L’hormone de la satiété : 5 informations importantes que vous serez content de connaître

· 25 novembre 2018
Saviez-vous que, tant le stress que les régimes alimentaires restrictifs peuvent altérer la fonction de l'hormone de la satiété, et faire en sorte qu'elle ne fonctionne pas comme elle le devrait ? En raison de cela, nous finissons par trop manger. 

La leptine est la principale hormone de la satiété. Elle se charge d’envoyer une série de messages à notre cerveau pour lui informer que notre ventre est « plein ». Et que nous n’avons plus faim.

Il est important de souligner la nuance suivante : l’appétit et la faim sont deux choses différentes.

L’appétit est un désir émotionnel, et, par conséquent, il n’est pas toujours régi par cette hormone. D’autres mécanismes entrent en jeu : des mécanismes cognitifs, perceptifs, et surtout émotionnels.

Quant à la « faim », il s’agit d’un besoin physiologique. Il nous permet de couvrir nos carences nutritionnelles afin de garantir notre survie.

Il est évident que l’idéal serait de manger seulement lorsque nous avons faim.

Lorsque notre organisme a véritablement besoin de cet apport en nutriments sains pour maintenir la structure et les fonctions cellulaires et pour fournir de l’énergie, c’est à ce moment là que les hormones de la satiété telles que la leptine remplissent le mieux leur fonction.

Les fringales et l’appétit émotionnel causent de grands dommages sur notre poids et notre santé. 

Vous trouverez ici des informations sur le fonctionnement de la principale hormone de la satiété, ainsi que des conseils pour faire en sorte qu’elle fonctionne correctement et de façon précise.

1. La leptine : l’hormone de la satiété qui abonde chez les personnes en surpoids 

Il est très probable que cet énoncé ait interpellé l’attention de nos lecteurs : si la leptine est l’hormone de la satiété, pourquoi abonde-t-elle chez les personnes en surpoids ?

Vous allez comprendre…

  • La leptine est une hormone essentiellement produite par les adipocytes (les cellules grasses).
  • C’est ce qu’on appelle une « hormone de signalisation », c’est à dire qu’elle communique avec l’hypothalamus pour le prévenir que nous devons arrêter de manger lorsqu’elle constate que nous avons obtenu suffisamment de graisse.
  • Les personnes en surpoids souffrent de résistance à la leptine.
  • La leptine s’accumule alors sans exercer correctement sa fonction, c’est pourquoi les personnes obèses ont un taux de leptine très élevé dans le sang.

Par conséquent, les personnes en surpoids mettent plus de temps à ressentir la satiété.

La  résistance à la leptine peut également être due à une défaillance même de l’hypothalamus, défaillance qui entraîne alors une perte de sensibilité de l’hypothalamus envers l’hormone de la satiété.

Que pouvons-nous faire pour réduire la résistance à la leptine ?

  • Évitez de consommer des aliments anti-inflammatoires.
  • Consommez des aliments qui comportent de bonnes graisses : l’huile d’olive, le saumon, les avocats…
  • Dormez 7-9 heures.
  • Pratiquez régulièrement une activité physique.

2. La leptine, l’hormone de la satiété, a beaucoup d’autres fonctions

hormone de la satiété

Nous savons déjà que l’une des finalités de la leptine est d’envoyer des signaux à l’hypothalamus pour lui informer que nous avons reçu suffisamment d’énergie, que nous sommes rassasiés, et que nous pouvons arrêter de manger.

Toutefois, la leptine, qui est aussi une protéine, remplit d’autres fonctions :

  • elle inhibe la production d’autres hormones et d’autres peptides dont l’action fait croître notre désir de manger, comme c’est le cas avec le neuropeptide Y ;
  • elle augmente la dépense énergétique, c’est à dire qu’elle accélère le métabolisme afin de nous faire perdre du poids ou d’éliminer le surplus dont nous n’avons pas besoin.

3. Les régimes très stricts réduisent le taux de leptine

Il convient de se souvenir de l’information suivante : les régimes alimentaires très stricts contribuent à réduire au maximum l’activité de la principale hormone de la satiété.

  • Ainsi, les régimes basses calories ou les régimes dits « régimes miracles » représentent en réalité un risque pour notre santé.
  • Le taux de leptine chute, notre métabolisme devient très lent, la sensation de faim est plus intense, et l’énergie de l’organisme décroît.

Ces régimes valent-ils vraiment le coup ? Bien sûr que non.

4. Le stress peut provoquer une prise de poids à cause de la leptine

hormone de la satiété

Certaines personnes, lorsqu’elles traversent une période de stress, perdent du poids. Chez les personnes qui souffrent de « stress chronique », il est fréquent que le contraire se produise.

Ce phénomène s’explique de la façon suivante :

  • plus une personne est stressée, plus le taux de cortisol dans le sang est important
  • plus le taux de cortisol est important, moins il y a de leptine.

Les conséquences, qu’une grande partie de la population connaît, sont les suivantes : une plus grande sensation de faim, un plus grand plaisir de manger, et moins de dépense énergétique.

5. La leptine : est-ce le meilleur moyen pour perdre du poids ?

Il est probable que beaucoup d’entre vous se demandent déjà comment augmenter l’activité de la leptine afin de se sentir rassasié plus rapidement et ainsi manger beaucoup moins.

  • L’hormone de la satiété travaille en harmonie avec notre cerveau.
  • Par conséquent, elle n’enverra jamais un signal pour lui informer que nous devons arrêter de manger si en réalité nous avons besoin de plus de nutriments, de plus d’énergie.
  • Cela signifierait aller à l’encontre de notre santé, et cela n’est pas approprié.

Ainsi, que les choses soient claires : il n’est pas recommandé d’acheter des compléments diététiques qui disent contenir de la leptine dans le but de stimuler notre satiété, de la même façon qu’il est nuisible pour la santé de suivre des régimes miracles ou très stricts.

Si vous êtes en surpoids, l’idéal est de consulter un médecin pour détecter si derrière ce surpoids se cache un problème hormonal.

Si vous voulez vraiment surveiller votre taux de leptine et le bon fonctionnement de cette hormone, n’hésitez pas à suivre un régime approprié. A faire un peu d’exercice. Et à gérer votre stress et votre anxiété.