Les sursauts du sommeil : que faut-il changer pour les éviter ?

10 novembre 2020
Pour réduire les sursauts du sommeil, il est essentiel d'avoir un style de vie sain et de prendre soin de vos habitudes de sommeil. Nous allons vous expliquer de quoi il s'agit et vous dire quelles sont les stratégies qui aident à les contrôler.

Lorsqu’ils se produisent, les sursauts du sommeil peuvent réveiller la personne qui en souffre ou son/sa conjoint-e. Ces réactions sont généralement précédées d’un sommeil intense ou d’une hallucination. On a souvent la sensation de tomber dans les escaliers ou dans un endroit profond. Avez-vous déjà fait cette expérience ?

Les sursauts du sommeil sont, en réalité, des secousses involontaires qui se produisent principalement entre la veille et le sommeil. On les appelle aussi spasmes myocloniques ou secousses hypniques. Ce sont des spasmes musculaires forts et brefs.

Même s’ils peuvent être préoccupants ou gênants, ils ne représentent en réalité aucun problème grave. Il s’agit en fait d’une situation que vit une grande partie de la population.

Même si on ne sait pas encore exactement à quoi ils sont dus, on connaît certains facteurs qui favorisent ces épisodes. Nous allons vous les détailler dès maintenant.

Pourquoi les sursauts du sommeil ont-ils lieu ?

On pense que la cause des sursauts du sommeil réside dans la préparation du corps pour le sommeil. À ce moment, l’organisme a tendance à ralentir toutes ses fonctions, comme la respiration et les battements cardiaques ; par ailleurs, la fonction motrice s’arrête. Grâce à cela, il permet au corps de ne pas réagir et de rester en bonne santé.

D’autres théories soutiennent que ces spasmes sont des failles de nos ancêtres. Dans une étude réalisée à l’Université du Colorado (États-Unis) dirigée par Coolidge, on affirme que les secousses hypniques pourraient être un reflet archaïque de la mauvaise interprétation que fait le cerveau au cours de la relaxation musculaire du début du sommeil, comme s’il s’agissait d’un signe qui, dans le passé, prévenait les ancêtres endormis qu’ils tombaient de l’arbre.

Ceci indique que les sursauts du sommeil sont des vestiges d’un mécanisme de défense. Par ailleurs, des stimuli comme les bruits ou la lumières peuvent les déclencher, selon une publication du manuel MSD.

Les troubles du sommeil.

Quels facteurs peuvent avoir une influence ?

Comme nous le savons, le rythme de vie actuel affecte de nombreux domaines de la santé. Le sommeil est d’ailleurs l’un des plus touchés, selon l’Institut du Sommeil de Madrid.

Selon les experts de cette institution, avoir un rythme de vie accéléré et ne dormir que quelques heures peut mener à l’apparition de différentes maladies, principalement cardiovasculaires, hormonales et immunologiques.

De la même façon, ces facteurs pourraient mener à faire l’expérience de spasmes involontaires car beaucoup de maladies prédisposent à en souffrir. Même si tout n’a pas été prouvé scientifiquement, d’autres facteurs qui semblent avoir une influence sont :

  • L’anxiété et le stress, selon une étude publiée par Therapeutic Advances in Neurological Disorders.
  • Fatigue.
  • Privation de sommeil.
  • Consommation de caféine ; la relation entre ce facteurs et les spasmes nocturnes est expliquée dans une étude publiée par Seizure.
  • Utilisation d’autres drogues stimulantes.

N’importe quel type de problème perturbant la relaxation au moment de dormir peut faire augmenter ces spasmes. En fait, on pense aussi que la nicotine et même l’exercice peuvent être liés, même s’il manque encore des études à ce sujet.

Ceci peut vous intéresser : Conseils pour éviter les troubles du sommeil chez les adolescents

Comment réduire les sursauts du sommeil ?

Étant donné que les spasmes du sommeil peuvent être dus à l’anxiété ou au stress, la première étape consiste à essayer de réduire ces niveaux. Pour cela, il est essentiel de changer de mentalité et de modifier certaines habitudes.

La routine peut souvent sembler asphyxiante mais nous devons garder notre calmeEssayer de voir les choses de façon moins drastique peut nous aider à réduire cette anxiété constante.

Par ailleurs, il est primordial d’avoir un mode de vie sain. Une bonne alimentation et de l’exercice modéré pratiqué de façon régulière sont des mesures essentielles pour avoir une bonne qualité de sommeil.

Même si ses conclusions ne sont pas définitives, une récente étude publiée dans Advances in Nutrition décrit la relation entre une alimentation saine et la durée et qualité du repos nocturne.

En outre, les effets positifs de l’activité physique se voient au niveau mental. Selon une étude publiée par Clinical Psychology Review, l’exercice contribue à faire diminuer les niveaux de stress et d’anxiété.

Ainsi, pratiquer des sports comme le yoga ou le pilates, qui favorisent la relaxation et la gestion des techniques de respiration, sont des alternatives extrêmement recommandées.

Les bénéfices du pilates sur le sommeil.

Au niveau de l’alimentation, il est nécessaire de réduire l’ingestion de caféine ; comme nous le mentionnions précédemment, il s’agit de l’un des facteurs qui peuvent déclencher des sursauts du sommeil.

Il serait aussi recommandé d’arrêter de fumer ou, dans le cas d’autres habitudes toxiques, de les éliminer complétement. N’importe quelle substance excitante peut favoriser les sursauts du sommeil.

Enfin, comme le suggère Hauri (1991), il faut essayer d’établir de bons horaires de sommeil. Essayez d’organiser votre quotidien pour pouvoir dormir au moins huit heures.

Essayez aussi de ne pas emporter vos problèmes avec vous dans votre lit. Les pensées qui troublent votre esprit sont liées à votre façon d’affronter le sommeil.

Améliorez votre santé à travers le sommeil

Les sursauts du sommeil ne sont pas préoccupants. Cependant, s’ils ont une trop grande influence sur votre qualité de sommeil, vous devez essayer d’améliorer vos habitudes de vie.

Comme nous avons pu le voir, le style de vie est déterminant au moment de dormirAu-delà de ce point, si vous considérez que les spasmes peuvent être dus à une complication qui dépasse ces facteurs, n’hésitez pas à consulter votre médecin pour évacuer vos doutes et prévenir de plus grands problèmes.

 

  • Coolidge, F., & Wynn, T. (2014). The effects of the tree-to-ground sleep transition in the evolution of cognition in early Homo. Before Farming, 2006(4), 1–18. https://doi.org/10.3828/bfarm.2006.4.11
  • Hauri P.J. (1991) Sleep Hygiene, Relaxation Therapy, and Cognitive Interventions. In: Hauri P.J. (eds) Case Studies in Insomnia. Critical Issues in Psychiatry (An Educational Series for Residents and Clinicians). Springer, Boston, MA. https://doi.org/10.1007/978-1-4757-9586-8_5
  • Kojovic, M., Cordivari, C., & Bhatia, K. (2011). Myoclonic disorders: a practical approach for diagnosis and treatment. Therapeutic advances in neurological disorders, 4(1), 47–62. https://doi.org/10.1177/1756285610395653
  • Mioclono. Mayo Clinic. https://www.mayoclinic.org/es-es/diseases-conditions/myoclonus/symptoms-causes/syc-20350459
  • ¿Qué es el Sueño? Instituto del Sueño (Madrid). https://www.iis.es/que-es-como-se-produce-el-sueno-fases-cuantas-horas-dormir/
  • Frederick L Coolidge; Thomas Wynn. The effects of the tree-to-ground sleep transition in the
    evolution of cognition in early Homo. 2006. Before Farming. https://uccs.edu/Documents/fcoolidg/Before%20Farming%202006%20Dream%20paper.pdf
  • KENNETH R KAUFMAN, RAJESH C SACHDEO. 2003. Caffeinated beverages and decreased seizure control. Seizure. https://doi.org/10.1016/S1059-1311(03)00048-7.
    (http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1059131103000487)
  • Peter Salmon,
    Effects of physical exercise on anxiety, depression, and sensitivity to stress: A unifying theory. 2001. Clinical Psychology Review. https://doi.org/10.1016/S0272-7358(99)00032-X.
    (http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S027273589900032X)
  • Marie-Pierre St-Onge, Anja Mikic, Cara E Pietrolungo, Effects of Diet on Sleep Quality, Advances in Nutrition, Volume 7, Issue 5, September 2016, Pages 938–949, https://doi.org/10.3945/an.116.012336