Le sincéricide : l'importance de réfléchir avant de dire la vérité

Le sincèrericide manque de prudence et s'excuse sous des idées rigides qui sympathisent peu avec l'interlocuteur. Que faire pour l'éviter ? Voici quelques conseils.
Le sincéricide : l'importance de réfléchir avant de dire la vérité

Dernière mise à jour : 28 juin, 2022

Le sincéricide est généralement un sujet qui ne passe pas inaperçu, car il y a ceux qui sont en faveur de l’honnêteté comme valeur absolue et d’abord, au-delà des conséquences. Cependant, de l’autre côté, il y a ceux qui sont plus en faveur des nuances.

Dire la vérité coûte que coûte ? En fait, cela entraîne plusieurs conséquences. Ci-dessous, nous détaillons ce que c’est et comment mieux le gérer.

Sincéricide : quand le mot précède la pensée

Parler de sincéricide nous amène inévitablement à penser à la conjonction de deux mots ; la sincérité et le suicide comme mort. C’est-à-dire d’une « vérité qui tue », choquante et excessive. Par conséquent, pour comprendre ce que c’est, nous le différencions de la sincérité.

La sincérité

La sincérité est liée au partage d’une idée, mais avec la considération de l’autre. C’est une vérité qui est au diapason de l’interlocuteur, car elle a de l’empathie. Il s’agit d’être attentif, prudent et d’aborder l’autre avec quelque chose qui peut être utile et constructif.

Sincéricide

Le sincéricide ne connaît pas de limites, perd le respect d’autrui, repose généralement sur des pulsions et, avec lui, frôle l’impolitesse et l’absence de critères. De plus, il priorise ses propres convictions, comme s’il s’agissait d’un “paquet” dont il faut se débarrasser ou d’une bombe à retardement qui va exploser entre les mains des autres.

En d’autres termes, nous mettons nous-mêmes et nos opinions en premier, l’autre cesse d’avoir de l’importance, et nous ignorons également le contexte de la communication. Parfois, cela est motivé par la quête d’avoir raison et d’avoir le dernier mot. Bref, pour un intérêt égoïste.

Cependant, il faut savoir que le sincéricide a des conséquences, non seulement au niveau individuel, mais aussi dans les relations interpersonnelles.

Sinricide : quand le mot précède la pensée
Alors que dans la sincérité il y a de l’empathie, dans le sincéricide les émotions de l’autre sont ignorées.

Quelques recommandations concernant le sincéricide

Il faut faire très attention car au nom de la “sincérité” on dit des choses blessantes ou on néglige l’autre. Nous devons exercer une responsabilité affective, avec laquelle nous prenons en compte l’autre personne impliquée.

Nos paroles ne sont ni naïves ni innocentes, elles ont un grand poids. Par conséquent, nous ne pouvons pas les “jeter” au vent, juste comme ça. Certaines des clés pour ne pas franchir la mince ligne qui sépare la sincérité de l’inconsidération totale sont les suivantes.

Prendre soin de l’autre par l’affirmation de soi

Choisissons des mots justes, mesurés et empathiques. Evitons les expressions absolutistes, extrémistes, chargées d’émotions négatives. Soyons conscients que les mots ne sont pas anodins, mais soulignent et accentuent également les idées.

Réglementer l’information, la dose

Lorsque nous entamons une conversation, nous devons réfléchir à l’utilité de ce que nous voulons dire. A quoi bon pour une personne de savoir cela ? Voulez-vous savoir ? Que va vous apporter mon commentaire ? Il est important de pouvoir se mettre à leur place.

Se demander d’où vient le besoin de parler

Plusieurs fois, le scoop nous « brûle » dans la bouche. Nous voulons être les premiers à en parler. Cependant, quand on y réfléchit plus attentivement, on se rend compte qu’il correspond à son propre besoin, d’être vu, d’être protagoniste.

C’est pourquoi il est si important de se donner le temps de réfléchir et de comprendre ce qui nous motive à partager certaines informations. Parfois, cela parle aussi d’une incapacité à gérer nos propres émotions et, par conséquent, nous “déchargeons” sur les autres ce que nous ressentons.

Choisir le bon moment

La communication a un sens “d’opportunité” que nous ne pouvons pas ignorer si nous voulons qu’elle soit efficace. Ce n’est pas la même chose d’aborder un sujet sensible lors d’un voyage en bus que de le faire dans le salon de la maison, l’esprit tranquille.

Si nous voulons partager des nouvelles, nous devons être à la hauteur de l’occasion et trouver un moment opportun. S’il est vrai que lorsqu’il s’agit d’un sujet difficile, il n’y a pas de moment “parfait”, nous pouvons choisir de meilleures circonstances.

Il y a une phrase célèbre qui dit “une personne peut oublier ce que nous disons, mais elle n’oubliera jamais comment nous la traitons”.

Questionnez-vous, est-ce une opinion ou est-ce un conseil ?

Nous devons faire très attention à présenter nos idées comme si elles étaient vraies, avec des connotations moralisatrices et préjudiciables. Par exemple, une personne veut dire à sa sœur qu’elle s’inquiète de son surpoids. Cependant, avant de porter un jugement, nous devrions sonder si la personne fait quelque chose à ce sujet, si elle a des difficultés, quelles situations elle traverse, etc.

Dire “vous avez pris du poids”, en plus d’être un commentaire inapproprié sur le corps de quelqu’un d’autre et d’être destructeur, ne fait rien dans le sens d’une solution.

Respecter la communication et les processus de l’autre

Une fois que nous avons décidé de dire quelque chose à quelqu’un, nous devons respecter sa réaction, son temps, ses silences et l’impact que ce que nous disons peut lui causer. En ce sens, il faut aussi savoir qu’il ne faut pas « jeter la pierre et cacher la main ». Au contraire, nous devons offrir un espace de contestation et d’écoute.

Respecter la communication et les processus de l'autre
Parler avec assurance et empathie est crucial pour éviter les conséquences d’un sincéricide.

Et si nous investissions ? D’abord le disque et ensuite le mot

Comme nous l’avons déjà mentionné, le sincéricide répond souvent à nos propres idées, à des croyances rigides qui nous conduisent à tenir la “vérité” comme une norme ou un chemin fixe, au-delà des circonstances. Commençons par accepter que la vérité absolue et unique n’existe pas ; chacun fait une coupe de la réalité et la regarde avec ses propres objectifs.

Parfois, agir depuis le sincéricide est une stratégie pour attirer l’attention ou pour « rendre » l’autre personne pour quelque chose qu’elle nous a dit et qui nous a blessés à un moment donné. Pour cette raison, il est nécessaire de s’arrêter et de réfléchir à l’avance, d’analyser nos propres émotions et la position à partir de laquelle nous parlons. L’information, c’est le pouvoir, et nous confondons souvent être honnête avec l’utilisation de ce pouvoir.

En même temps, il faut éviter de tomber dans l’« unidirectionnalité » de la communication, dans laquelle seuls comptent ce que nous voulons dire et ce que nous avons à dire. La communication implique toujours un autre ; d’où l’importance de le garder à l’esprit chaque fois que nous parlons.

Ce n’est pas une question de sincérité si nous exposons l’autre personne et l’humilions avec nos commentaires ; c’est de l’abus, brut et dur. Nous devons pouvoir nous excuser si nous pensons avoir tort. Parfois, nous « courons sauvagement » et blessons les autres. Nous devons reculer, être humbles et admettre l’erreur.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le grand pas pour commencer à être honnête
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Le grand pas pour commencer à être honnête

Commencer à être honnête avec nous-mêmes est une étape très importante. Parce que cela nous aidera à nous sentir mieux et à être de meilleures pers...



    • Garaigordobil, M., & Peña, A. (2014). INTERVENCIÓN EN LAS HABILIDADES SOCIALES: EFECTOS EN LA INTELIGENCIA EMOCIONAL Y LA CONDUCTA SOCIAL. Behavioral Psychology/Psicología Conductual22(3).
    • Goleman, Daniel (1996) Vital Lies, Simple Truths: The Psychology of Self-Deception. Simon & Schuster
    • Ortega González, M. (2010). Comportamiento mentiroso: Un análisis conceptual desde una perspectiva interconductual. Revista electrónica de psicología Iztacala13(1).
    • Bisquerra, R. (2012). De la inteligencia emocional a la educación emocional. Cómo educar las emociones1, 24-35.