal est que le glaucome à angle ouvert soit détecté de façon précoce, avant que les dommages du nerf optique n’aient progressé. Ceci peut être possible avec des examens ophtalmologiques réguliers. Ceux qui font partie des groupes à risque doivent régulièrement faire des contrôles.

Le plus recommandé est d’augmenter la fréquence en fonction de l’âge, de la façon suivante :

  • Avant 40 ans : un contrôle tous les deux à quatre ans.
  • De 40 à 54 ans : une fois par an ou une fois tous les trois ans.
  • De 55 à 64 ans : une fois par an ou une fois tous les deux ans.
  • Plus de 65 ans : une fois tous les six mois ou une fois par an.

Pour déterminer s’il y a un glaucome à angle ouvert, on peut réaliser plusieurs examens. Les plus habituels sont les suivants :

  • Tonométrie : il s’agit d’un examen pour mesurer la pression interne de l’oeil.
  • Ophtalmoscopie : on examine le nerf optique pour établir les possibles dommages.
  • Périmétrie : examen du champ visuel. Il permet de déterminer si la vision a été affectée par le glaucome à angle ouvert et dans quelle mesure.
  • Gonioscopie : établit si l’angle entre l’iris et la cornée est ouvert et large ou étroit et fermé.
  • Pachymétrie : mesure l’épaisseur de la cornée.

Il arrive que l’on réalise parfois tous ces examens et, d’autres fois, seuls quelques-uns. Le glaucome à angle ouvert n’est pas toujours facile à diagnostiquer.

Poursuivez votre lecture : Les différents types de glaucome

Quelles sont les options de traitement qui existent ?

Un traitement au laser.

L’opération au laser est l’une des options actuelles pour traiter le glaucome à angle ouvert et pour d’autres troubles de la vue.

Le traitement du glaucome à angle ouvert consiste à réduire la pression oculaire. Si le nerf optique est endommagé, il n’y a aucun moyen de le guérir. D’où l’importance du diagnostic et du traitement précoces.

En général, il existe trois voies thérapeutiques. Les voici :

  • Médicaments : il s’agit presque toujours de gouttes. Ces médicaments permettent à l’œil de produire moins de liquide ou d’augmenter la sortie de ce dernier vers l’extérieur.
  • Opération au laser : ce type d’opération aide les yeux à mieux drainer le liquide ou à diminuer la quantité produite par les yeux. Il s’agit d’une opération ambulatoire et elle est généralement efficace pour diminuer la pression oculaire.
  • Chirurgie conventionnelle : dans ce cas, on fait dévier le liquide pour esquiver le système de drainage qui ne fonctionne pas. On peut aussi créer de nouvelles voies de drainage.

Le glaucome à angle ouvert ne se traite pas toujours de la même façon

Le traitement à choisir dépend de l’état du nerf optique et des conditions de santé de chaque patient. Le médecin indiquera les bénéfices de chaque alternative et recommandera la plus adéquate, selon les particularités.

Dans de nombreux cas, les patients traités avec une chirurgie conventionnelle ou au laser peuvent avoir besoin de médicaments après l’opération. Les effets positifs de l’intervention peuvent aussi disparaître après un certain temps.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment prévenir naturellement le glaucome
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Comment prévenir naturellement le glaucome

Le glaucome est une maladie oculaire caractérisée par une augmentation de la pression dans l’œil, qui modifie les fibres du nerf optique et qui cha...



  • Rueda, Juan C., et al. “Valores de paquimetría en personas sanas y con glaucoma en una población colombiana.” MedUNAB 10.2 (2007): 81-85.
  • Gainza, M. (2018). El nervio óptico. eLibros Editorial, Laguna Libros.
  • Junyent, L. Q., & Fortó, J. S. (2007). Visión periférica: propuesta de entrenamiento. Apunts. Educación física y deportes, 2(88), 75-80.
  • Bindel, M. B., Urquidí, O. G., De la Fuente Torres, M. A., Montes, G. A., Zepeda, M. B., Ordóñez, T. H., & Dávila, J. G. (2001). Glaucoma primario de ángulo abierto. Revista del Hospital General Dr. Manuel Gea González, 4(3), 61-68.
  • Gilbert-Lucido, María Eugenia, et al. “Estudio epidemiológico de glaucoma en población mexicana.” Revista Mexicana de Oftalmología 84.2 (2010): 86-90.
  • Díez, Rafael Castaneda, Jesús Jiménez Román, and María José Iriarte Barbosa. “Concepto de sospecha de glaucoma de ángulo abierto: definición, diagnóstico y tratamiento.” Revista Mexicana de Oftalmología 88.4 (2014): 153-160.