Comment éviter la dysbiose intestinale en ayant un régime équilibré

· 10 avril 2019
Un style de vie et une alimentation déséquilibrés peuvent amener beaucoup de complications dans la santé des individus. La dysbiose intestinale est l’une de ces complications. Dans cet article nous vous expliquerons en quoi elle consiste.

La dysbiose intestinale est une maladie liée à un déséquilibre des lactobacilles et bifidobactéries qui se logent dans les intestins, dans la flore intestinale. Ces bactéries sont favorables à la santé de l’individu car elles contribuent à la digestion et à l’absorption de nutriments. De plus, elles favorisent la production de vitamines B et K, fortifiant ainsi le système immunitaire de l’organisme. Les causes de cette pathologie sont en général liées à divers facteurs tels que :

  • Stress
  • Sédentarisme
  • Insomnie
  • Alcoolisme
  • Tabagisme
  • Consommation excessive d’antibiotiques
  • Abus de protéines et de sucre rapides

Tous sont des éléments liés à un style de vie inadéquat et à une mauvaise alimentation, qui finissent par réduire la quantité de bactéries bénéfiques. Les changements générés dans la flore intestinale mettent les personnes dans une position vulnérable. Ainsi, augmente le risque de souffrir ou d’aggraver certains maux : constipation chronique, inflammation intestinale, prolifération de champignons, syndrome du colon irritable, flatulences et fatigue générale.

C’est pour cela qu’il est si important de mener une nutrition équilibrée avec un régime et des habitudes de vie sains, vous garantissant une bonne santé physique et mentale. En partant de ce principe, nous vous présenterons dans les lignes ci-dessous les régimes alimentaires pour prévenir la dysbiose intestinale.

Vous aimerez lire : Remèdes pour renforcer votre système immunitaire

La diète pour la dysbiose intestinale

La flore intestinale naturelle est composée de plus de 100 millions de bactéries. Parmi elles, 85% sont saines pour l’organisme. Elles s’alimentent et se reproduisent à partir de la consommation d’aliments avec un haut contenu en hydrate de carbone, présentes sous formes de fibres et d’amidon. Par conséquent, nous vous recommandons un régime riche en aliments prébiotiques, antibiotiques et probiotiques.

dysbiose intestinale

 

Les aliments prébiotiques

Ce sont les aliments qui ne sont pas traités par l’organisme. La fermentation des fibres que ces aliments contiennent stimule la croissance de bactéries saines. Toutes celles qui se trouvent dans l’intestin favorisent leur équilibre. Parmi ces aliments, on trouve :

En accord avec les enquêtes réalisées à l’Université Catholique de Louvain en Belgique, ces aliments ne fonctionnent pas seulement dans la zone intestinale. Les aliments prébiotiques facilitent également l’absorption de calcium et autres minéraux comme le magnésium et le fer. De cette manière, on peut améliorer la densité osseuse, prévenir l’ostéoporose et favoriser le profil lipidique avec la métabolisation dans le foie. Ils diminuent aussi les hauts niveaux de triglycérides.

 

Les aliments probiotiques

Les probiotiques sont des microorganismes vivants qui se trouvent dans l’appareil digestif. S’ils sont administrés en quantités adéquates, ils sont bénéfiques à la santé. Nous faisons référence aux aliments composés de microorganismes qui restent vivants dans notre système et adhérent à la muqueuse intestinale pour stimuler les sucs digestifs qui améliorent le processus de digestion.

De plus, ils sont un stimulant pour l’alimentation et la croissance des bactéries saines. Vous pouvez les consommer via des aliments fermentés ou des suppléments tels que le yaourt, le lait de vache ou de chèvre fermenté, les olives, le chocolat noir, ou même le chou fermenté, entre autres.

A lire : Que sont les probiotiques et à quoi servent-ils ?

Quels sont les bénéfices du vin rouge ?

En plus de ces trois types d’aliments pour traiter la dysbiose intestinale, nous recommandons de consommer du vin rouge, bénéfique grâce à son haut contenu en polyphénols. Cela pourrait favoriser la flore intestinale. De nombreuses investigations ont démontré que les polyphénols aident à fortifier le système immunitaire de l’individu et inhibent la reproduction de bactéries nocives pour l’organisme.

bienfaits du vin rouge et des polyphénols contre le dysbiose intestinale

 

Évitez l’excès de protéines

D’un autre côté, il est nécessaire de laisser de côté les diètes hyper protéinées. Cela est dû au fait que la haute consommation de protéines stimule l’augmentation de cellules nocives pour le système digestif, ce qui provoque une toxémie intestinale (difficulté à évacuer) et raccourcit la durée de vie des bactéries bénéfiques.

En accord avec des données de l’Institution de Nutrition cellule Active (INCA), la protéine non digérée est fermentée par les bactéries du colon avec la production de toxines, telles que l’ammoniaque ou l’amine. L’ammoniaque modifie la morphologie et le métabolisme des cellules intestinales. Cela réduit sa durée de vie et favorise la croissance de cellules intestinales cancéreuses.

Comme nous l’avons vu, il existe de nombreuses alternatives pour contrôler et prévenir la dysbiose intestinale. Cependant, souvenez-vous qu’il est toujours nécessaire de solliciter l’opinion d’un professionnel de la santé, qui pourra vous orienter de la meilleure manière. Aussi, le médecin est chargé de diagnostiquer et traiter ces pathologies.

 

  • Francesch, M. “Disbiosis intestinal.” Proceedings of the XLIV Symposium Científico de AECA-WPSA, Valencia, Spain. Sección Española de la Asociación Mundial de Avicultura Científica, Barcelona, Spain. 2007.
  • Icaza-Chávez, M. E. “Microbiota intestinal en la salud y la enfermedad.” Revista de Gastroenterología de México 78.4 (2013): 240-248.
  • Manrique Vergara, David, et al. “Probióticos: más allá de la salud intestinal.” Nutrición Hospitalaria 30 (2014).
  • Pueyo, Blanca, and Núria Mach. “Disbiosis intestinal en enfermos de Crohn pediátricos.” Nutrición Hospitalaria 28.6 (2013): 1820-1828.