Méditation orgasmique : ce que vous devez savoir

L'OM, ou méditation orgasmique, est une pratique qui promeut le bien-être à travers l'attention pleine et l'expérience de l'orgasme. Vous voulez en savoir plus à ce sujet ? Nous allons ici vous expliquer comment elle se pratique et vous révéler quelques témoignages.
Méditation orgasmique : ce que vous devez savoir

Dernière mise à jour : 08 avril, 2021

Peu de personnes ont peut-être déjà pensé à apporter de la paix à leur vie, du bien-être et une connexion spirituelle à travers la stimulation clitoridienne ; or, cela existe et porte le nom d’OM ou méditation orgasmique.

OneTaste est l’un des mouvements qui voient l’OM comme une puissante technique pour guérir, être plus heureuse et plus intelligente. En fait, cette organisation est la fusion de la conscience avec la sexualité.

L’OM ne s’intéresse pas tant à l’orgasme mais à la déconnexion, à la stabilité émotionnelle et à l’extase que l’on peut ressentir sur le plan spirituel à travers le massage génital féminin.

Selon OneTaste, la méditation orgasmique :

« Est une pratique de bien-être unique qui combine l’attention pleine au pouvoir de l’expérience profondément humaine et profondément ressentie de l’orgasme  ».

Cette organisation soutient que la méditation orgasmique connecte le corps à la sexualité. Parmi ses points forts, il faut souligner qu’elle est sûre, systématique – parce qu’elle se fait de la même façon –, ne poursuit aucun fin et est intime. Elle n’a lieu qu’entre deux personnes.

La durée pour exécuter l’OM est de 15 minutes. Pendant cette durée, un homme appelé stroker effectue un massage du clitoris. Le système limbique s’active alors et le cerveau produit de l’ocytocine.

Il n’est pas nécessaire que les strokers soit les conjoints des femmes avec lesquelles ils réalisent la méditation. En fait, l’expérience de la méditation est séparée de l’acte sexuel en soi.

Comment se pratique la méditation orgasmique ?

Stimuler le clitoris pour la méditation orgasmique.

Les sessions de méditation orgasmique suivent la structure suivante :

  • Les femmes doivent se déshabiller de la taille jusqu’en bas. Les strokers seront habillés.
  • Le stroker doit créer le nid, c’est-à-dire l’espace où la méditation aura lieu. Pour cela, ils utiliseront un tapis de yoga et trois coussins.
  • Les lumières resteront allumées.
  • Le stroker aura un chronomètre à côté de lui, une serviette, des gants et un lubrifiant.
  • La femme se place sur le tapis et reste sur le dos. Les genoux doivent être pliés.
  • Le stroker sera placé à sa droite et se servira de sa main gauche pour la stimuler.
  • Le chronomètre doit être enclenché pour 13 minutes car les deux minutes restantes serviront à retrouver le calme.
  • Par ailleurs, le stroker doit indiquer à la femme ce qu’il va toucher pendant qu’il enduit son pouce et son index de lubrifiant.
  • Le massage commence quand le stroker stimule la partie supérieure gauche du clitoris avec l’index et en faisant des mouvements de haut en bas.
  • Si la femme le souhaite, elle peut donner des instructions au stroker et lui indiquer comment elle désire être stimulée.

Ceci peut vous intéresser : Comment atteindre l’orgasme prolongé ?

Quand les 13 minutes se sont écoulées, le stroker doit placer sa main droite au dessus de la gauche et recouvrir les parties génitales fémininesen appuyant doucement et en maintenant cette position pendant deux minutes.

Une fois ce temps écoulé, la femme retrouvera son calme et les deux rangeront ensuite le nid.

La méditation orgasmique : une méthode ou une secte ?

En raison des coûts élevés de ces sessions, certains critiques l’ont cataloguée comme une secte. Néanmoins, cette pratique peut compter sur de fervents défenseurs. Par exemple, l’écrivaine Rose Surnow a affirmé que la méditation orgasmique l’avait menée vers un lieu serein et agréable, en changeant complètement sa façon de vivre le sexe.

La journaliste Aurora Wells a aussi commenté que, pour elle, cette expérience avait été « un peu étrange et clinique ». D’autres médias reconnus ont aussi repris les opinions de différentes femmes qui ont pratiqué la méditation orgasmique et celles-ci ont indiqué que :

« On fait un pacte étrangement clinique… Il n’y a pas de contact visuel au cours de la méditation orgasmique. L’idée, similaire au sexe bouddhiste tantrique, est d’étendre le pic sensoriel avant d’atteindre l’orgasme, comme l’appellent les autres. »

Néanmoins, cette méthode se différencie d’autres pratiques car, comme l’affirme la gourou Shree Ramananda :

« Alors que la méditation traditionnelle avait des fins spirituelles, au fil des ans, elle s’est transformée en méthodologie de santé ou de réduction de l’anxiété et en thérapie d’attention pleine ».

Lisez aussi : 5 types d’orgasme et des conseils pour les atteindre

La directrice exécutive de l’Institut d’OM, Anjuly Ayer, a aussi soutenu que la méditation était un peu étrange pour elle, « comme si je flottais… ou que mon esprit se séparait de mon corps », mais qu’avec l’OM, elle pouvait ressentir des sensations dans chaque partie de son corps.

Il convient de souligner que l’orgasme n’est pas l’objectif recherché par l’OM. Par conséquent, les pressions disparaissent et cela devient une expérience plus agréable pour les deux personnes.

Cela pourrait vous intéresser ...
Physiologie de l’orgasme féminin et masculin
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Physiologie de l’orgasme féminin et masculin

Saviez-vous que la physiologie de l'orgasme féminin était plus compliquée que celle de l'orgasme masculin ? Découvrez-en plus à ce sujet.



  • Brotto, L. A., & Basson, R. (2014). Group mindfulness-based therapy significantly improves sexual desire in women. Behaviour Research and Therapy. https://doi.org/10.1016/j.brat.2014.04.001
  • Mañas, I. (2009). Mindfulness ( Atención Plena ): La Meditación en Psicología Clínica. Gaceta de Psicología.
  • Meditación, mindfulness y sus efectos biopsicosociales. revisión de literatura. (2011). Revista Electrónica de Psicología Iztacala.
  • Millar, L. M. (2015). Impact of orgasmic meditation.
  • Mosher, D. L. (1980). Three Dimensions of Depth of Involvement in Human Sexual Response 1. The Journal of Sex Research. https://doi.org/10.1080/00224498009551060