Lignes directrices pour l'introduction de l'alimentation complémentaire

Les lignes directrices pour l'introduction de l'alimentation complémentaire font et ont fait l'objet de nouvelles contributions et recommandations issues des progrès scientifiques en la matière. Que devez-vous savoir ?
Lignes directrices pour l'introduction de l'alimentation complémentaire

Dernière mise à jour : 24 avril, 2021

L’alimentation du nourrisson est un acte d’amour et l’alimentation complémentaire en fait partie. En même temps, il est pertinent d’incorporer des nutriments essentiels à la croissance de l’enfant.

Bien qu’il existe des problèmes universels basés sur les meilleures preuves scientifiques et la sécurité des bébés, chaque famille devrait profiter du moment et tenir compte des différentes recommandations. Comment introduire l’alimentation complémentaire chez les nourrissons ?

Lignes directrices pour l’introduction de l’alimentation complémentaire

Beaucoup d’encre a coulé à ce sujet. En effet, l’alimentation complémentaire a été sujette à des variations, en particulier en ce qui concerne le moment approprié.

L’administration précoce d’aliments complémentaires à l’allaitement a été revue. Précédemment,  il existait une possibilité de générer des allergies. De plus, cette révision a permis de mettre en avant l’importance de la maturité du bébé .

Alimentation complémentaire chez le bébé.
Une alimentation complémentaire ne doit pas être donnée trop tôt car le bébé n’est peut-être pas assez mature pour cela.

Le comité d’allaitement de l’Association espagnole de pédiatrie souligne que :

« L’alimentation complémentaire (AC) est considérée comme un processus par lequel des aliments solides ou liquides autres que le lait maternel ou les préparations pour nourrissons sont offerts au nourrisson en complément et non en remplacement. Ces dernières années, les lignes directrices pour l’introduction de l’alimentation complémentaire ont changé à de nombreuses reprises, étant sensiblement différentes des conseils reçus par la génération précédente ».

Selon la même source, les auteurs recommandent de maintenir l’allaitement maternel exclusif (AME) pendant les 6 premiers mois. À partir de ce moment, le reste de la nourriture peut être ajouté progressivement, en gardant l’AME à la demande aussi longtemps que la mère et l’enfant le souhaitent.

Recommandations supplémentaires

Il est important de noter que tous les bébés ne sont pas prêts à intégrer l’alimentation complémentaire en même temps. De même, il est pertinent que parents et professionnels de la santé restent attentifs au développement des capacités requises.

En revanche, la Société Valencienne de Pédiatrie (SVP) recommande de ne pas retarder l’introduction des aliments solides au-delà de 8 ou 10 mois. Le but étant d’éviter des problèmes alimentaires à l’avenir. Cela se reflète dans un document de recommandations sur l’alimentation des nourrissons et des enfants d’âge préscolaire. Ce document a été présenté lors de la journée d’ouverture du cours académique 2018-2019 organisé au Collège des médecins de Valence.

Quelques commentaires et contributions supplémentaires

Il existe de nouvelles informations sur l’inclusion de l’alimentation complémentaire chez les bébés. Si vous êtes mère, voici ces recommandations :

« La nourriture fournie à l’enfant doit être complète en nutriments, vitamines, micronutriments. Mais aussi riche en énergie, en fer, calcium, protéines, calories, minéraux. Tout cela aide à la croissance du bébé. »

Concernant les quantités, le même matériel souligne que, « bien que pendant la période exclusive de l’allaitement, l’enfant mange toutes les trois ou quatre heures, avec l’incorporation de solides, ces délais doivent être prolongés »

Cependant, bien qu’il n’y ait pas de quantité ou de fréquence définie de portions d’aliments que le bébé devrait consommer, certains aliments restent non recommandés.

De plus, il est suggéré d’incorporer la nutrition complémentaire de manière naturelle et progressive afin que le bébé puisse découvrir les textures, les températures et les saveurs.

Cet article pourrait vous intéresser : 3 recettes de lait végétal pour le goûter

Un bébé qui mange.
La nourriture donnée au bébé doit se trouver complète en termes de nutriments essentiels. Vous devez garantir un approvisionnement adéquat en vitamines, minéraux, protéines, entre autres.

Pour résumer sur l’alimentation complémentaire

  • Il est essentiel de ne pas se précipiter ni d’anticiper les délais nécessaires à l’introduction de l’alimentation complémentaire.
  • Demandez le soutien de professionnels autorisés pour vous guider sur ce problème. Cependant, ne négligez pas l’avis de la famille proche qui peut apporter son expérience.
  • Restez prudent avec certaines modes présentées dans ce sujet – comme dans d’autres. Par exemple, il existe actuellement la méthode Baby-led Weaning (BLW) en anglais, ou l’alimentation complémentaire guidée par le bébé. L’une des préoccupations majeures de cette méthode est la question de l’étouffement, qui n’est pas un problème mineur.
  • En ce sens et en relation avec le point précédent, l’American Academy of Pediatrics dans une publication en anglais de 2016 détermine parmi certaines de ses conclusions que « des recherches supplémentaires sont nécessaires pour garantir que les parents et les soignants savent comment fournir des aliments sûrs et un environnement nutritif adapté ».
Cela pourrait vous intéresser ...
5 signes de faim chez votre bébé
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
5 signes de faim chez votre bébé

Les préoccupations des parents au sujet de l'alimentation des bébés peuvent être nombreuses. Comment reconnaître la faim chez un bébé ?



  • Asociación Española de Pediatría
  • Sociedad Valenciana de Pediatria
  • Fangupo LJ, Heath AM, Williams SM, et al. A Baby-Led Approach to Eating Solids and Risk of Choking.
    Pediatrics. 2016;138(4):e20160772