Le somnambulisme : un trouble particulier du sommeil

14 février 2020
Le somnambulisme est plus fréquent chez les enfants que chez les adultes. La raison en est que les adultes, à mesure qu'ils vieillissent, ont une durée plus courte du stade de sommeil profond non-REM.

Le somnambulisme suscite habituellement beaucoup d’intérêt. En particulier à cause des caractéristiques étranges et inquiétantes du comportement des personnes qui en souffrent.

C’est un trouble du sommeil symbolisé par un réveil partiel. La caractéristique essentielle du somnambulisme consiste en l’existence d’épisodes répétés de comportements moteurs complexes. Ces derniers débutent tous pendant le sommeil profond.

Les somnambules font souvent des choses ou parlent pendant leur sommeil. Ils peuvent, par exemple, se frotter les yeux, marcher ou même quitter la maison.

De plus, un somnambule a la capacité d’éviter les objets. Pour autant, son esprit et sa capacité de raisonnement sont grandement altérés. On peut dire que la personne agit et parle, mais qu’elle n’est pas au courant de ce qui se passe.

On estime que la prévalence du somnambulisme dans la population générale se situe entre 1 % et 15 %. L’apparition ou la persistance de ce trouble chez les adultes est courante, bien qu’elle soit beaucoup plus élevée chez les enfants. Le somnambulisme n’est généralement associé à aucun autre problème psychiatrique ou psychologique.

Le somnambulisme et le premier stade du sommeil non-REM

Un homme touché par le somnambulisme

Ce trouble du sommeil survient au cours de la première phase du sommeil non-REM. Pour mieux le comprendre, nous expliquerons de façon simple les différentes étapes du sommeil.

Le repos et le sommeil ne se déroulent pas en une seule phase de plusieurs heures par nuit. Le sommeil se divise en cycles d’environ 90 minutes qui se répètent pendant les heures de sommeil.

À l’intérieur de ces cycles, il y a différents stades de deux types de sommeil : le sommeil lent et le sommeil paradoxal. Examinons maintenant les différents stades classés en sommeil REM et sommeil non REM.

Le sommeil non REM

Pendant le sommeil non REM, les phases suivantes se produisent :

  • Phase I ou phase d’endormissement : elle comprend environ les 10 premières minutes de sommeil. C’est une étape de transition, de la période de vigilance à l’endormissement
  • Phase II ou phase de sommeil léger : elle occupe environ 50% de nos cycles de sommeil. La respiration et le rythme cardiaque ralentissent. Pendant cette phase, les gens ont le rêve typique de tomber d’une falaise et de se réveiller soudainement
  • Phase III ou phase de transition : il s’agit d’une courte phase de seulement deux ou trois minutes au cours de laquelle nous approchons du sommeil profond
  • Phase IV ou phase de sommeil profond : cette phase occupe environ 20 % du cycle de sommeil total. C’est la plus importante pour déterminer la qualité du repos. Il est très difficile de se réveiller de cette étape. Pourtant, c’est au cours cette phase que le somnambule “se réveille”

Lire aussi : 3 exercices de respiration pour vous détendre

Sommeil REM ou sommeil paradoxal

Cette phase couvre environ 25% du cycle de sommeil et dure entre 15 et 30 minutes. Au cours de ce moment, nous avons un mouvement constant des globes oculaires sous les paupières.

Le sommeil paradoxal se caractérise par une activité cérébrale élevée, très semblable à celle que l’on ressent lorsque l’on est éveillé, bien que nos muscles soient bloqués. C’est la phase dans laquelle nous rêvons et capturons l’information de l’extérieur.

Causes du somnambulisme

Une petite fille dans un lit

Comme nous l’avons dit au début de l’article, le somnambulisme est plus fréquent chez les enfants que chez les adultes. La raison en est que les adultes, à mesure qu’ils vieillissent, voient leur sommeil profond non REM diminuer.

Ce trouble a tendance à être héréditaire. De plus, la fatigue, le manque de sommeil et l’anxiété sont associés au problème. Egalement, d’autres facteurs favorisent son développement, comme :

  • L’alcool, les sédatifs et la prise d’autres médicaments
  • Des conditions telles que l’épilepsie
  • Les troubles mentaux

Si vous rencontrez un somnambule, la première chose à faire est de ne pas paniquer et de rester calme. Guidez ensuite la personne au lit en lui parlant doucement, en phrases courtes et claires.

Vous pourriez être intéressé par : Enfants qui dorment dans la chambre des parents

Traitement

Dans de nombreux cas, le simple fait d’améliorer l’hygiène du sommeil peut éliminer le problème. Si ces mesures n’ont pas d’effets, nous vous conseillons de parler à un professionnel pour discuter des facteurs possibles du problème.

Certains patients ont déclaré qu’ils avaient été guéris par des techniques comme l’hypnose. De plus, il existe également des traitements pharmacologiques pour tenter de soigner ce trouble.

Cependant, le somnambulisme tend à diminuer au fil des ans parce que, comme nous l’avons dit, à mesure que nous vieillissons, la phase de sommeil profond est moindre et le somnambulisme est moins susceptible de se produire.

 

  • Jiménez Genchi, A., & Medellín Puyou, S. (2007). El comportamiento durante el dormir como manifestación de epilepsia: una revisión del tema. Rev Mex Neuroci.
  • Montplaisir, J., Zadra, A., Nielsen, T., & Petit, D. (2010). Capítulo 35 – Parasomnias. Medicina De Los Trastornos Del Sue̱o. https://doi.org/10.1016/B978-84-8086-733-7.00035-8
  • matka, W. (2013). Sonambulismo infantil: la vida es sueño. Consumer Eroski.