Les effets des changements brusques de température sur la santé

Les changements brusques de température affectent le système immunitaire, ce qui explique les infections respiratoires hivernales. En été, il faut faire attention aux coups de chaleur.
Les effets des changements brusques de température sur la santé

Dernière mise à jour : 04 juin, 2022

Les changements brusques de température peuvent être associés à divers facteurs. On sait qu’ils sont influencés par le changement des saisons et le changement climatique qui altère les cycles naturels. Et passer du froid au chaud ou du chaud au froid peut affecter notre santé.

Le corps possède un système naturel qui régule la température et dépend de l’équilibre entre la production et la perte de chaleur. Trois mécanismes interviennent dans ce processus :

  • Les thermorécepteurs situés dans la peau et le noyau préoptique de l’hypothalamus ;
  • La transpiration et la vasodilatation périphérique ;
  • La zone de contrôle dans le cerveau.

De nombreuses circonstances peuvent provoquer des perturbations de la thermorégulation. Par exemple, l’exposition à de basses températures ambiantes peut provoquer une hypothermie accidentelle si une chute de plus de 35°C se produit dans le corps.

Les changements brusques de température : comment la chaleur soudaine affecte-t-elle ?

Lorsque la température extérieure augmente, le corps humain réagit et active son mécanisme de thermorégulation pour se refroidir. Cependant, parfois, la transpiration produite à cet effet ne suffit pas à refroidir le corps, ce qui peut entraîner une température corporelle dangereusement élevée.

Par exemple, le coup de chaleur fait partie des troubles dont vous pouvez souffrir. Il est considéré comme l’une des blessures par la chaleur les plus graves et survient le plus souvent pendant les mois d’été, lorsque la température atteint plus de 40 ° C. L’hyperthermie est une urgence vitale.

Parmi les symptômes d’un coup de chaleur, figurent la fièvre, l’agitation, une peau sèche, une transpiration excessive, des nausées et des vomissements. Une peau rouge, un pouls rapide, des maux de tête sévères et des évanouissements peuvent également survenir.

Parmi les causes, figure l’exposition à des environnements chauds lors d’une routine d’exercice ou même au repos, connue sous le nom de coup de chaleur sans effort.

Par ailleurs, la consommation de certains médicaments peut également réduire la quantité de sang pompée par le cœur, limitant ainsi son flux vers la peau. Cette condition peut être mortelle en cas d’augmentation soudaine de la chaleur.

Coup de chaleur.
Le coup de chaleur peut être une urgence vitale. Il peut provoquer une déshydratation et réduire la capacité de réponse.



Comment le froid soudain affecte-t-il ?

Le froid contribue au développement de pathologies respiratoires et cardiovasculaires. Les basses températures peuvent provoquer un rétrécissement ou une vasoconstriction des vaisseaux sanguins.

Cette condition affecte la tension artérielle et la fréquence cardiaque. De plus, chez les patients à risque cardiovasculaire, il augmente les risques d’infarctus du myocarde et de formation de thrombus.

Lorsque cette vasoconstriction se produit dans la région nasale, le mucus devient plus dense et les possibilités d’élimination des micro-organismes sont réduites. De plus, les cils du système respiratoire, des petits poils microscopiques, réduisent leur mouvement, rendant difficile l’élimination des mucus et des virus susceptibles de coloniser la muqueuse.

D’autre part, les températures froides affectent la capacité du système immunitaire. Il peut être lié à une vasoconstriction, mais aussi à une difficulté à synthétiser la vitamine D.

La diminution des heures d’ensoleillement caractéristique de l’hiver peut également générer certaines manifestations psychologiques. En effet, la synthèse de certains neurotransmetteurs tels que la sérotonine et la dopamine diminue. La réduction de ces substances tend à générer de l’apathie et moins d’activité physique.

Les virus et les bactéries aiment l’air froid

Lorsque la température baisse, il y a une diminution de l’humidité dans l’environnement, ce qui favorise la prolifération des virus et des bactéries. Ce n’est pas le froid lui-même qui cause la grippe ou les allergies. C’est un climat qui favorise la colonisation des micro-organismes.

En fait, une étude a montré que les températures froides, ainsi que l’air sec, augmentent le risque de contracter des infections à rhinovirus, l’une des principales causes de rhume.

Ce n’est donc pas qu’il n’y a pas de virus pendant l’été, mais les climats chauds et une humidité élevée ralentissent leur accès au système respiratoire. Les chances de leur propagation sont ainsi minimisées.



Les effets de la climatisation et du chauffage sur la santé

Il est normal qu’en été la climatisation soit utilisée de manière excessive dans les maisons, les bureaux, les restaurants et autres espaces fermés. Pour beaucoup, cela génère du bien-être, comme le chauffage en hiver pour certains.

Cependant, ces changements soudains de température affectent la santé, produisent des rhumes saisonniers et des allergies. L’utilisation de la climatisation est l’un des principaux déclencheurs des maux de gorge pendant l’été.

Cette institution précise que le changement soudain qui se produit dans l’environnement contribue à l’apparition de maladies, telles que la pharyngite et la laryngite. Celles-ci étant les causes les plus fréquentes de consultation médicale et de consommation d’antibiotiques.

Le chauffage cause aussi problèmes, car il peut trop assécher l’environnement. Il favorise ainsi les irritations de la gorge et la toux. Le manque d’humidité et la sécheresse nasale sont le milieu idéal pour la prolifération des bactéries et des virus. Les enfants sont les plus touchés, comme en témoigne cette étude.

La climatisation provoque des infections respiratoires.
L’utilisation de climatiseurs entraîne des problèmes de santé, tels que la sécheresse de l’air et la transmission de particules.

Comment faire face aux changements brusques de température ?

Pour éviter les effets des changements brusques de température, certaines précautions peuvent être prises. L’essentiel, étant de ne pas abuser de la climatisation ou du chauffage.

  • Ne vous habillez pas chaudement dans les endroits où il y a du chauffage pour faciliter la transition vers l’environnement froid.
  • Régulez la température de 21 à 23 degrés à la maison et au bureau.
  • Prenez un manteau avec vous au cas où la température ambiante chuterait soudainement.
  • Mettez de la crème solaire et portez un chapeau en été.
  • Évitez d’entrer directement dans des endroits climatisés ; attendez de vous acclimater un peu avant de le faire.
  • Hydratez-vous pendant la journée, surtout si vous sortez faire du sport.
  • Portez les bons vêtements, selon la saison de l’année.
  • Maintenez une bonne alimentation et de bonnes habitudes de sommeil pour renforcer le système immunitaire.
  • Lavez-vous fréquemment les mains avec du savon.
  • Évitez les endroits mal aérés.
Cela pourrait vous intéresser ...
A quel moment une température corporelle élevée est-elle considérée comme dangereuse ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
A quel moment une température corporelle élevée est-elle considérée comme dangereuse ?

Si les personnes sont exposées à de fortes températures, elles peuvent souffrir de fatigue et d'une température corporelle élevée..



  • E. Lizarralde Palacios, A. Gutiérrez Macías, M. Martínez Ortiz de Zárate. Alteraciones de la termorregulación. emergencias 2000;12:192-207. Disponible en: http://www.sld.cu/galerias/pdf/sitios/anestesiologia/alteraciones_termoregulacion.pdf
  • Golpe de calor. Mayo Clinic.
  • Vasoconstricción. Medlineplus.
  • Ikäheimo, T. M., Jaakkola, K., Jokelainen, J., Saukkoriipi, A., Roivainen, M., Juvonen, R., Vainio, O., & Jaakkola, J. J. (2016). A Decrease in Temperature and Humidity Precedes Human Rhinovirus Infections in a Cold Climate. Viruses, 8(9), 244. https://doi.org/10.3390/v8090244
  • El uso del aire acondicionado incrementa los problemas de garganta en verano. Sociedad Española de
    Otorrinolaringología y Cirugía de Cabeza y Cuello (SEORL-CCC).
  • Carlos Ubilla, Karla Yohannessen. CONTAMINACIÓN ATMOSFÉRICA EFECTOS EN LA SALUD RESPIRATORIA EN EL NIÑO. Revista Médica Clínica Las Condes. Volume 28. Issue 1, 2017. Pág. 111-118. SSN 0716-8640. https://doi.org/10.1016/j.rmclc.2016.12.003.