Maladie pulmonaire du fermier : qu'est-ce que c'est et quelles sont ses causes ?

La maladie pulmonaire du fermier est une pathologie respiratoire peu connue qui peut entraîner de graves problèmes chez ceux qui en souffrent. Malheureusement, son traitement est complexe, même si certains médicaments améliorent les symptômes.
Maladie pulmonaire du fermier : qu'est-ce que c'est et quelles sont ses causes ?

Dernière mise à jour : 10 août, 2022

Les pathologies respiratoires ont une prévalence et une mortalité élevées dans le monde. La plupart de ces conditions sont liées à l’environnement, au climat et à l’occupation. Vous souhaitez savoir ce qu’est la maladie pulmonaire du fermier et quelles en sont les causes ? Ci-dessous, nous vous en disons plus.

La maladie pulmonaire du fermier (FLD) est l’une des formes les plus courantes de pneumopathie d’hypersensibilité. Elle survient généralement chez les travailleurs agricoles, d’où l’adoption de son nom. Elle est causée par l’inhalation de micro-organismes présents dans le foin, la paille et la poussière d’étable.

Ses manifestations cliniques sont le résultat d’une exposition continue à des poussières moisies. Ceux-ci peuvent aller de symptômes de type rhume, avec fièvre et toux, à une détresse respiratoire sévère. L’approche médicale permet de réduire les complications, cependant, la personne atteinte continuera d’être hypersensible pour le reste de sa vie.

Qu’est-ce qui cause la maladie pulmonaire du fermier ?

Système immunitaire et maladie pulmonaire du fermier
L’hyperactivité du système immunitaire est liée à l’apparition de la maladie.

La maladie pulmonaire du fermier est causée par une réaction immunitaire exagérée à l’inhalation et à l’exposition aux antigènes présents dans le foin et la poussière. Des études estiment que les actinomycètes thermophiles en sont les principaux responsables. Ce sont des bactéries qui se multiplient à des températures comprises entre 40°C et 60°C avec des taux d’humidité élevés.

Les principaux actinomycètes isolés sont Micropolyspora faeni, Thermoactinomyces vulgaris, Thermoactinomyces viridis et Thermoactinomyces sacchari. On les trouve souvent dans les granges contaminées par les moisissures, les usines de compostage et les fermes laitières.

De même, des cas de maladie pulmonaire du fermier due à des spores et des champignons ont été signalés. C’est le cas d’Alternaria, d’Aspergillus fumigatus et de Botrytis. Cependant, l’incidence varie selon les caractéristiques bioclimatiques.

Facteurs de risque

Cette affection broncho-pulmonaire des arbres affecte généralement les adultes qui entrent en contact avec ou manipulent du foin, de la paille ou d’autres articles agricoles contenant de la poussière moisie. En ce sens, les enfants et les adolescents ont rarement la maladie.

Le temps d’exposition et la quantité de poussière inhalée sont les principaux déterminants de l’EPG. Le risque est donc plus grand lorsque vous travaillez avec des balles de foin et de paille moisies dans des espaces confinés tels que des granges et des hangars.

Les agriculteurs, les employés d’écurie et les ouvriers avicoles sont souvent les plus touchés. En fait, selon l’étude citée ci-dessus, jusqu’à 3 % des agriculteurs seraient atteints de la maladie. Cependant, les travailleurs des animaleries, des zoos et des cirques courent également un risque élevé de contracter cette affection pulmonaire.

De plus, selon le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail (CCHST), cette condition a tendance à être plus fréquente dans les climats pluvieux et humides, surtout en hiver et au printemps. Ces conditions favorisent la croissance de moisissures et la libération d’antigènes qui induisent une réaction d’hypersensibilité pulmonaire.

Symptômes et signes

Les symptômes de l’EPG varient selon les caractéristiques du patient, l’antigène et les conditions environnementales. L’évolution clinique de cette affection est généralement divisée en aiguë, subaiguë et chronique.

Aigu

Il survient avec une forte exposition à la poussière moisie sur une courte période de temps et est relativement fréquent, survenant chez 1 patient sur 3. Les manifestations cliniques apparaissent brutalement 4 à 8 heures après le contact. Elle se caractérise par les symptômes suivants :

  • Malaise.
  • Fièvre.
  • Frissons tremblants.
  • Toux sèche.
  • Respiration accélérée.
  • Difficulté à respirer ou dyspnée.
  • augmentation de la fréquence cardiaque.

Dans les cas graves, elle est souvent confondue avec une pneumonie et peut durer jusqu’à 12 semaines. Cependant, les symptômes disparaissent après 12 heures jusqu’à 2 semaines dans la plupart des cas.

Subaiguë

Elle est causée par une exposition continue à une faible charge de poussière moisie. C’est la forme la plus courante de présentation de la maladie pulmonaire du fermier. Les symptômes sont généralement moins graves, ce qui rend difficile un diagnostic rapide. Il contient les déclarations suivantes :

  • Malaise.
  • fièvre légère
  • Asthénie ou fatigue.
  • Anorexie.
  • Perte de poids.
  • Toux sèche.
  • Douleurs musculaires et articulaires.
  • Détresse respiratoire occasionnelle et progressive.

Chronique

Cette forme se développe après plusieurs crises aiguës dues à une exposition continue à de la paille ou du foin moisi. Elle peut durer plusieurs mois et causer des lésions pulmonaires permanentes. Parmi les principaux symptômes figurent les suivants :

  • Détresse respiratoire sévère et progressive.
  • Toux sèche persistante.
  • Perte de poids.
  • fièvre occasionnelle
  • Fatigue inexpliquée.

Comment la maladie pulmonaire du fermier est-elle diagnostiquée ?

La maladie pulmonaire du fermier a un diagnostic complexe
La combinaison des éléments cliniques et paracliniques permet de poser le diagnostic.

L’identification de cette pathologie est généralement un défi diagnostique pour certains spécialistes. En général, un antécédent d’exposition à des poussières moisies avec apparition de symptômes respiratoires après 4 à 8 heures guide habituellement le médecin. Ceci est soutenu par une évaluation physique complète mettant l’accent sur les champs pulmonaires.

Des tests sanguins permettent d’évaluer la réponse immunitaire et de guider sur l’agent étiologique possible. D’autre part, des études d’imagerie telles que les radiographies pulmonaires permettent de définir l’état des poumons et de montrer d’éventuelles complications.

Les antécédents d’exposition ainsi que la tomodensitométrie et la lymphocytose marquée sont les principaux facteurs diagnostiques. De même, le spécialiste peut utiliser les cultures d’expectoration, la sérologie et le dosage immuno-enzymatique ou ELISA pour identifier l’agent causal.

D’autre part, un test de lavage bronchoalvéolaire (BAL) peut être utile pour évaluer le contenu pulmonaire. De plus, les tests de la fonction pulmonaire et la biopsie sont des outils qui favorisent le diagnostic de la maladie pulmonaire du fermier.

Traitements disponibles

Chez les patients diagnostiqués avec EPG , la première étape thérapeutique est l’élimination du contact ou de l’exposition à l’antigène responsable, selon certaines études. De cette façon, le risque de nouveaux épisodes et d’exacerbations de la maladie est réduit.

Le traitement par corticoïdes favorise et accélère la récupération pulmonaire dans la forme aiguë de la maladie. Cependant, ces médicaments n’ont pas montré une grande efficacité dans l’évolution à long terme de la maladie.

Les médicaments anti-allergiques sont utilisés pour soulager et réduire la réponse immunitaire exagérée dans les crises aiguës avec détresse respiratoire sévère. Cependant, leur utilisation continue n’est pas recommandée, car ils peuvent masquer les symptômes de la maladie sans réduire les lésions pulmonaires.

Actuellement, il n’existe aucun remède pour les patients qui manifestent une hypersensibilité à la poussière moisie. Par conséquent, la personne restera sensibilisée toute sa vie une fois la réponse immunitaire déclenchée.

Prévention et recommandations

La prévention de la maladie pulmonaire du fermier consiste à réduire et à éviter l’inhalation de foin, de paille ou de poussière moisie. De cette façon, le risque de souffrir de la maladie ou de complications à long terme est réduit. Certaines mesures utiles pour prévenir cette pathologie sont les suivantes :

  • Évitez de manipuler du foin ou de la paille dans des espaces confinés.
  • Ventiler les bâtiments ou les espaces de stockage de matériel agricole.
  • Utilisez des masques ou des respirateurs avec des filtres spécialisés.
  • Stockez le foin en ensilage au lieu de balles.
  • Humidifiez le foin moisi ou la poussière avant le nettoyage pour éviter la formation d’aérosols.
  • Séchez le foin humide, les céréales et les récoltes au moment de la récolte.

Quand aller chez le médecin ?

La maladie pulmonaire du fermier est généralement une maladie rare et est confondue avec d’autres pathologies respiratoires. Cependant, il est associé à une longue liste de complications mortelles pour ceux qui en souffrent, de sorte que son identification précoce et son approche rapide sont essentielles.

En présence de détresse respiratoire, de fièvre, de fatigue inexpliquée et de toux sèche après manipulation ou contact avec des poussières moisies, une aide médicale doit être recherchée dans les plus brefs délais. Le spécialiste sera chargé d’identifier la condition et de fournir la thérapie nécessaire pour soulager les symptômes.

Cela pourrait vous intéresser ...
Silicose : maladie pulmonaire causée par la poussière de silice
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Silicose : maladie pulmonaire causée par la poussière de silice

La silicose est une maladie pulmonaire causée par l'inhalation de poussière de silice. Connaître les symptômes, le diagnostic et le traitement de l...



  • Sharma OP, Fujimura N. Hypersensitivity pneumonitis: a noninfectious granulomatosis. Semin Respir Infect. 1995 Jun;10(2):96-106.
  • Zergham AS, Heller D. Farmers Lung. StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2021 Jan-.
  • Cano-Jiménez E, Acuña A, Botana M, Hermida T, González M, Leiro V et al. Revisión de la enfermedad del pulmón de granjero. Archivos de Bronconeumología. 2016;52(6):321-328.
  • Cano-Jiménez E, Rubal D, Pérez de Llano LA, Mengual N et al. Farmer’s lung disease: Analysis of 75 cases. Med Clin (Barc). 2017;149(10):429-435.
  • Soumagne T, Chardon ML, Dournes G, Laurent L et al. Emphysema in active farmer’s lung disease. PLoS One. 2017;12(6):e0178263.
  • Liu S, Chen D, Fu S, Ren Y et al. Prevalence and risk factors for farmer’s lung in greenhouse farmers: an epidemiological study of 5,880 farmers from Northeast China. Cell Biochem Biophys. 2015;71(2):1051-7.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.