Les types d'euthanasie que vous devez connaître

L'euthanasie se caractérise par le fait qu'elle est toujours provoquée par d'autres personnes et par une intentionnalité compatissante ou libératrice.
Les types d'euthanasie que vous devez connaître

Dernière mise à jour : 23 mai, 2021

L’euthanasie est actuellement comprise comme l’action ou l’omission visant à mettre à mort sans douleur des patients incurables.

L’euthanasie se caractérise par le fait qu’elle est provoquée par le personnel de santé et par l’existence d’une intentionnalité compassionnelle ou libératrice.

Elle est appelée meurtre par compassion si la mort est recherchée comme moyen de priver la personne malade de la douleur, d’une déformation physique ou d’une vieillesse douloureuse.

Toutefois, si la mort est recherchée pour soulager la famille ou la société du fardeau, on parle d’euthanasie eugénique, économique ou sociale.

Types d’euthanasie

Par les moyens employés

  • Euthanasie active : action délibérée visant à provoquer la mort.
  • Euthanasie passive : dans ce cas, la mort est provoquée en omettant les moyens proportionnés nécessaires au maintien de la vie, afin de provoquer la mort.

L’euthanasie peut également être classée en volontaire et involontaire, selon que le patient le demande ou non.

Même avec le consentement de la victime, l’euthanasie est toujours provoquée par d’autres personnes. Pour cette raison, il s’agit d’un homicide présentant certaines caractéristiques.

Si c’est la personne qui provoque intentionnellement sa mort, on parle de suicide. En revanche, on parle de suicide assisté lorsque c’est le médecin qui fournit un médicament mortel au patient, mais que c’est le patient qui se l’administre lui-même.

Qu’est-ce qui n’est pas de l’euthanasie ?

L’application de médicaments pour soulager la douleur ou d’autres symptômes chez un patient en phase terminale n’est pas une euthanasie, même si cela conduit indirectement et inévitablement à un certain raccourcissement de la vie. Il faut toujours veiller à ne pas empêcher le patient d’agir librement dans la disposition de ses dernières volontés.

En outre, le consentement du patient sera nécessaire dans le cas où les moyens utilisés entraînent une perte de conscience.

L’utilisation de moyens extraordinaires ou disproportionnés pour prolonger artificiellement la vie d’une personne en phase terminale n’est pas une euthanasie. Dans ce cas, l’action positive de tuer et la possibilité d’une vie naturelle sont absentes.

C’est au médecin ou aux comités d’éthique de certains hôpitaux de déterminer quels moyens peuvent être considérés comme proportionnés et lesquels peuvent être considérés comme disproportionnés pour un patient. Ils tiendront également compte des circonstances spécifiques du patient.

L’euthanasie aujourd’hui

Cependant, il existe un certain nombre de moyens qui sont désormais communément considérés comme ordinaires ou proportionnés. L’hydratation et la nutrition sont considérées comme des soins de base minimaux.

Certains appellent “orthothanasie” la mort en temps voulu, sans abréger la vie et sans la prolonger inutilement par des moyens extraordinaires ou disproportionnés.

Cette prolongation de la vie par des moyens disproportionnés est connue sous le nom “d’acharnement thérapeutique” ou de “distanasie” et peut être illégale, comme le stipule le Code de déontologie médicale.

Le “diagnostic de la mort” est un point important. Puisqu’à partir du moment où le diagnostic de mort clinique est établi, il n’y a pas de problème d’euthanasie.

Vous pourriez également être intéressé par : Cancer : ses conséquences sur la santé émotionnelle

De cette façon, les organes peuvent être prélevés sur le cadavre pour être transplantés. Cela peut être fait après avoir rempli les exigences légales pertinentes.

L’arrêt irréversible des fonctions encéphaliques et/ou cardiorespiratoires sont des critères suffisants pour confirmer le décès d’une personne.

Type de patients

Une personne en fauteuil roulant.
Certains patients atteints de maladies chroniques peuvent opter pour l’euthanasie dans certains pays.

Le type le plus courant de patients pour lesquels l’euthanasie est envisagée est celui des malades en phase terminale. Le terme “incurable” fait référence à l’impossibilité d’améliorer ou de surmonter la maladie.

Une personne en phase terminale est une personne chez qui l’on prévoit que la mort est certaine. De plus, elle se produira dans un avenir pas trop lointain, jusqu’à six mois, selon certains auteurs.

L’effort thérapeutique médical est abandonné pour se concentrer sur le soulagement des symptômes, y compris le soutien du patient et de sa famille.

Les patients incurables en phase terminale sont les principaux candidats à l’euthanasie. Cependant, les patients gravement malades curables ne présentent pas de difficultés majeures.

Un autre concept est celui de l’état végétatif persistant (EVP). Les patients dans cet état appartiennent à la catégorie des incapables incurables. Bien qu’ils ne soient pas nécessairement en phase terminale, il s’agit de patients présentant une perte de conscience permanente, dans un coma irréversible.

L’euthanasie, une réalité

Malgré les discussions constantes sur l’euthanasie, il s’agit d’une réalité dans de nombreux pays du monde, elle est légale dans certaines circonstances. C’est une réalité inévitable, il est donc important de bien comprendre cette pratique.

Cela pourrait vous intéresser ...
L’histoire de Marieke Vervoort, l’athlète paralympique qui a demandé son euthanasie
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
L’histoire de Marieke Vervoort, l’athlète paralympique qui a demandé son euthanasie

En 2008, Marieke Vervoort, athlète paralympique belge de 37 ans, a préparé ses papiers pour l'euthanasie, mais c'est une battante. Découvrez son hi...



  • Gaviria Díaz, C. (2010). La Eutanasia.
  • Rodriguez, R. (2009). Eutanasia : Aspectos éticos controversiales *. Medical Hered.
  • Nombela, C., Lopez, F., Serrano, J., Postigo, E., Abellan, J., & Prensa, L. (2008). La eutanasia: perspectiva ética, jurídica y médica. Libertad y Testamento Vital. https://doi.org/10.1002/adma.200401501