Le trouble bipolaire de type 1

4 février 2020
Le trouble bipolaire de type 1 est une maladie mentale qui provoque des comportements et des habitudes néfastes pour la qualité de vie des personnes qui en souffrent.

Le trouble bipolaire de type 1 est la forme la plus sévère du syndrome ou psychose maniaco-dépressive. Il se caractérise principalement par l’apparition de phases maniaques ou mixtes, en alternance avec au moins une phase dépressive majeure.

Les patients qui souffrent de cette maladie mentale connaissent au moins une phase maniaque au cours de leur existence. Lorsqu’ils traversent cet état émotionnel, ils se sentent euphoriques et plein d’énergie, et ils adoptent des comportements anormaux qui affectent le rythme de leur vie.

Parfois, la première phase maniaque est précédée par une ou plusieurs phases de dépression majeure. Ces états d’humeur intenses ont un terrible impact sur la qualité de vie. En effet, ils interfèrent avec les relations personnelles et, très souvent, conduisent à des tentatives de suicide.

Toutefois, parmi les phases maniaques et dépressives, beaucoup de personnes souffrant du trouble bipolaire de type 1 parviennent à vivre normalement. Qui plus est, les symptômes peuvent être contrôlés grâce à des méthodes qui incluent la prise de médicaments et la psychothérapie.

Cause du trouble bipolaire de type 1

En réalité, la cause exacte du trouble bipolaire de type 1 est inconnue. Néanmoins, il semblerait qu’il y ait des facteurs génétiques, biologiques et environnementaux. Les risques de développer cette maladie augmentent chez les personnes :

  • dont les proches (parents ou fratrie) sont atteints du trouble bipolaire
  • ayant vécu des événements traumatisants ou ayant été abusées enfants
  • constamment soumises à des situations stressantes
  • abusant de substances psychoactives et de boissons alcoolisées
  • ayant récemment vécu la perte d’un être cher
  • souffrant de maladies neurologiques ou endocriniennes

À lire également : Comment fonctionne l’esprit d’un bipolaire ?

Une femme avec un trouble bipolaire de type 1

Symptômes du trouble bipolaire de type 1

Pour confirmer la présence d’un trouble bipolaire de type 1 et non pas d’une autre maladie mentale, la personne doit avoir connu au moins une phase maniaque, précédée d’une phase hypomaniaque ou dépressive majeure. Par ailleurs, la manie provoque parfois une déconnexion avec la réalité ou psychose. 

Symptômes de la phase maniaque

La manie ou phase maniaque se caractérise par un état excessivement joyeux ou surexcité. De ce fait, les symptômes sont identiques à ceux de l’hypomanie mais ils sont bien plus intenses et provoquent souvent des problèmes personnels et professionnels. Les plus courants sont les suivants :

  • Réduction du besoin de sommeil
  • Haute estime de soi
  • Phases anormales d’optimisme, nervosité et tension
  • Accroissement d’énergie et d’agitation
  • Sensation exagérée de bien-être (euphorie)
  • Débordement d’idées
  • Logorrhée verbale
  • Comportements impulsifs et imprudents
  • Comportements sexuels à risque
  • Abus de drogues
  • Achats compulsifs

Symptômes de la phase dépressive majeure

Les symptômes de la dépression peuvent apparaître peu après la phase maniaque. Toutefois, plusieurs semaines ou mois peuvent s’écouler avant qu’ils ne se manifestent. De même, pour être catégorisés comme des symptômes d’une phase de dépression majeure, ils doivent être suffisamment sévères, au point de causer des difficultés évidentes dans les activités quotidiennes. Ils peuvent se manifester par les événements suivants :

  • État d’esprit dépressif, sentiment de tristesse constant et désespoir
  • Envie de pleurer
  • Perte d’intérêt dans les activités agréables
  • Brusque changement de poids
  • Insomnie ou excès de sommeil
  • Agitation ou ralentissement
  • Fatigue chronique
  • Sentiment d’inutilité ou de culpabilité
  • Indécision ou manque de concentration
  • Pensées suicidaires

Cet article peut vous intéresser : Le trouble schizophréniforme, qu’est-ce que c’est ?

Le diagnostic

Les premières étapes avant le diagnostic du trouble bipolaire de type 1 impliquent un examen physique et une analyse de sang pour déceler un éventuel problème médical à l’origine de ces symptômes. Ensuite, après un entretien, le médecin peut conseiller :

  • Une évaluation psychologique : c’est une analyse des pensées, des sentiments et des comportements qui vise à déterminer si ceux-ci correspondent à ceux d’un trouble bipolaire de type 1. Elle peut être complétée par une auto-évaluation ou un questionnaire
  • Un examen psychiatrique : le psychiatre compare les symptômes du patient avec les critères du trouble bipolaire et ceux de troubles proches

Traitement du trouble bipolaire de type 1

Pour s’assurer de traiter correctement le trouble bipolaire de type 1, il convient de se faire suivre par un médecin spécialisé dans les maladies mentales (un psychiatre). En effet, cet expert est en mesure d’élaborer un programme de suivi adéquat pour ce genre de maladie.

Le traitement pour lutter contre le trouble bipolaire de type 1

 

Par ailleurs, il est probable que le programme de soins comprenne le suivi par un psychologue ou assistant social. Les médicaments, associés à la psychothérapie, visent à contrôler les symptômes et réduire les crises.

Médicaments

Les médicaments, régulateurs de l’humeur, neuroleptiques, antidépresseurs et sédatifs, comme les benzodiazépines, sont nécessaires pour contrôler les phases maniaques du trouble bipolaire de type 1.

Psychothérapie

La psychothérapie est un élément essentiel du traitement du trouble bipolaire de type 1. Elle peut se pratiquer seul, en famille ou en groupe. Bien que son principal objectif soit d’aider à contrôler les humeurs, elle permet également d’équilibrer la vie quotidienne.

  • Thérapie interpersonnelle : elle est utile pour avoir un meilleur contrôle de soi et retrouver un équilibre social
  • TCC (thérapies cognitives et comportementales) : elles visent à identifier les comportements négatifs et à trouver des solutions. Elles permettent aussi d’éradiquer les phases bipolaires
  • Psychoéducation : elle aide les patients et l’entourage à comprendre le trouble bipolaire et ses effets
  • Thérapies familiales : Il est important de pouvoir compter sur sa famille pour éviter les rechutes. De plus, elles préparent la famille à être alerte face aux signes de changements d’humeur

Le traitement du trouble bipolaire de type 1 doit être suivi en continu, y compris en cas d’absence de symptômes. Ce traitement se prend à vie sauf en cas d’avis contraire du psychiatre. Par ailleurs, il est important d’adopter des habitudes de vie saines.

De surcroît, il convient de s’aménager une routine pour dormir, manger et faire de l’activité physique et ainsi mieux faire face aux déséquilibres de l’humeur. Enfin, restez éloigné des boissons alcoolisées et des drogues récréatives !

 

  • American Psychiatric Association. Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, Fourth Edition, Text Revision, DSM-IV-TR. Washington, DC: 2000.
  • Merikangas KR, Jin R, He JP, et al. Prevalence and correlates of bipolar spectrum disorder in the world mental health survey initiative. Arch Gen Psychiatry 2011; 68 (3): 241–251.
  • Pini S, de Queiroz V, Pagnin D, et al. Prevalence and burden of bipolar disorders in European countries. Eur Neuropsychopharmacol 2005; 15 (4): 425–434.
  • Roger S. McIntyre, MD, Joanna K. Soczynska, and Jakub Konarski “Bipolar Disorder: Defining Remission and Selecting Treatment” Vol. XXIII, (2006) No. 11 
  • Martínez-Arán, A; Vieta, E; Reinares, M; Colom, F; Torrent, C; Sánchez-Moreno, J; Benabarre, A; Goikolea, JM; Comes, M; Salamero, M (2004), «Cognitive Function Across Manic or Hypomanic, Depressed, and Euthymic States in Bipolar Disorder», American Journal of Psychiatry 161 (2): 262-270