Le phimosis

5 août 2018
Dans la majorité des cas, le phimosis se soigne spontanément. Toutefois, il peut arriver que des complications surviennent et engendrent de plus gros problèmes.

 

Le phimosis est une maladie extrêmement fréquente chez les bébés. On estime que jusqu’à 95% des garçons peuvent présenter cette anomalie pendant les premières années de leur vie. Cependant, elle peut également apparaître, pour diverses causes, chez les adultes, à n’importe quel âge.

Le phimosis consiste en une irrégularité du prépuce, c’est-à-dire de la peau qui recouvre le bout du pénis ou le gland. Cette irrégularité fait que le prépuce ne se rétracte pas, ni spontanément, ni manuellement. Ceci empêche de découvrir le gland.

Si le prépuce ne se retracte pas pendant l’érection, mais le fait manuellement sans douleur ni résistance, nous ne pouvons pas parler de phimosis.

Normalement cette partie de la peau peut se rétracter, ce qui permet de nettoyer le gland lorsque le pénis est mou. Elle rend également possible l’examen médical de cet organe. Lorsque le pénis est en érection, il permet que les relations sexuelles soient agréables et non douloureuses.

L’origine du phimosis

En général le phimosis est congénital. Malgré cela, autant les enfants que les adultes peuvent en souffrir à n’importe quel moment. Chez les bébés, il peut survenir à cause d’un mauvais nettoyage du pénis de l’enfant.

Parfois, les parents tirent fortement sur le prépuce pour une bonne hygiène du bébé. En conséquence, des anneaux et des tissus appelés « adhérences balano-préputiales » se forment. C’est ce qui provoque le phimosis.

Chez les adultes, le phimosis survient comme l’effet d’une infection du pénis, comme l’infection du gland (balanitis xérotique), ou du gland et du prépuce (balanite). Il peut également survenir suite à une blessure. Dans ces cas-là, la cicatrisation empêche de rétracter le prépuce.

Une comparaison de pénis avant et après circoncision

Les symptômes de l’anomalie

Le principal symptôme du phimosis est la difficulté à rétracter le prépuce. Il est également fréquent que des douleurs apparaissent en urinant ou pendant les relations sexuelles. De plus, il est fréquent de voir apparaître des résidus blanchâtres, qui sont le résultat d’une mauvaise hygiène intime.

Si le prépuce ne se rétracte pas pendant l’érection, mais le fait manuellement sans générer de douleur ou de résistance, nous ne pouvons parler de phimosis. Dans ces cas-là, il s’agit généralement d’un excès de peau sur cette zone du pénis.

Il est fréquent de confondre le phimosis avec le frein court. Le frein est un tissu qui réunit la partie arrière du gland à la partie intérieure du prépuce. Lorsque ce tissu est très court, il est impossible de découvrir totalement le gland, sans que ce soit un cas de phimosis. Il est toujours préférable de consulter un spécialiste afin qu’il examine l’organe et vous procure un bon diagnostique.

Types et degrés de phimosis

Il existe essentiellement deux types de phimosis : physiologique et pathologique. Les différences entre l’un et l’autre sont liées aux causes, à l’évolution et au traitement qu’ils demandent. Voyons cela plus en détail.

  • Phimosis physiologique. C’est le plus fréquent et celui que l’on retrouve chez la majorité des bébés à la naissance. Avec le temps le prépuce devient plus élastique et se gonfle, ce qui permet au problème de disparaître spontanément. Si cela n’arrive pas à 10 ans, vous devez aller consulter un spécialiste.
  • Phimosis pathologique. Il survient à n’importe quel âge, à cause d’une infection ou d’un traumatisme. Il génère davantage de complications et doit être traité avec des médicaments, dès sa détection.

Le phimosis est une maladie qui se présente à divers degrés. L’échelle dépend du niveau d’ouverture ou d’obstruction que présente le prépuce. On distingue au total cinq degrés, qui sont les suivants :

  • Degré 1. Le prépuce ne peut se rétracter et le gland n’est pas visible.
  • Degré 2. Le prépuce se rétracte légèrement et on ne voit que le méat urinaire.
  • Degré 3. Le prépuce arrive à se rétracter jusqu’à la moitié du gland.
  • Degré 4. Le prépuce se rétracte jusqu’au dessus de la couronne du gland.
  • Degré 5. Le prépuce se rétracte complètement, mais provoque des douleurs et on peut voir un anneau phimotique.

Pronostic et complications

Dans la majorité des cas le phimosis disparaît spontanément. Même le phimosis pathologique peut être traité relativement simplement et ne provoque en général pas de plus grands problèmes. Toutefois, dans certains cas des complications peuvent apparaître comme les suivantes :

  • Paraphimosis. Il s’agit d’une inflammation du gland qui survient lorsque le prépuce se rétracte jusqu’à la base mais ne peut plus revenir à sa position normale.
  • Infection urinaire. Elle est la conséquence de la difficulté à réaliser une bonne hygiène.
  • Le risque de contracter une maladie sexuellement transmissible augmente.
  • Le risque de souffrir de cancer du pénis augmente.
  • Balanite. Il s’agit d’un type d’inflammation du gland et du prépuce, provoquée par une mauvaise hygiène.
A découvrir aussi