Manger du poisson génèrerait moins de douleur liée à la polyarthrite rhumatoïde : vrai ou faux ?

18 décembre 2018
Le poisson est riche en oméga 3, un acide gras qui a des propriétés anti-inflammatoires.

Il y a des maladies qui peuvent être traitées par certains aliments naturels et cela semble être le cas de la polyarthrite rhumatoïde. Bien que cette condition n’ait pas de remède définitif, le poisson semble avoir le secret pour l’alléger.

La polyarthrire rhumatoïde a comme principal symptôme l’inflammation des revêtements articulaires. Précisément, les animaux marins présentent un composant avec des propriétés anti-inflammatoires qui aident à réduire la douleur : l’oméga 3.

Les patients souffrant de cette condition clinique peuvent éprouver certaines améliorations après avoir inclus le poisson dans leur régime quotidien.

Qu’est-ce que la polyarthrite rhumatoïde ?

le poisson pour lutter contre les rhumatismes

Cette maladie consiste en l’inflammation récidivante d’un grand nombre d’articulations, étant assez commune sur les mains et les pieds. Cela se produit par une activation incontrôlée du système immunitaire.

Dans certains cas, cette symptomatologie peut affecter des organes vitaux tels que le coeur. En effet, cette maladie serait liée au système cardio-vasculaire.

Au fil du temps, il peut générer une usure osseuse, une déformation des articulations et une raideur.

Oméga 3 comme anti-inflammatoire

L’inflammation est un processus régulier du système immunitaire activé par des globules blancs spécialisés. Le fait est que l’oméga 3 parvient à activer un récepteur qui permet de bloquer cette réponse inflammatoire.

C’est bénéfique pour les patients atteints de rhumatismes car chez eux, cette réponse inflammatoire est constante et douloureuse.

La vérité est que les oméga 3 ne peuvent pas être synthétisés naturellement par le corps humain, et doivent être obtenus par des sources externes. Le poisson est la nourriture qui a les quantités les plus concentrées.

Effets de l’oméga 3

le poisson contient des oméga-3, bons pour le corps

Manger 0,21 grammes par jour d’acides gras diminue de plus de 50% la possibilité de souffrir de tout type de polyarthrite rhumatoïde.

L’effet anti-inflammatoire des graisses polyinsaturées est notamment dû à l’acide eicosapentaénoïque (EPA). Il peut soulager la douleur et aider à la flexibilité des articulations en général.

Cependant, il est nécessaire de se nourrir constamment de ce type d’acides gras pour pouvoir expérimenter une amélioration. Le temps minimum pour commencer à ressentir les propriétés curatives en cas de rhumatisme oscille entre 2 et 6 mois.

Méfiez-vous de l’oméga 6

En général, notre alimentation permet d’obtenir un plus grand nombre de composants avec de l’oméga 6. C’est négatif pour les patients rhumatismaux car ces acides gras sont inflammatoires.

Dans cette logique, la bonne chose est de maintenir une alimentation équilibrée où les charges d‘oméga 3 et 6 sont assimilées.

Arrêtez de manger des aliments qui font partie de ce dernier groupe de graisses naturelles n’est pas une option, car il est important de réduire le risque de développer une maladie cardiaque.

Nous vous invitons à découvrir : Le poisson gras n’est pas la seule source d’acides gras oméga-3

Toutes les espèces de poisson ne sont pas identiques

 

Il est important de choisir des poissons qui ont des oméga 3 au-dessus des oméga 6. En ce sens, le maquereau et le thon sont les espèces les plus recommandées.

Une autre option est les anchois, les crevettes et la morue. Les mollusques tels que le calamar et le poulpe peuvent être d’excellentes sources de ce type de graisses.

Pour leur part, le saumon et les sardines ont également de grandes contributions, mais leurs niveaux d’oméga 6 sont beaucoup plus élevés. Par conséquent, ils sont moins recommandés pour un régime anti-inflammatoire et devraient être consommés avec plus de modération.

Lisez aussi : Les incroyables bienfaits du saumon pour la santé

Les graisses polyinsaturées protègent également le coeur

Manger du poisson environ 3 fois par semaine peut également prévenir les arythmies, les maladies cardiaques et éviter le risque de mort subite ou d’insuffisance cardiaque.

C’est parce que cet acide gras polyinsaturé ralentit l’excès de calcium qui est dirigé vers le coeur. Ces substances sont celles qui peuvent causer des changements dans la fréquence cardiaque régulière.

Régime anti-inflammatoire

 

Le poisson qui conserve le mieux ses acides gras est celui qui est frais et congelé. Ceux qui sont conservés dans des boites pourraient perdre de leurs propriétés et ceci affecte leur qualité d’anti-inflammatoire.

Frire n’aide pas non plus parce que de cette façon, nous ajoutons des graisses saturées qui génèrent l’effet inverse. Le meilleur choix de poisson sont les recettes cuites.

A cet égard, les sushis pourraient être une très bonne option, car ils unifient les bienfaits du poisson dans le cadre d’une préparation saine et minutée.

Pas seulement dans le poisson

Les acides gras polyinsaturés ne sont pas seulement disponibles dans le poisson. Les huiles végétales telles que l’huile d’olive, l’amande et le soja sont également une excellente source de cette substance utile pour le corps humain.

Les lentilles, les algues, les pois chiches, les noix et les graines de chia permettent également d’obtenir des oméga 3 en quantités considérables.

En ce qui concerne les fruits, l’avocat et les fraises sont les seuls à avoir ce type de nutriments.

La meilleure preuve de l’efficacité des oméga 3 est qu’il existe des suppléments alimentaires et même des médicaments qui en sont riches. L’ajouter à l’alimentation quotidienne est bénéfique pour notre santé.

 

  • Alhambra-Expósito, María Rosa, et al. “Recomendaciones dietéticas en la artritis reumatoide.” Revista Española de Nutrición Humana y Dietética 17.4 (2013): 165-171.
  • Alvarez, Lario Bonifacio, and Bonifacio Álvarez Lario. El libro de la artritis reumatoide. Ediciones Díaz de Santos, 2003.
  • González Cernadas, Leticia, Beatriz Rodríguez-Romero, and Lidia Carballo-Costa. “Importancia de los aspectos nutricionales en el proceso inflamatorio de pacientes con artritis reumatoide: una revisión.” Nutrición Hospitalaria 29.2 (2014): 237-245.