Les différents types de sécrétions vaginales

27 décembre 2019
Les sécrétions vaginales sont généralement classées en fonction de leur couleur. Néanmoins, la consistance, l'abondance et l'odeur peuvent également varier. Pourquoi l'aspect de ces sécrétions varie-t-il ? Que faut-il savoir sur le sujet ?

Certains d’entre nous ignorent sans doute qu’il existe différents types de sécrétions vaginales… Il y a aussi une certaine pudeur autour de ce sujet. Mais il est bon de savoir que l’odeur, la couleur et l’abondance des sécrétions vaginales peuvent varier…

Comme leur nom l’indique, les sécrétions vaginales correspondent aux sécrétions produites par les glandes qui se trouvent dans le vagin. Il s’agit d’un liquide absolument normal et essentiel, puisqu’il remplit de nombreuses fonctions nécessaires pour jouir d’une bonne santé vaginale.

L’une de ses fonctions est de permettre le nettoiement du vagin. Plus concrètement, ces sécrétions aident à éliminer les cellules mortes ainsi que les bactéries et ainsi à prévenir les infections. Elles constituent, qui plus est, un grand indicateur de l’état de santé de l’appareil reproducteur féminin.

Tous les changements que subissent les sécrétions vaginales peuvent nous aider à reconnaître une maladie. C’est pourquoi nous vous expliquons ici les différents types de sécrétions vaginales et ce que chaque type signifie.

Pourquoi y-a-t-il différents types de sécrétions vaginales ?

Une femme ayant des sécrétions vaginales

Tout d’abord, avant d’énumérer les différents types de sécrétions vaginales, il convient de savoir que ces sécrétions changent tout au long du cycle menstruel de manière physiologique. Cela veut dire qu’il existe un type de sécrétions vaginales pour chaque moment du cycle, et c’est absolument normal.

Ces sécrétions changent en fonction des hormones féminines qui, elles, varient progressivement au cours du cycle. Par exemple, lorsque l’ovulation approche, les sécrétions vaginales sont généralement plus abondantes et plus épaisses. La raison est la suivante : ces sécrétions interviennent dans la reproduction et permettent à la femme de se préparer pour la fécondation. De la même façon, lorsque la femme est excitée, les sécrétions vaginales sont également abondantes.

Normalement, ces sécrétions sont claires ou bien d’un blanc laiteux. Néanmoins, elles peuvent également être plus aqueuses, transparentes, plus ou moins abondantes…

Il convient de préciser que les différents types de sécrétions vaginales ont une odeur caractéristique et qu’il n’y a pas de quoi avoir honte. D’ailleurs, l’idéal est de savoir quelle est l’odeur normale de ces sécrétions car, lorsque l’on souffre d’une infection, l’odeur de ces sécrétions est le premier paramètre altéré.

Cet article peut également vous intéresser : 9 remèdes naturels contre les mauvaises odeurs vaginales

Les différents types de sécrétions vaginales

Une femme qui observe ses sécrétions vaginales

La couleur est la caractéristique qui permet de distinguer les différents types de sécrétions provenant du vagin. Néanmoins, il est également nécessaire de prendre en considération l’odeur, la consistance et l’abondance. En cas d’infection, tous ces paramètres peuvent être altérés.

Comme nous le disions un peu plus haut, les sécrétions vaginales sont normalement de couleur blanche. Lorsque ces sécrétions sont grisâtres et abondantes, cela est généralement mauvais signe.

Lorsque les sécrétions vaginales sont blanches mais viennent accompagnées de démangeaisons, il peut s’agir d’un symptôme de la candidose. La candidose est une infection fongique causée par la levure du genre Candida, une levure très commune chez la femme. Nombreuses sont les études qui affirment que c’est l’un des troubles vaginaux les plus fréquents et que ce trouble est lié, entre autres, à un changement du pH dans la zone du vagin.

Les sécrétions vaginales peuvent également être jaunâtres. Généralement, lorsque c’est le cas, ces sécrétions viennent accompagnées d’une forte odeur et d’autres désagréments tels que des démangeaisons ou une sensation de brûlure. Ce symptôme indique une infection ou une maladie sexuellement transmissible ; les maladies les plus fréquentes sont la trichomonase, la chlamydia et la gonorrhée.

Les sécrétions vaginales peuvent même être de couleur marron en raison de la présence de restes de sang. Ces sécrétions apparaissent généralement juste avant ou juste après les règles. La couleur marron peut également être due à une petite blessure apparue suite à un rapport sexuel.

Néanmoins, si cette couleur se maintient, elle peut indiquer une maladie plus sévère : il peut s’agir d’un cancer. Elle peut également indiquer la présence d’un corps étranger dans le vagin ayant provoqué une irritation.

Cet article peut également vous intéresser : 3 remèdes avec des feuilles de goyave pour traiter les pertes vaginales excessives

En somme…

Il existe différents types de sécrétions vaginales, car elles changent de manière physiologique. Il est important de prendre en considération tous les paramètres de leur aspect, car l’altération de l’un de ces paramètres peut indiquer une maladie.

De la même façon, il est essentiel de prêter attention à l’odeur. C’est le paramètre qui subit le plus d’altérations lorsque l’on souffre d’une infection. Au moindre doute ou au moindre changement, l’idéal est de consulter un gynécologue afin de vérifier s’il s’agit d’un changement normal ou non.

 

  • Spence D, Melville C. Vaginal discharge. BMJ. 2007;335(7630):1147–1151. doi:10.1136/bmj.39378.633287.80
  • Sánchez-Hernández, J. A., González-Belén, L., Rojas-Valderrama, K., & Muñoz-Zurita, G. (2017). Prevalencia de Candida albicans y su relación con cambios en el pH vaginal. Atención Familiar, 24(1), 18–22. https://doi.org/10.1016/j.af.2017.01.003
  • Sivaranjini R, Jaisankar T, Thappa DM, et al. Spectrum of vaginal discharge in a tertiary care setting. Trop Parasitol. 2013;3(2):135–139. doi:10.4103/2229-5070.122140
  • Zemouri C, Wi TE, Kiarie J, et al. The Performance of the Vaginal Discharge Syndromic Management in Treating Vaginal and Cervical Infection: A Systematic Review and Meta-Analysis. PLoS One. 2016;11(10):e0163365. Published 2016 Oct 5. doi:10.1371/journal.pone.0163365
  • Mitchell H. Vaginal discharge–causes, diagnosis, and treatment. BMJ. 2004;328(7451):1306–1308. doi:10.1136/bmj.328.7451.1306