Les différents types d’épilepsie

13 septembre 2020
L'épilepsie est une pathologie qui touche des millions de personnes dans le monde. Il est essentiel de connaître les types de manifestations de cette maladie afin de la traiter efficacement.

L’épilepsie est une maladie provoquée par un déséquilibre de l’activité électrique des neurones, dans une certaine région du cerveau. Il existe différents types d’épilepsie. Selon la Commission de Classification et de Terminologie de la Ligue Internationale contre l’Epilepsie, cette maladie se caractérise par l’apparition de convulsions récurrentes qui ont des effets neurobiologiques, cognitifs et psychologiques.

Diverses études soulignent l’importance de cette pathologie car, bien qu’elle soit l’une des maladies les plus anciennes de l’histoire, bon nombre de ses dynamiques sont encore méconnues. C’est pourquoi il est fondamental d’un point de vue médical, de classer les types et les modèles d’épilepsie afin d’y faire face efficacement.

Sur l’épidémiologie de l’épilepsie…

Il est tout aussi important de connaître ses causes et traitements que de savoir comment elle se propage dans le monde. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) donne quelques statistiques sur l’épilepsie au niveau mondial. Ces données sont les suivantes :

  • On estime qu’à tout moment, plus de 50 millions de personnes reçoivent le diagnostic de l’épilepsie dans le monde entier
  • En fonction de l’âge des patients et de la zone géographique des soins, la prévalence varie de 4 à 10 malades pour 100 personnes. Ces chiffres sont deux fois plus élevés dans les pays à faible revenu
  • Autour de 80% des patients atteints d’épilepsie vivent dans des régions où l’économie se trouve encore en développement
  • 70% des personnes épileptiques pourraient vivre sans convulsions si la maladie était traitée correctement. Malheureusement, les trois quarts des patients ne sont jamais traités dans certaines régions du monde
  • Par conséquent, les personnes épileptiques ont trois fois plus de risques de mourir que la population générale

Ces données sont pour le moins décourageantes. En effet, l’épilepsie peut être combattue avec des médicaments mais de nombreuses personnes n’ont pas accès aux médicaments nécessaires pour soulager la maladie. Pour toutes ces raisons, il est fondamental de savoir identifier les divers types d’épilepsie et de sensibiliser la population sur ses effets.

Le cerveau peut être soumis à différents types d'épilepsie.

Découvrez davantage : Remèdes naturels contre l’épilepsie: des compléments naturels et efficaces

Types d’épilepsie

Selon Apice (Association Andalouse de l’Epilepsie) et la Ligue Internationale contre l’Epilepsie (ILAE), il existe deux grandes variantes de la pathologie. L’une définie par son caractère général et l’autre par son caractère focal.

Crises généralisées

Nous résumons ci-dessous les différents types d’épilepsie généralisée :

  • Crise généralisée tonico-clonique : caractérisée par une perte soudaine de connaissance. Elle provoque d’abord une raideur générale du corps (phase tonique) et ensuite des mouvements rythmiques (phase clonique). Lors de ces crises, des effets associés peuvent se produire. Comme se mordre la langue, uriner ou se blesser en tombant au sol. Il s’agit de la variante la plus évidente et la plus grave de la maladie
  • Absence : caractérisée par une perte de connaissance avec une immobilité et un regard fixe pendant quelques secondes. Elle est facilement tolérée, mais peut se répéter plusieurs fois par jour
  • Myoclonique : caractérisée par un spasme soudain dans tout le corps ou une partie (surtout dans les membres supérieurs) qui entraîne la chute de la personne
  • Atonique : perte du tonus musculaire, chute et absence de conscience momentanée

A l’exception de la variante tonico-clonique, le reste des crises généralisées sont instantanées, avec des répercutions rapides. Une grande partie du danger réside dans l’activité que la personne réalise au moment de la crise.

Crises d’épilepsie focales

Ces types d’épilepsie dépendent de la région du cerveau où se produit le déséquilibre électrique neural. Il en existe différents types selon leurs manifestations :

  • Sans altération de la conscience (crises partielles simples) : secousses rythmiques d’une partie du corps pendant plusieurs secondes ou minutes. Peuvent se manifester également des fourmillements intenses, des pensées étranges ou des apparitions de lumière dans le champ visuel
  • Avec altération de la conscience (crises partielles complexes) : similaires aux précédentes. Mais, dans ce cas, il y a une perte de conscience. La différence avec les crises généralisées est que la personne ne tombe pas au sol, puisqu’il n’y a pas de perte du tonus musculaire, mais une intense dissociation de la réalité
  • Crise convulsive bilatérale : lorsqu’un événement épileptique focalisé s’étend du foyer à toute la surface du cerveau

Causes et traitement

Les causes de l’épilepsie sont multiples. Diverses études montrent les progrès que la science a réalisé ces dernières décennies dans la compréhension des mécanismes d’action et des raisons sous-jacentes de cette pathologie. L’Organisation Mondiale de la Santé énumère quelques-unes des causes les plus communes :

  • Dommage cérébral en raison de lésions prénatales ou pendant la naissance elle-même
  • Malformations congénitales au niveau neurologique ou génétique
  • Traumatismes cranio-encéphaliques
  • Accidents cérébrovasculaires (du système sanguin) qui limitent l’apport d’oxygène nécessaire au cerveau
  • Infections cérébrales telles que la cysticercose (invasion de larves de Tænia solium qui génère des kystes entre les neurones)
  • Tumeurs cérébrales

La médication de base de tous les patients se concentre sur l’utilisation de médicaments antiépileptiques. Ces derniers tentent d’éliminer l’apparition des crises avec un minimum d’effets secondaires.

Malgré leurs coûts peu élevés, qui dans certains cas ne dépassent pas cinq dollars par an, de nombreuses personnes vivant dans les pays en voie de développement n’ont pas les moyens d’y avoir accès. Pourtant, leur administration est facile, sans grandes complications, ce qui devrait en faciliter l’accès.

Quels sont les différents types d'épilepsie qu'un médecin peut observer ?

Lisez également : L’épilepsie et l’allaitement maternel

Types d’épilepsie : que faut-il retenir ?

L’épilepsie correspond à une augmentation de l’activité électrique dans une région focale ou généralisée du cerveau. Comme vous avez pu le constater, il existe différents types d’épilepsie selon leur nature générale ou focale. En plus d’autres classifications basées sur les effets subis par les patients pendant les crises.

Cette pathologie est clairement corrélée et conditionnée par l’accès aux traitements, pourtant peu coûteux, mais qui sont toujours inaccessible à un pourcentage important de la population. Enfin, la prise de conscience, la connaissance et le traitement sont les bases pour améliorer la qualité de vie des patients épileptiques.

 

  • Banerjee, P. N., Filippi, D., & Hauser, W. A. (2009). The descriptive epidemiology of epilepsy—a review. Epilepsy research85(1), 31-45.
  • Epilepsia, Organización mundial de la salud (OMS). Recogido a 16 de julio en https://www.who.int/es/news-room/fact-sheets/detail/epilepsy
  • Commission on Classification and Terminology of the International League Against Epilepsy. Proposal for revised clinical and electroencephalographic classification of epileptic seizures. Epilepsia 22:489-501, 1981. Recogido a 16 de julio en https://web.archive.org/web/20090218004720/http://ilae-epilepsy.org/ctf/over_frame.html
  • Tipos de epilepsia, ApIce. Recogido a 16 de julio en https://www.apiceepilepsia.org/que-es-la-epilepsia/diferentes-tipos-de-crisis-epilepticas/
  • Engel Jr, J. (2006). ILAE classification of epilepsy syndromes. Epilepsy research70, 5-10.
  • Moshé, S. L., Perucca, E., Ryvlin, P., & Tomson, T. (2015). Epilepsy: new advances. The Lancet385(9971), 884-898.
  • Shorvon, S. (2010). Handbook of epilepsy treatment. John Wiley & Sons.
  • Carrera-García, Laura. “Ausencias sintomáticas, la etiología menos conocida de las crisis de ausencia.” Revista de Neurología 65.6 (2017): 263-267.
  • LUCCI, RODRÍGUEZ, Matías Alet, and Sebastián F. Ameriso. “Epilepsia asociada al accidente cerebrovascular.” MEDICINA (Buenos Aires) 78.2 (2018).