Cancer : ses conséquences sur la santé émotionnelle

31 juillet 2020
De même que pour d'autres maladies chroniques et dégénératives, le cancer affecte les patients sur le plan émotionnel de manière très significative. Dans cet article, nous vous expliquons pourquoi.

Le cancer est l’une des maladies les plus répandues dans le monde. Rien qu’en 2018, on diagnostiquait 18,1 millions de nouveaux cas. Par ailleurs, on estime que le nombre de patients va continuer d’augmenter au cours des prochaines décennies jusqu’à atteindre 29,5 millions de nouveaux diagnostics en 2040.

Bien que les causes du cancer soient multifactorielles -origine génétique, infections, radiations ou exposition à des agents chimiques cancérigènes-, il existe un pourcentage élevé de cas dus au mode de vie.

Par conséquent, le tabac, l’alcool, le sédentarisme, le stress chronique, l’obésité et la mauvaise alimentation, sont des facteurs qui augmentent directement ou indirectement le risque de développer une tumeur maligne.

Comme toute autre maladie qui se développe au fil du temps et dont le taux de mortalité est élevé, le cancer affecte très profondément la santé émotionnelle.

Comment réagissent les patients face au diagnostic du cancer ?

Face à un diagnostic de tumeur maligne, les individus réagissent de façons très différentes en fonction de leur personnalité et de la signification du cancer pour eux. Selon Moorey et Greer (1989)les patients réagissent en fonction de leur propre mode d’adaptation. Les cinq principales réactions sont :

  1. La lutte. La personne adopte une attitude proactive face à la maladie, en cherchant des informations et en s’impliquant dans le traitement.
  2. Négation. Le patient n’en parle pas et agit comme si ce n’était pas lui.
  3. Fatalisme. Le sujet se place dans le pire des scénarios possibles, qu’il dispose ou non de données objectives pour le corroborer.
  4. Désespoir. Le patient éprouve énormément de pensées négatives qui favorisent un cadre dépressif.
  5. Inquiétude anxieuse. La personne ressent une grande difficulté à gérer l’incertitude générée par la maladie.
Un médecin avec une patiente.

“Face au diagnostic du cancer, les patients peuvent avoir des réactions différentes. Même leurs émotions évoluent à mesure que la maladie progresse.”

Lisez également : 7 mythes et réalités sur le cancer du sein

Les émotions du patient changent-elles avec le temps ?

De même que les patients passent par différents stades physiques de la maladie, leurs pensées, sentiments et émotions évoluent également et s’adaptent à chaque phase.

Ainsi, la situation sera très différente si la personne réagit au traitement et qu’il y a une guérison, s’il y a une rémission partielle, une rechute, si le sujet présente des métastases ou s’il se trouve en phase terminale.

Par conséquent, la personnalité du patient et le stade du cancer dans lequel il se trouve détermineront dans une large mesure son adaptation psychologique.

L’anxiété et la dépression chez les patients atteints de cancer

L’anxiété et la dépression sont les réactions psychologiques les plus fréquentes chez les patients souffrant de cancer.

La dépression

Selon diverses études, la prévalence de la dépression peut varier entre 4 et 58 % des patients, en fonction du type de population étudiée, et de l’état dans lequel se trouvent les patients.

La moyenne se situe autour de 40 %. Un pourcentage très élevé par rapport à la population générale, qui se situe autour de 3 à 5 % en Europe.

Un cadre dépressif peut amener le patient à moins surveiller les symptômes de la maladie et à refuser plus souvent le traitement.

Il est donc important que l’entourage soit familiarisé avec les symptômes de la dépression et maintienne une communication directe avec le psycho-oncologue ou la personne qui apporte un soutien émotionnel au patient.

Un médecin qui traite une patiente.

“L’anxiété et la dépression sont fréquentes chez les patients atteints de cancer. C’est pourquoi le soutien émotionnel est crucial tout au long de la maladie.”

L’anxiété

Le cancer peut provoquer de nombreuses situations dans lesquelles les patients se sentent nerveux, et éprouvent même une peur intense. Voici les raisons les plus fréquentes :

  • Anxiété réactive au diagnostic.
  • Difficulté à gérer l’incertitude.
  • Réactivation d’une anxiété antérieure : phobies, crises de panique, anxiété généralisée ou stress post-traumatique.
  • Peur de la souffrance physique et de la douleur.
  • Angoisse existentielle.
  • Anxiété accrue par les traitements pharmacologiques.
  • Souffrance à cause de la douleur dans l’environnement familial.
  • Peur des traitements (effets secondaires, interventions chirurgicales, séquelles physiques et psychologiques).
  • Peur de la mort.

Découvrez aussi : Les mécanismes de développement d’un cancer

Le soutien émotionnel est très important

Le taux de survie du cancer a augmenté au cours des dernières années pour beaucoup de ses types. Toutefois, il demeure une maladie mortelle pour de nombreux patients.

Souvent, la famille et les amis se concentrent davantage sur les résultats des analyses ou des biopsies et laissent au second plan l’état émotionnel de la personne malade. Cependant, les études montrent que l’individu peut énormément souffrir sur le plan émotionnel.

C’est pourquoi, il est primordial que la famille et les personnes les plus proches apprennent à apporter un soutien émotionnel. Soit à travers une formation spécifique, soit en consultant un thérapeute ou un spécialiste en psycho-oncologie.

  • García-Fabela, R. Prevalencia de depresión en una población de pacientes con cáncer (2010). Gaceta mexicana de oncología, Vol. 9 (3), 89-93. [último acceso el 10/05/20]. Disponible en: http://www.gamo-smeo.com/temp/GAMO%20V9%20No%20%203%20mayo-junio%202010.PDF#page=6
  • Gil, F.L., Costa, G., Pérez, F.J., Salamero, M., Sánchez, N. & Sirgo, A. (2008).  Adaptación psicológica y prevalencia de trastornos mentales en pacientes con cáncer.  Medicina clínica, Vol. 130, (3), 90-92. doi: 10.1157/13115354
  • Matías, J., Manzano, J.M., Montejo, A.L., Llorca, G. & Carrasco, J.L. (1995). Psicooncología: ansiedad. Actas luso-españolas de neurología, psiquiatría y ciencias afines, Vol. 23, (6), 305-309. [último acceso el 10/05/20]. Disponible en: https://www.researchgate.net/publication/329718399_1995_Actas_Psicooncologiaansiedad
  • Mota, C., Aldana, E., Bohórquez, L.M., Martínez, S. & Peralta, J.R. (2018). Ansiedad y calidad de vida en mujeres con cáncer de mama: una revisión teórica. Psicología y Salud, Vol. 28, (2) 155-165. doi: 10.25009/pys.v28i2.2551
  • Sociedad Española de Oncología Médica (2020). Las cifras del cáncer en España 2020. [último acceso el 10/05/20]. Disponible en: https://seom.org/seomcms/images/stories/recursos/Cifras_del_cancer_2020.pdf
  • Niedzwiedz CL, Knifton L, Robb KA, Katikireddi SV, Smith DJ. Depression and anxiety among people living with and beyond cancer: a growing clinical and research priority. BMC Cancer. 2019;19(1):943. Published 2019 Oct 11. doi:10.1186/s12885-019-6181-4