Le régime AIP pour contrôler les maladies auto-immunes

14 octobre 2020
Le protocole auto-immune (AIP) est un type de régime dont l'objectif est de mitiger l'inflammation, la douleur et autres sortes de manifestations cliniques des maladies auto-immunes. En quoi consiste-t-il ?

Le régime AIP, également connu comme le “régime du protocole Auto-immune”, est un modèle alimentaire qui a gagné une popularité considérable ces dernières années. Il consiste à éviter la consommation de certains aliments pendant plusieurs semaines dans le but d’observer les changements sur la santé.

Comme l’expose un article publié dans Inflammatory Bowel Diseasesson objectif est de contribuer au contrôle de l’inflammation, de la douleur et autres symptômes des pathologies auto-immunes, comme par exemple la maladie inflammatoire intestinale et la maladie cœliaque, entre autres. Que faut-il savoir à ce sujet ?

En quoi consiste le régime AIP ?

Le protocole auto-immune (AIP) est un régime d’élimination qui implique de ne pas manger certaines variétés d’aliments pendant plusieurs semaines afin d’observer les effets sur la santé. Notamment en présence de maladies auto-immunes telles que le psoriasis, l’arthrite rhumatoïde, le lupus et la maladie inflammatoire intestinale, entre autres.

Ces pathologies présentent des symptômes allant de douleurs articulaires à la fatigue, en passant par des douleurs abdominales, la diarrhée, des dommages nerveux ainsi qu’une confusion mentale.

Bien que leur origine soit multifactorielle et comprenne des facteurs génétiques et environnementaux, il existe une hypothèse qui les associe à la détérioration de la barrière intestinale. Cela est à son tour lié à la consommation de certains aliments.

Le régime AIP vise justement à éliminer et remplacer ces aliments par des options riches en nutriments qui contribuent à “réparer” l’intestin et favoriser l’équilibre de son microbiote. En outre, il suggère l’élimination de produits tels que ceux qui contiennent du gluten ou du lactose. Car, ces derniers entraînent souvent des réactions immunitaires anormales chez les personnes sensibles.

Poussée de psoriasis sur le cuir chevelu.

“Les maladies auto-immunes de la peau sont souvent liées à des “déclencheurs” présents dans les aliments.”

Phases du régime AIP

Le protocole auto-immune ressemble légèrement au régime paléoEn effet, certains experts le classent comme une extension de ce modèle alimentaire. Dans tous les cas, la variante AIP est un peu plus stricte et comporte deux phases principales.

Phase d’élimination

La première phase du régime AIP implique l’élimination des aliments et médicaments qui peuvent être associés à l’inflammation intestinale ou aux déséquilibres dans le microbiote. Cela tient compte des produits qui entraînent généralement des allergies et réactions indésirables. Par exemple:

  • Céréales
  • Légumineuses
  • Fruits secs
  • Graines
  • Légumes solanacées
  • Œufs
  • Produits laitiers
  • Huiles végétales
  • Additifs alimentaires
  • Sucres raffinés
  • Café
  • Alcool
  • Tabac
  • Produits transformés
  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens (Aine) comme l’ibuprofène, le naproxène, le diclofénac, et l’aspirine à des doses élevées.

Bien évidemment, à la place de ceux-ci, on augmente la consommation de produits frais et riches en nutriments. Sans laisser de côté les aliments fermentés, ou présentant une certaine teneur en probiotiques. Par ailleurs, l’accent est mis sur l’amélioration du mode de vie à travers des techniques de relaxation, une activité physique ainsi qu’une meilleure qualité de sommeil.

La durée de cette phase peut s’étendre jusqu’à ce que la personne ressente une amélioration de ses symptômes. En général, elle peut durer entre 30 et 90 jours. Cependant, certaines personnes en ressentent les bienfaits à partir de la troisième semaine.

Découvrez également : Les maladies auto-immunes les plus fréquentes

Phase de réintroduction

Dès qu’une amélioration des symptômes de la maladie est perçue, commence alors la phase de réintroduction. Elle consiste à incorporer progressivement les aliments éliminés, un seul à la fois, selon le niveau de tolérance de la personne.

L’objectif de cette phase est d’identifier les aliments qui peuvent être à l’origine des symptômes de la pathologie. D’autre part, on cherche à réintroduire ceux qui ne provoquent aucun symptôme afin d’assurer une alimentation plus variée et complète.

Chaque aliment est donc réintroduit petit à petit, avec un délais de 5 à 7 jours entre un aliment et un autre. Cette période est suffisante pour déterminer si quelques-uns des symptômes réapparaissent après l’ingestion. Les aliments qui sont bien tolérés peuvent s’incorporer dans le régime habituel. Les autres sont éliminés.

Phase de réintroduction des aliments

Pour réintroduire les aliments dans le régime AIP, il est nécessaire de suivre quelques étapes. Il faut également choisir le moment opportun et des circonstances qui ne provoquent pas l’inflammation. Par conséquent, après une mauvaise nuit de sommeil ou des moments de stress, il vaut mieux la reporter.

Si cela est possible, il est préférable d’introduire les aliments qui possèdent des concentrations plus faibles de la substance qui peut déclencher les symptômes. Par exemple, dans le cas des produits laitiers, l’idéal est de commencer avec les produits fermentés comme le yaourt. Les étapes sont les suivantes :

  1. Choisir l’aliment à réintroduire. Ensuite, le consommer plusieurs fois dans la journée de réintroduction. Puis l’éliminer à nouveau complètement pendant 5 ou 6 jours.
  2. Manger une petite quantité de l’aliment et attendre environ 15 minutes pour observer les éventuelles réactions.
  3. En cas de symptôme, le test doit s’arrêter et l’aliment devra être éliminé du régime alimentaire. Dans le cas contraire, il faut ingérer davantage de l’aliment tout en étant attentif aux effets au cours des 2 ou 3 heures qui suivent.
  4. En l’absence de symptômes, il est possible de consommer une portion normale de l’aliment. On évite ensuite d’en réintroduire un autre pendant 5 ou 6 jours.
  5. Répéter le processus avec un autre aliment.

Aliments autorisés et interdits dans le régime AIP

Afin de que le régime AIP offre de bons résultats, il est impératif de respecter les recommandations concernant les aliments autorisés et interdits. A cet égard, il convient de noter qu’il existe de nombreuses restrictions. Il est donc judicieux de demander conseil auprès d’un professionnel en nutrition afin de prévenir les carences.

Aliments autorisés

  • Légumes variés, sauf ceux qui appartiennent à la famille des solanacées et des algues.
  • Poissons et fruits de mer de haute qualité, riches en oméga 3.
  • Fruits frais, en portions modérées.
  • Aliments fermentés et probiotiques (kombucha, kimchi, choucroute, légumes en saumure, kéfir de coco).
  • Viandes maigres et foie de bœuf.
  • Huile d’olive, de coco et d’avocat.
  • Plantes et épices non issues de graines.
  • Edulcorants naturels comme le miel, dans des quantités modérées.
  • Bouillon d’os.
  • Thé vert et thé noir.

Aliments interdits

  • Solanacées, comme les tomates, les pommes de terre, les poivrons et les aubergines.
  • Céréales (Riz, blé, avoine, seigle, orge et dérivés).
  • Légumineuses.
  • Produits laitiers.
  • Huiles végétales (sauf ceux que l’on a mentionné ci-dessus).
  • Café.
  • Oeufs.
  • Fruits secs et graines.
  • Alcool.
  • Additifs alimentaires, comme le sucre raffiné et les graisses trans.

Le régime AIP fonctionne-t-il ?

A ce jour, les preuves scientifiques sur le régime AIP restent limitées. Malgré cela, certaines études soutiennent qu’il peut diminuer l’inflammation ainsi que les manifestations cliniques de certaines maladies auto-immunes. Voyons cela en détails.

Un adjuvant contre l’intestin perméable

Les personnes qui souffrent de maladies de type auto-immune présentent généralement un intestin perméable. Selon les recherches, il existe un lien entre l’inflammation et la perméabilité de l’intestin. Par conséquent, la personne peut souffrir d’un trouble inflammatoire.

De plus, les résultats ont déterminé que le régime AIP, en contribuant au soulagement de l’intestin perméable, réduit le degré d’inflammation et ses symptômes associés. Malgré tout, des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Un complément contre les symptômes des maladies auto-immunes

Il convient également de préciser que ce protocole alimentaire a apporté des résultats positifs contre les symptômes des maladies auto-immunes. Comme par exemple le syndrome du colon irritable, et la thyroïdite d’Hashimoto. Une réduction de l’inflammation entre 29% et 68% a même été observée.

Une consultation médicale.

“Le régime AIP a démontré son efficacité dans les troubles thyroïdiens, comme la thyroïdite d’Hashimoto.”

Lisez aussi : Maladies auto-immunes : 5 choses à savoir

Quels sont les inconvénients du régime AIP ?

Le principal inconvénient de ce régime est qu’il s’agit d’un modèle alimentaire restrictif. Surtout lors de la phase d’élimination. Cette situation n’est pas évidente et ne convient pas à tout le monde.

Par ailleurs, la personne peut traverser des phases d’anxiété ou d’isolement social en raison des restrictions alimentaires. Sans une planification adéquate, le régime peut également entraîner des carences nutritionnelles.

Enfin, la garantie que ce protocole réduise l’inflammation et les symptômes des maladies auto-immunes n’est pas totale. Pourtant, nombreux sont ceux qui expérimentent ses effets positifs.

Consulter un nutritionniste est la meilleure option

A première vue, il semble que la mise en place du régime AIP soit simple si l’on considère ses règles. Néanmoins, il s’agit d’un protocole qui peut être adopté avec beaucoup de précaution car il implique des restrictions alimentaires non négligeables.

Il est donc fondamental de consulter un nutritionniste ou un médecin pour recevoir toutes les informations nécessaire sur ce protocole. Le professionnel aidera effectivement à déterminer l’efficacité du régime dans chaque cas ainsi que les moyens de le mettre en place pour éviter les effets adverses.

  • Konijeti GG, Kim N, Lewis JD, et al. Efficacy of the Autoimmune Protocol Diet for Inflammatory Bowel Disease. Inflamm Bowel Dis. 2017;23(11):2054-2060. doi:10.1097/MIB.0000000000001221
  • Mu Q, Kirby J, Reilly CM, Luo XM. Leaky Gut As a Danger Signal for Autoimmune Diseases. Front Immunol. 2017;8:598. Published 2017 May 23. doi:10.3389/fimmu.2017.00598
  • Vojdani A. Molecular mimicry as a mechanism for food immune reactivities and autoimmunity. Altern Ther Health Med. 2015;21 Suppl 1:34-45.
  • Chandrasekaran A, Groven S, Lewis JD, et al. An Autoimmune Protocol Diet Improves Patient-Reported Quality of Life in Inflammatory Bowel Disease. Crohns Colitis 360. 2019;1(3):otz019. doi:10.1093/crocol/otz019
  • Abbott RD, Sadowski A, Alt AG. Efficacy of the Autoimmune Protocol Diet as Part of a Multi-disciplinary, Supported Lifestyle Intervention for Hashimoto’s Thyroiditis. Cureus. 2019;11(4):e4556. Published 2019 Apr 27. doi:10.7759/cureus.4556
  • Chandrasekaran A, Groven S, Lewis JD, et al. An Autoimmune Protocol Diet Improves Patient-Reported Quality of Life in Inflammatory Bowel Disease. Crohns Colitis 360. 2019;1(3):otz019. doi:10.1093/crocol/otz019
  • Campbell AW. Autoimmunity and the gut. Autoimmune Dis. 2014;2014:152428. doi:10.1155/2014/152428