Les réseaux sociaux influencent-ils l'augmentation des cas de boulimie et d'anorexie ?

L'anorexie et la boulimie nerveuse sont des problèmes graves qui touchent le plus souvent les adolescents et les jeunes adultes. Ces dernières années, des recherches ont été menées pour savoir s'il existe une association entre l'utilisation des réseaux sociaux et des troubles du comportement alimentaire.
Les réseaux sociaux influencent-ils l'augmentation des cas de boulimie et d'anorexie ?
Maryel Alvarado Nieto

Rédigé et vérifié par le médecin Maryel Alvarado Nieto.

Dernière mise à jour : 15 décembre, 2022

Les troubles du comportement alimentaire (TCA) les plus courants sont l’anorexie et la boulimie nerveuse. Ces pathologies touchent particulièrement les adolescents et les jeunes adultes, puisqu’il s’agit d’une population plus sensible aux schémas externes. Pour cette raison, certains chercheurs tentent d’établir si l’utilisation des réseaux sociaux entraîne un risque accru de souffrir de boulimie et d’anorexie.

De manière générale, les personnes souffrant d’anorexie mentale limitent leur alimentation afin de rester minces. Les patients atteints de boulimie ont, eux, recours à des comportements qui tentent de compenser la consommation compulsive de nourriture (binge eating).

Bien qu’il existe des variantes dans les comportements des deux troubles, leur schéma s’articule autour de la peur incessante de prendre du poids. Alors, les corps qui s’affichent sur les réseaux sociaux influencent-ils la boulimie et l’anorexie ? Nous l’analysons ici.

Que sont les troubles alimentaires ?

Les troubles alimentaires sont une série d’altérations du comportement liées à l’alimentation qui entraînent une détérioration de la santé, tant pour le patient que pour son environnement. L’anorexie et la boulimie sont des maladies et ne doivent pas être considérées comme des modes de vie.

Cependant, l’existence d’espaces virtuels qui favorisent les comportements de ces troubles comme un mode de vie acceptable est connue. Les soi-disant influenceurs proposent à leurs abonnés des pratiques néfastes qui menacent leur bien-être.



[/atomik -lu-aussi ]

Les facteurs de risque de l’anorexie et de la boulimie

La plupart des personnes qui développent l’anorexie et la boulimie sont des jeunes femmes. Elles appartiennent généralement aux sociétés industrialisées.

Une vision simpliste de cette situation mettrait en cause la perception culturelle selon laquelle un corps mince est un idéal de beauté. Cependant, l’anorexie et la boulimie sont des troubles d’origine multifactorielle, qui pourraient inclure la participation des réseaux sociaux.

Il existe des facteurs individuels qui augmentent les chances qu’une personne développe un certain type de trouble de l’alimentation. Et bien que l’interaction avec leur environnement ait une influence importante, la vulnérabilité de ces patients dépend de traits caractéristiques de leur personnalité.

Parmi les facteurs de risque associés aux troubles alimentaires, figurent les suivants :

  • Dépression
  • Peur du rejet
  • Faible estime de soi et insécurité
  • Traits perfectionnistes et obsessionnels
  • Insatisfaction à l’égard de l’apparence corporelle
  • Besoin d’acceptation par les autres
  • Désir d’appartenir à un groupe social
  • Manque d’habitudes alimentaires saines
Femme souffrant d'anorexie à travers les réseaux sociaux.
L’anorexie et la boulimie sont toutes deux des troubles du comportement alimentaire.

« Ana » et « Mia », les initiatrices du risque des TCA sur les réseaux sociaux

Il existe un type de portail Web qui utilise généralement les noms fictifs d’Ana et de Mia pour désigner respectivement l’anorexie et la boulimie. Ces espaces tentent de promouvoir les habitudes alimentaires modifiées de ces troubles et les pratiques qui leur sont associées en tant que mode de vie.

De même, ils suggèrent l’idée que la minceur pathologique est synonyme de beauté. Par conséquent, l’objectif principal serait la perte de poids.

De tels espaces peuvent alors servir de facteur prédisposant chez les personnes vulnérables à développer un trouble de l’alimentation. De plus, il est courant que ces sites encouragent leurs utilisateurs à cacher leur comportement d’automutilation, afin d’éviter toute aide de leur environnement réel.

La découverte de ce type de pages s’en est suivie d’une dénonciation et de leur disparition dans certains pays. Surtout parce que la plupart de ceux qui y ont accédé étaient des mineurs.

Cependant, la tentative de censure des contenus préjudiciables proposés par les membres du groupe autoproclamé Anorexic Nation est loin d’être terminée, grâce à l’avènement et à l’évolution des réseaux sociaux.

Promoteurs du risque sur internet

La configuration actuelle des différents réseaux sociaux tente de bloquer les contenus qui encouragent l’adoption d’habitudes associées à la boulimie et à l’anorexie. De même, certains réseaux sociaux affichent même des messages d’avertissement pour ceux qui recherchent ce type d’information, les invitant à visiter des sites dédiés à la prévention des troubles alimentaires.

Cependant, la présence de “Ana” et “Mia” a pu échapper à ces politiques.

Il convient de préciser que ces mêmes réseaux sociaux conçoivent des technologies qui permettent aux utilisateurs de modifier les images qu’ils vont partager. Le but de ces outils est d’éliminer les imperfections corporelles, en produisant des photographies qui s’inscrivent dans les paramètres culturels de ce qui est considéré comme esthétique.

Dès lors, la tentative de protection des personnes vulnérables contre les TCA est éclipsée par le renforcement de l’idéal de beauté. C’est un paradoxe basé sur le commercial.



Qu’en pensent les experts ?

Divers groupes de chercheurs ont tenté de savoir si l’utilisation des réseaux sociaux par des personnes vulnérables pouvait déclencher un trouble alimentaire. Notamment, parce que certains auteurs et sociétés savantes témoignent que la prévalence de l’anorexie et de la boulimie a augmenté ces dernières années.

En revanche, la censure des sites promoteurs de ces troubles n’a pas montré d’effet protecteur. En effet, bien qu’il y ait eu un désengagement massif de ces espaces virtuels, la prévalence de l’anorexie et de la boulimie n’a cessé d’augmenter.

Par conséquent, le contrôle du contenu d’Internet ne semble pas être une méthode utile pour prévenir l’apparition de troubles alimentaires. Cependant, il est clair que de tels groupes persistent encore dans les réseaux sociaux.

Femme boulimique via les réseaux sociaux.
La prévalence des TCA est en augmentation. Il est donc clair que les mesures préventives ne suffisent pas.

La relation entre anorexie, boulimie et réseaux sociaux :mythe ou réalité ?

Depuis la fin du siècle dernier, les médias sont proposés comme facteur de risque de développement des troubles alimentaires, car ils véhiculent l’idée que l’extrême maigreur est synonyme de beauté et de réussite sociale. Cependant, peu de choses ont changé en ce qui concerne les types d’annonces exposées, malgré le fait qu’elles soient généralement éditées.

De nombreux modèles idéalisés dans la publicité ont admis souffrir d’un trouble de l’alimentation.

Les réseaux sociaux sont une nouvelle forme de communication, qui permet en outre l’interaction de ses utilisateurs. C’est pour cette raison que les experts considèrent que le contenu partagé sur les réseaux sociaux peut servir de source de comparaison négative.

Cela, chez une personne vulnérable, crée une boucle de rétroaction d’insatisfaction corporelle et de faible estime de soi. Elle fait de l’utilisation excessive des réseaux sociaux un facteur de risque pour le développement de troubles alimentaires.

Comment prévenir la boulimie et l’anorexie sur les réseaux sociaux ?

Un certain nombre de recommandations ont émergé pour éviter l’exposition continue des personnes sensibles à ce type de contenu. Cependant, il n’y a pas de consensus universel parmi les professionnels de la santé mentale à cet égard.

Ce sur quoi ils s’accordent, c’est que l’influence de l’environnement n’est qu’un facteur conditionnant. Il ne doit pas devenir le protagoniste de la prévention.

Par conséquent, il est plus judicieux de souligner la nécessité de renforcer l’estime de soi chez les enfants, en leur offrant la sécurité et l’acceptation de leurs caractéristiques individuelles dans leur développement. Ce sera beaucoup plus efficace que d’essayer de contrôler le contenu disponible dans le vaste (et presque infini) monde des réseaux sociaux.

Cela pourrait vous intéresser ...
Rompre avec les réseaux sociaux : bienfaits et comment s’y prendre
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Rompre avec les réseaux sociaux : bienfaits et comment s’y prendre

Les nouvelles technologies apportent d'énormes avantages. Cependant, il faut aussi passer du temps à se reposer sur les réseaux sociaux.



  • Sámano, L.; ¿Influyen el Internet, las Redes Sociales y Otras Herramientas Educativas en el Desarrollo de Anorexia y Bulimia Nervosas?; Revista de Nutrición Clínica y Dietética Hospitalaria; 33 (1): 38 – 43; 2013.
  • Lozano, N. Borrallo, A.; Guerra, M.; Influencia de las Redes Sociales sobre la Anorexia y la Bulimia en las Adolescentes. Una Revisión Sistemática; Anales del Sistema Sanitario de Navarra; 45 (2); e1009: 2022.
  • Lladó, G.; González, R.; Blanco, M.; Anorexia y Bulimia Nerviosas; Difusión Virtual de la Enfermedad como Estilo de Vida; Nutrición Hospitalaria; 34 (3): 693 -701; 2017.
  • Asociación Americana de Psiquiatría; Manual Diagnóstico y Estadístico de los Trastornos Mentales; Quinta Edición; Editorial Médica Panamericana; 2014.
  • Mendizábal, L.; La Influencia de las Redes Sociales en la Predisposición a los Trastornos de la Conducta Alimentaria: Anorexia y/o Bulimia; Universidad Pontificia. Facultad de Ciencias Humanas y Sociales; 2021.
  • Jiménez, M.; Trastornos del Comportamiento Alimentario en Internet. De la Blogosfera a las Redes Sociales; Icono 14. Revista de Comunicación y Tecnologías Emergentes; 8 (3): 84 – 96; 2010.
  • Lewis, S. P., & Arbuthnott, A. E. (2012). Searching for thinspiration: the nature of internet searches for pro-eating disorder websites. Cyberpsychology, behavior, and social networking15(4), 200-204.
  • Lozano, Z.; La Familia y las Redes Sociales en los Trastornos Alimenticios de los Adolescentes de la Época Contemporánea; Revista Científica In Crescendo; 3 (2): 299 – 311; 2012.
  • Rosales, A.; Sotres, P.; Velázquez, G.; Villatoro, E.; Ramírez, G.; Identificando Signos de Anorexia y Depresión en Usuarios de Redes sociales; Research in Computing Science; 147 (7): 189 – 202; 2018.
  • García, I.; Trastornos de la Conducta Alimentaria y Redes Sociales. Una Perspectiva del Siglo XXI; Universidad Pontificia. Facultad de Ciencias Humanas y Sociales; 2020.
  • van Eeden, A. E., van Hoeken, D., & Hoek, H. W. (2021). Incidence, prevalence and mortality of anorexia nervosa and bulimia nervosa. Current opinion in psychiatry34(6), 515.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.