Les principaux effets psychologiques du multitasking et comment les éviter

Sautez-vous d'une tâche à l'autre ? Faites-en vous plusieurs en même temps ? Cela peut générer du stress et un sentiment important de frustration.
Les principaux effets psychologiques du multitasking et comment les éviter

Dernière mise à jour : 05 juillet, 2022

Combien de fois faisons-nous deux tâches en même temps ? Par exemple, remplir des notes tout en parlant à quelqu’un au téléphone ou en examinant plusieurs fenêtres ouvertes sur l’ordinateur. C’est ce qu’on appelle le multitasking.

Grâce à la technologie et à l’hyperconnexion, le multitasking est devenu monnaie courante. Mais nous oublions que nous ne sommes pas des ordinateurs et que le fait d’être conscient de tant de choses peut nous rendre submergés. Malgré tous les avantages que nous lui attribuons, le cerveau ne peut traiter qu’une seule tâche à la fois.

Multitasking, télétravail et réconciliation familiale

Le télétravail a connu son plus grand boom pendant et après la pandémie. Actuellement, certaines entreprises proposent le télétravail à leurs salariés.

Pour beaucoup, c’est un avantage, car ils ont des enfants. Cependant, cela favorise le multitasking. Pendant qu’ils travaillent, ils peuvent s’occuper des enfants ou mettre des vêtements à laver, par exemple.

Cela est-il positif ? D’un certain point de vue, il semble que oui.

De nombreuses tâches peuvent être effectuées en même temps, nous permettant ainsi de gagner des minutes de temps libre. Cependant, il faudrait déterminer la qualité réelle de ce qui est fait.

Les résultats peuvent ne pas être aussi satisfaisants que si nous étions concentrés à 100 % sur une seule tâche. Par conséquent, cela peut être une épée à double tranchant.

Télétravail et multitasking.
Concilier la famille avec le télétravail a ses limites.

Les conséquences du multitasking

Une étude menée conjointement par l’Université de Californie et l’Université de Humboldt a conclu que le multitasking augmente les niveaux de stress. La raison en est le changement constant des tâches, tâches que nous ne terminons pas. En effet, à de nombreuses reprises, le multitasking nous pousse à passer d’une tâche à une autre, et nous n’en terminons aucune.

À l’Université du Sussex, des recherches sur le multitasking ont également été menées. Les résultats obtenus sont déconcertants.

Il semble que sauter d’une tâche à l’autre ou réaliser deux activités simultanées (regarder la télé et être au téléphone en même temps) peut réduire la matière grise dans le cerveau. Cette région de l’organe est celle qui concentre les corps des neurones.

Sans aucun doute, la conséquence notoire du multitasking est que la productivité diminue. Il nous fait perdre en concentration.



Peut-on éviter le multitasking ?

Ce n’est pas chose facile, mais il est possible d’éviter le multitasking en incorporant de nouvelles habitudes et en étant conscient qu’il faut changer. Au début, la frustration peut s’installer lorsque nous percevons initialement une incapacité à nous concentrer sur une seule tâche. Cependant, c’est une question de patience et de persévérance.

Utilisez la technique Pomodoro

Un bon moyen de sortir du multmultitasking et d’en éviter toutes les conséquences est d’utiliser la technique Pomodoro. L’objectif est de se concentrer sur une tâche pendant 25 minutes et de se reposer pendant 5 minutes.

Pour que cela fonctionne, vous devez choisir une seule tâche et vous concentrer dessus pendant cette période. Tant que les 25 minutes ne sont pas écoulées, vous ne pouvez pas voir le téléphone portable ni être distrait par l’arrivée d’un e-mail. Cela peut être difficile au début, mais avec la pratique, tout s’améliore.

Stress dû au multitasking.
Le multitasking peut entraîner des niveaux élevés de stress et de frustration. L’application de techniques de gestion du temps est recommandée.



Utilisez la matrice d’Eisenhower

Une autre ressource pour éviter le multitasking est la matrice d’Eisenhower. Elle comprend quatre tableaux dans lesquels se trouvent les tâches importantes, qui doivent être différenciées entre urgentes et non urgentes. Les tâches non importantes sont réparties équitablement.

  • IMPORTANT ET URGENT : effectuez les tâches immédiatement.
  • IMPORTANT, MAIS PAS URGENT : calendrier avec des délais pouvant être respectés.
  • PAS IMPORTANT, MAIS URGENT : tentative de délégation des tâches.
  • NON IMPORTANT ET NON URGENT : suppression.

Appliquez ces ressources pour éviter le multitasking

Avec ces ressources, il est possible de mieux gérer les tâches que nous devons effectuer, sans avoir besoin d’appliquer le multitasking. L’anxiété, le stress et toutes les conséquences que nous avons mentionnées tout au long de l’article sont ainsi évités.

Le multitasking peut nous amener à passer d’un projet à un autre sans en terminer aucun. Le résultat ? Des actions inachevées et de mauvaise qualité. Vous vous reconnaissez ? Comment le multitâche vous affecte-t-il ?

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment télétravailler avec les enfants à la maison ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Comment télétravailler avec les enfants à la maison ?

Télétravailler avec les enfants à la maison lorsqu'ils sont en vacances semblait impensable autrefois. Aujourd'hui, c'est une réalité.



  • Faulkner, KA, Redfern, MS, Cauley, JA, Landsittel, DP, Studenski, SA, Rosano, C., … y estudio de salud, envejecimiento y composición corporal. (2007). Multitarea: asociación entre peor rendimiento y antecedentes de caídas recurrentes. Diario de la Sociedad Americana de Geriatría , 55 (4), 570-576.
  • Loh, K. K., & Kanai, R. (2014). Higher media multi-tasking activity is associated with smaller gray-matter density in the anterior cingulate cortex. Plos one9(9), e106698.
  • Mark, G., Gudith, D., & Klocke, U. (2008, April). The cost of interrupted work: more speed and stress. In Proceedings of the SIGCHI conference on Human Factors in Computing Systems (pp. 107-110).