Les différents types de glaucome

30 août 2020
Il existe différents types de glaucome, mais tous ont en commun une affection de la vision. Si elle n'est pas traitée, cette pathologie peut conduire à la cécité du patient. Découvrez-en plus sur cette maladie dans notre article.

Le glaucome est une maladie oculaire qui se présente de différentes façons. Même si, de façon familière, on l’associe à l’hypertension de l’œil, il faut savoir qu’il existe différents types de glaucome dans le cadre desquels la pression de l’œil a des valeurs tout à fait normales.

Tous les types de glaucome sont chroniques et dégénératifs. Cela veut dire qu’ils évolueront si on n’intervient pas et finiront par toucher le nerf optique. Le pire résultat de ce processus est la cécité par destruction du système qui capte les images et envoie l’information au cerveau.

Diagnostic du glaucome

Un des problèmes pour diagnostiquer le glaucome de bonne heure est qu’il ne présente pas de signes évidents au début. La personne peut passer des années à développer une hypertension oculaire sans même le savoir.

Pour confirmer cette maladie, il faut mesurer la pression intraoculaire. Il s’agit d’un procédé que l’ophtalmologiste réalise avec les appareils nécessaires. Si la mesure est recommandée quand il y a des symptômes, elle peut aussi être réalisée en tant qu’examen de routine chez certains patients à risque qui n’ont pas encore la maladie.

Facteurs de risque pour tous les types de glaucome

Certaines personnes ont plus de risque de développer un glaucome. Chez ces patients, il faut être attentifs aux signes initiaux et mesurer leur pression intraoculaire tout au long de leur phase adulte.

Un point fondamental est que le risque augmente avec l’âge. Les personnes âgées de plus de 40 ans ont, de façon graduelle, plus de possibilités de souffrir de la maladie au fur et à mesure qu’elles vieillissent.

Par ailleurs, les antécédents familiaux sont un indicateur. Si un parent a eu un glaucome de n’importe quel type, il est probable que l’un de ses enfants en ait un aussi – pas dans son enfance mais quand il grandira et deviendra adulte.

Son association avec d’autres maladies de la vue n’est pas moindre. Être myope est un facteur de risque pour un glaucome. On considère que les patients atteints de myopie ont deux fois plus de chance de voir leur pression intraoculaire augmenter que le reste de la population.

Il existe différents types de glaucome.

Poursuivez votre lecture : Voici comment s’auto-nettoie l’œil

Les types de glaucome les plus fréquents

Comme on nous le signale dans National Eye Institute, il existe 4 types de glaucome communs. On les classe en fonction de la façon dont s’obstrue le drainage du liquide du globe oculaire et du moment où ils se présentent.

Glaucome à angle ouvert

Il s’agit du type de glaucome le plus prévalent dans le monde. Ici, les petits drainages de l’œil pour évacuer le liquide interne s’obstruent. Face à cette accumulation qui ne peut pas sortir, la pression intraoculaire augmente.

Sa progression est très lente, chronique et dégénérative. Les patients ont tendance à le découvrir tard, quand une partie des dommages ont déjà eu lieu. C’est pour cette raison qu’on l’appelle souvent la cécité silencieuse.

Le traitement alterne entre médicaments et chirurgie. Dans le plan chirurgical, on retrouve aussi différentes façons de l’aborder, qui seront définies par l’ophtalmologiste traitant.

Types de glaucome les plus fréquents : glaucome à angle fermé

Le type du glaucome à angle fermé est beaucoup moins fréquent que celui à angle ouvert. Par ailleurs, les symptômes se développent de manière beaucoup plus aiguë et notable que l’autre type.

La dénomination d’angle fermé répond à la mesure que l’on fait de l’angle formé par l’iris et la cornée. Dans ce cas, cette valeur est inférieure à la valeur normale et c’est justement cette anatomie altérée qui bloque les drainages naturels du liquide de l’œil.

L’attention médicale pour ce trouble doit être rapide. Ce glaucome offre moins de temps d’action que le glaucome à angle ouvert et les conséquences peuvent être plus graves si l’on n’agit pas avec urgence.

Glaucome à pression normale

Ce type de glaucome est le plus rare. Lorsque l’ophtalmologiste mesure la pression intraoculaire du patient, celle-ci atteint des valeurs normales et même basses.

Or, les dommages au nerf optique et la dégénération sont bien là, comme avec les autres types de glaucome. On ne connaît pas exactement la cause de ce glaucome et le traitement est difficile.

L'examen des différents types de glaucome.

Découvrez-en plus : Comment prévenir le glaucome de manière naturelle

Types de glaucome les plus fréquents : glaucome congénital

La variété congénitale de la maladie apparaît parce que le bébé naît avec une anomalie dans l’angle de l’iris et de la cornée, ce qui empêche le développement normal des canaux de drainage du liquide intraoculaire. Ainsi, dès le début de la vie, la pression interne de l’œil augmente.

La solution qui s’applique dans l’actualité est une chirurgie précoce sur le petit enfant. De cette façon, on évite des complications futures qui pourraient être graves.

Tous les types de glaucome sont à surveiller

Même s’ils sont différents, chaque type de glaucome est grave. Si nous présentons des symptômes de perte de vision, nous ne devrions pas retarder notre consultation auprès d’un ophtalmologiste.

Le professionnel mesurera notre pression intraoculaire et réalisera d’autres examens pour évaluer la vitalité de la rétine et du nerf optique. S’il détecte une altération, il nous suggérera d’utiliser des médicaments et, si nécessaire, nous recommandera une chirurgie corrective.

 

  • Anderson RL, de Los Angeles Ramos Cadena M, Schuman JS. Glaucoma Diagnosis: from the Artisanal to the Defined. Ophthalmol Glaucoma. 2018;1(1):3-14. doi:10.1016/j.ogla.2018.06.002
  • Gálvez-Rosas, Arturo, et al. “Asociación de los factores de riesgo con glaucoma primario de ángulo abierto en mayores de 40 años.” Gaceta Médica de México 154.1 (2018): 42-46.
  • Rey-Rodríguez, Diana V., Cristina Álvarez-Peregrina, and José Moreno-Montoya. “Prevalencia y factores asociados a miopía en jóvenes.” Revista Mexicana de Oftalmología 91.5 (2017): 223-228.
  • Weinreb, Robert N., et al. “Primary open-angle glaucoma.” Nature Reviews Disease Primers 2.1 (2016): 1-19.
  • Wiggs, Janey L., and Louis R. Pasquale. “Genetics of glaucoma.” Human molecular genetics 26.R1 (2017): R21-R27.
  • Trivli A, Koliarakis I, Terzidou C, et al. Normal-tension glaucoma: Pathogenesis and genetics. Exp Ther Med. 2019;17(1):563-574. doi:10.3892/etm.2018.7011
  • McMonnies, Charles W. “Glaucoma history and risk factors.” Journal of optometry 10.2 (2017): 71-78.