Maladie artérielle périphérique : symptômes, causes et traitement

7 janvier 2021
La maladie artérielle périphérique provoque une diminution du flux sanguin vers différentes parties du corps. Il s'agit d'une condition dangereuse mais que l'on peut prévenir. Découvrez-en plus sur elle.

Par définition, nous parlons de maladie artérielle périphérique quand les vaisseaux sanguins du corps se rétrécissent. En d’autres termes, quand ils réduisent la taille de leur lumière intérieure, en diminuant le flux sanguin qui peut les traverser.

Imaginons les vaisseaux sanguins comme des tubes transportant du sang. Ces tubes ont un certain calibre, c’est-à-dire une certaine lumière intérieure qui constitue leur diamètre. Si ce diamètre diminue, on aboutit à une maladie artérielle périphérique.

Pour être plus spécifiques, nous devons préciser que l’on diagnostique cette pathologie quand les vaisseaux sanguins touchés sont les grandes artères du corps humain qui ne se trouvent pas dans le cœur, le système aortique ou le cerveau. Les artères impliquées sont principalement celles des bras et des jambes.

Que son origine provienne de l’athérosclérose, de la formation de thrombus ou de processus inflammatoires, le résultat final est toujours le même. L’effet de l’obstruction artérielle est la génération d’une ischémie, un manque d’irrigation sanguine vers une partie de l’organisme.

En ce qui concerne la distribution de la maladie artérielle périphérique, nous savons qu’elle affecte environ 12 % de la population. Plus l’âge est élevé, plus la prévalence est importante, atteignant jusqu’à 20 % chez les personnes de plus de 70 ans.

Malheureusement, elle peut rester asymptomatique chez une grande partie des personnes touchées. Jusqu’à 80 % de ceux qui en souffrent ne l’apprennent que trop tard, quand des dommages irréversibles se sont déjà installés. Il est donc important que les patients et les médecins apprennent à la connaître et à la reconnaître.

Causes de la maladie artérielle périphérique

La cause principale et par excellence de la maladie artérielle périphérique est l’athérosclérose. Il s’agit de la formation de plaques de graisse sur les parois des artères, ce qui fait diminuer leur diamètre interne et permet moins de flux sanguin.

Le lieu d’apparition de ces plaques le plus habituel est les jambes. Étant donné que le flux sanguin dans les membres inférieurs diminue, des symptômes caractéristiques de la pathologie, que nous décrirons plus tard, se développent. Si la maladie évolue sans traitement, les tissus peuvent finir par mourir à cause du manque d’oxygène et de nutriments.

On a identifié des facteurs de risque qui, s’ils sont présents chez la personne, augmentent la possibilité de former une athérosclérose. Ces facteurs sont :

  • Tabagisme
  • Vieillissement
  • Diabète
  • Niveaux élevés de cholestérol
  • Hypertension artérielle

Les études scientifiques ont également relié une substance à la maladie artérielle périphérique : l’homocystéine. Il s’agit d’une partie des protéines qui participe à différents processus métaboliques.

L’homocystéine provoquerait des failles dans la fonction de la couche interne des artères, en l’empêchant de se protéger du cholestérol qui circule. À cause de cela, elle augmenterait la formation de plaques de graisse et le risque de création de caillots, qui sont aussi capables d’interrompre le flux sanguin.

Du cholestérol dans les artères.

Les plaques formées par l’athérosclérose sont la principale cause de maladie artérielle périphérique.

Découvrez aussi : L’athérosclérose : symptômes et traitements

Symptômes

Le signe classique de la maladie artérielle périphérique, décrit depuis longtemps par les médecins, est la claudication intermittenteIl s’agit de l’apparition d’une douleur en marchant, localisée dans le mollet, qui oblige à arrêter la marche. La douleur disparaît quand on se repose.

Si la pathologie évolue, la douleur n’apparaît plus seulement avec l’effort mais aussi lorsqu’on est au repos. Il s’agit d’un signe grave de progrès de la maladie. Elle peut même apparaître la nuit, interrompant le sommeil et réveillant le patient.

Des autres symptômes de la maladie sont :

  • Lourdeur dans les jambes : sensation de fatigue dans les muscles des jambes.
  • Pouls faible : surtout au niveau des membres inférieurs.
  • Blessures et ulcères de la peau : apparaissent progressivement mais guérissent lentement.
  • Changement de couleur de peau : les jambes peuvent devenir pâles ou bleutées.
  • Refroidissement : une jambe plus froide que l’autre, par exemple.
  • Faible croissance des phanères : les ongles des pieds ou les poils des jambes peuvent devenir fragiles et pousser plus lentement.
  • Dysfonction érectile : les hommes peuvent avoir des difficultés à entrer en érection ou à la maintenir.
Des varices aux jambes.

La claudication intermittente est une douleur classique de la maladie artérielle périphérique.

Ceci peut vous intéresser : 4 remèdes naturels pour stimuler la circulation sanguine

Traitement de la maladie artérielle périphérique

Il existe trois façons d’aborder le traitement de la maladie artérielle périphérique : des changements dans le style de vie, des médicaments et une opération. Les changements d’habitude peuvent suffire mais, d’autres fois, il est nécessaire d’ajouter des médicaments. Dans les cas les plus graves, on peut requérir une opération.

Les modifications du style de vie impliquent d’arrêter de fumer si l’on est fumeur. Il s’agit de la principale mesure. L’activité physique et l’alimentation variée et saine sont des compléments idéaux. Pour ceux qui souffrent d’hypertension artérielle ou de diabète, on applique les recommandations propres à ces maladies.

En ce qui concerne les médicaments, le médecin traitant peut indiquer au patient des médicaments qui évitent la formation de caillots sanguins, comme l’aspirine. On utilise aussi le cilostazol et la pentoxifylline, qui ont pour fonction d’améliorer le flux sanguin, surtout quand le symptôme de la claudication intermittente existe déjà.

Enfin, la troisième option est celle de la chirurgie. On la réserve pour les cas graves et elle se compose de trois techniques que le professionnel choisira selon le cadre clinique :

  • Angioplastie : on insère un cathéter jusqu’à l’artère touchée pour y faire enfler un ballon qui rouvrira la zone obstruée.
  • Bypass : on fait une injection avec un vaisseau sanguin d’une autre partie du corps ou un tissu artificiel pour que le sang évite l’obstruction à travers une sorte de pont.
  • Thrombolyse : on injecte directement un médicament dans l’artère, qui a pour but de dissoudre les caillots.

Pour résumer

La maladie artérielle périphérique apparaît quand les vaisseaux sanguins du corps rétrécissent à cause de la formation de plaques de graisse sur les parois artérielles. Même si, au début, elle se déroule de façon asymptomatique, elle peut finir par entraîner de graves complications pour la santé. Il est donc important de recevoir un diagnostic et un traitement opportuns.

 

  • Hernando, Francisco J. Serrano, and Antonio Martín Conejero. “Enfermedad arterial periférica: aspectos fisiopatológicos, clínicos y terapéuticos.” Revista española de cardiología 60.9 (2007): 969-982.
  • Guindo, Josep, et al. “Métodos diagnósticos de la enfermedad arterial periférica. Importancia del índice tobillo-brazo como técnica de criba.” Revista española de cardiología suplementos 9.4 (2009): 11-17.
  • Lahoz, Carlos, and José M. Mostaza. “La aterosclerosis como enfermedad sistémica.” Revista española de cardiología 60.2 (2007): 184-195.
  • Díez, José M. Baena, et al. “Epidemiología de las enfermedades cardiovasculares y factores de riesgo en atención primaria.” Revista Española de Cardiología 58.4 (2005): 367-373.