Comment l’alimentation influence-t-elle le microbiote ?

13 mars 2020
L'alimentation a une influence importante sur le microbiote intestinal. Nos habitudes alimentaires modifient la composition des microorganismes présents dans l'intestin.

Ce que nous mangeons a une grande influence sur la structure et la composition des microbes dans notre intestin. La première preuve en a été obtenue en comparant des échantillons de microbiote fécal de différentes espèces de mammifères. Vous voulez savoir comment l’alimentation influence le microbiote intestinal et quel régime alimentaire nous devons suivre ? Vous trouverez tout ici !

La composition du microbiote

Qu’est-ce que le microbiote intestinal ?

Le microbiote intestinal est l’ensemble des microbes qui résident dans le tractus gastro-intestinal. Il se compose de plus de 1 000 espèces différentes qui portent 3,3 millions de gènes microbiens uniques dans le tractus gastro-intestinal humain.

Cet écosystème complexe comprend des bactéries, des virus, des champignons et des parasites qui vivent en relation symbiotique avec leur hôte. D’autres microbes qui ont des caractéristiques potentiellement pathogènes coexistent également.

Différents mécanismes impliqués dans le maintien ou l’altération de cet écosystème ont été étudiés. Parmi eux, on retrouve :

  • La génétique
  • Le contact direct avec la flore vaginale de la mère pendant l’accouchement
  • L’allaitement maternel
  • L’utilisation excessive d’antibiotiques
  • L’alimentation

Par exemple, les bébés nés par voie vaginale acquièrent la flore vaginale de la mère, qui comprend les Bacteroides, Bifidobacterium, Lactobacillus et Eschericihia coli. D’autre part, les bébés nés par césarienne présentent des taux élevés de bactéries cutanées telles que Staphylococcus spp.

Qu’est-ce que cela signifie pour notre santé ?

Au-delà de la période postnatale, le microbiote est nécessaire pour induire des mécanismes de régulation afin de maintenir la muqueuse et l’immunité. Ainsi, un écosystème approprié permettra de générer des réponses optimales aux agents pathogènes. Inversement, une altération de l’équilibre écologique connue sous le nom de dysbiose intestinale augmentera l’inflammation et la susceptibilité aux infections.

Cela pourrait générer des maladies telles que l’obésité, le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires, les maladies neurodégénératives ou le cancer. C’est pourquoi il est si important de prendre soin de notre microbiote.

Les antibiotiques altèrent le microbiote

Lire également : Antibiotiques : est-il nécessaire de prendre un protecteur d’estomac ?

Comment l’alimentation affecte-t-elle le microbiote ?

L’alimentation est l’un des facteurs les plus importants pour notre microbiote. Différents régimes alimentaires sont étudiés en relation avec le microbiote intestinal.

Il faudrait suivre un régime :

  • Riche en fibres : les fruits et légumes ont un effet bénéfique sur la composition du microbiote
  • Mais l’augmentation des protéines et des graisses animales ainsi que l’absence de fibres alimentaires augmentent l’abondance des micro-organismes tolérant le sel biliaire

Les différences alimentaires entre les différentes populations humaines qui pourraient expliquer la variabilité de la taxonomie de l’écosystème microbien intestinal dans différentes populations ont été étudiées. Par exemple, le microbiote des enfants africains présente une plus grande présence d’espèces du genre Prevotella, une présence moindre d’espèces de Bacteroides, une plus grande diversité microbienne et une plus grande production d’acides gras à chaîne courte par rapport au microbiote des enfants européens.

Cette différence est principalement due au régime alimentaire. Le régime agricole des enfants africains est riche en céréales complètes, en fibres et en protéines végétales, ce qui est bénéfique pour le microbiote par rapport au régime des enfants occidentaux. Ces derniers ont des régimes alimentaires riches en protéines, en graisses animales, en sucres, en céréales raffinées et pauvres en fibres.

Le régime méditerranéen

Les aliments du régime méditerranéen et leur effet sur le microbiote

Le régime alimentaire le plus étudié est probablement le régime méditerranéen. Différentes études ont montré que ce régime, en raison de sa teneur en acides gras polyinsaturés et mono-insaturés, en fibres et en antioxydants, présente des avantages importants pour prévenir l’apparition de maladies cardiovasculaires. Dans le cas qui nous occupe, nous savons qu’il participe au maintien d’un écosystème microbien sain.

Chez les patients atteints du syndrome métabolique, une étude d’intervention a été menée pendant deux ans, comparant un régime méditerranéen à un régime pauvre en graisses et riche en glucides. Les résultats ont montré que la consommation à long terme d’un régime méditerranéen permet aux bactéries bénéfiques de se rétablir chez ce type de personnes. En outre, le régime méditerranéen améliore la sensibilité à l’insuline des personnes obèses.

L’un des paramètres considérés comme les plus bénéfiques du régime méditerranéen est la teneur élevée en polyphénols qu’il contient. Bien que ces molécules ne soient pas absorbées au niveau intestinal, lorsqu’elles atteignent le côlon, elles sont métabolisées par le microbiote intestinal, ce qui donne naissance à différents acides phénoliques.

Découvrez : Comment éviter la dysbiose intestinale en ayant un régime équilibré

Quel régime alimentaire devons-nous suivre ?

Après avoir vu ces études, nous pouvons conclure que les options suivantes sont préférables :

  • Une alimentation riche en polyphénols et en fibres contenues dans les légumes, les fruits et les légumineuses
  • L’intégration de produits d’origine animale (poisson, viande, œufs, produits laitiers)
  • L’élimination des aliments raffinés et des produits industriels

En suivant ce type de régime, l’organisme peut maintenir une diversité microbienne et éviter certaines maladies.

 

  • Levy M., Kolodziejczyk AA., Thaiss CA., Elinav E., Dysbiosis and the immune system. Nat Rev Immunol, 2017. 17 (4): 219-232.
  • Bibbó S., Ianiro G., Giorgio V., Scaldaferri F., et al., The role of diet on gut microbiota composition. Eur Rev Med Pharmacol Sci, 2016. 20 (22): 4742-4749.
  • Haro C., García Carpintero S., Alcala Diaz JF., Gomez Delgado F., et al., The gut microbial community in metabolic syndrome patients is modified by diet. J Nutr Biochem, 2016. 27: 27-31.