Quelles sont les fonctions des hormones sexuelles ?

10 février 2020
Au-delà du contrôle du développement des caractères sexuels secondaires, les fonctions des hormones sexuelles sur l'organisme sont multiples et couvrent, entre autres, la croissance osseuse et la production de cellules sanguines.

Les hormones sexuelles sont des molécules chimiques secrétées dans les organes sexuels. Dans l’ovaire pour la femme et dans les testicules pour les hommes.

Leur synthèse est directement conditionnée par l’action d’une autre hormone : la GnRH dans l’hypophyse, qui elle-même secrète la gonadotrophine. Celle-ci est à la fois responsable de stimuler les testicules et les ovaires.

Le cholestérol est le précurseur des hormones sexuelles et il se différencie en hormones sexuelles féminines et masculines. Des hormones de synthèse peuvent également être produites pour améliorer la qualité de vie de patients qui souffrent de pathologies comme le cancer du sein et de la prostate ou de problèmes de fertilité ou de dynamique utérine.

Les hormones sexuelles féminines comprennent les œstrogènes et la progestérone, tous les deux secrétés dans les ovaires. Chez les hommes, ce sont les androgènes, secrétés dans les testicules.

Fonctions des hormones sexuelles féminines

Les œstrogènes sont des hormones sexuelles

Les œstrogènes

Les œstrogènes sont responsables de la différenciation des caractères sexuels secondaires féminins. Ils jouent également un rôle dans le cycle menstruel et favorisent la croissance des os chez les femmes.

Lorsqu’ils sont isolés, la sécrétion des récepteurs de la progestérone dans l’utérus augmente. Ceci favorise une série d’actions que nous vous expliquons par la suite.

Les œstrogènes ont également des fonctions métabolique et cardiovasculaire car ils retiennent le sodium, le sel et l’eau. La rétention de sodium a des conséquences chez les femmes ménopausées. En effet, du fait du caractère résorbant des œstrogènes, leur diminution favorise la perte de la masse osseuse. C’est la raison pour laquelle beaucoup de femmes doivenyt suivre un traitement hormonal.

Lorsqu’une personne est soumise à un traitement riche en œstrogènes, en plus d’avoir une fonction contraceptive, ces hormones :

  • Diminuent la tolérance au glucose
  • Favorisent la synthèse des facteurs de coagulation et plasmagènes et diminuent la synthèse de prothrombine III. En conséquence le risque de thrombose augmente
  • Augmentent la synthèse de rénine et d’angiotensine et favorisent la libération d’aldostérone. Ces personnes doivent faire contrôler régulièrement leur tension artérielle qui peut être altérée

Cet article peut vous intéresser : Comment augmenter la fertilité chez les femmes

Les progestagènes ou gestagènes

Comme précédemment mentionné, la libération d’œstrogènes provoque instantanément l’augmentation du nombre de récepteurs de la progestérone, ce qui favorise l’interaction entre les deux.

Quand la progestérone se lie à ses récepteurs, une conséquence directe est la réduction du nombre de liaisons entre les œstrogènes et leurs récepteurs. C’est une bonne chose, car la progestérone empêche l’hyperplasie de l’endomètre.

Comme expliqué, les œstrogènes sont les hormones sexuelles chargées de contrôler les caractères sexuels secondaires des femmes, comme par exemple l’utérus. En conséquence, si les œstrogènes maintiennent leur activité ou l’augmentent, il existe un risque de développer cette maladie.

Ainsi, les gestagènes transforment l’endomètre œstrogénique en un endomètre sécrétoire.

Par ailleurs, la progestérone est l’hormone sexuelle qui prépare l’utérus aux grossesses. Ainsi, quand son taux baisse, les menstrues apparaissent. Elle favorise également la production du lait chez les mères.

À la différence des œstrogènes, cette hormone bloque les récepteurs de l’aldostérone. De plus, pendant l’ovulation, elle augmente la température du corps de 0,5 °C.

À découvrir : Les symptômes de la ménopause

Fonctions des hormones sexuelles masculines

Parmi les hormones sexuelles, on compte aussi les androgènes

Les androgènes

Les androgènes ont des actions masculinisantes. Ils favorisent le développement des parties génitales masculines et des caractères sexuels secondaires. Par ailleurs, les androgènes de synthèse peuvent être utilisés dans certaines maladies, telles que :

  • Hipogonadisme masculin
  • Anémie : ils augmentent la sécrétion d’érythropoïétine dans le rein grâce à son action anabolisante
  • Cancer du sein : dans les cas réfractaires, comme substitut à d’autres traitements ou en soutien
  • Anorexie

L’action anabolisante est due au fait que les androgènes augmentent la sécrétion de protéines, et en conséquence, la masse musculaire.

Pour finir, certaines des fonctions de ces hormones sexuelles sont la stimulation de la spermatogenèse dans les tubules séminifères. De plus, ils favorisent la maturation de la spermatide dans le spermatozoïde.

Par ailleurs, elles agissent sur la croissance du penis, du scrotum et des glandes sexuelles sécrétrices, ainsi que sur celle des testicules. Enfin, elles augmentent le développement de la pilosité et de la libido, c’est-à-dire le désir sexuel.

 

  • Soediono, B. (1989). HORMONAS SEXUALES. Journal of Chemical Information and Modeling. https://doi.org/10.1017/CBO9781107415324.004
  • Guyton, A., & Hall, J. (2011). Fisiología femenina antes del embarazo y hormonas femeninas. In Guyton & Hall: Tratado de fisiologia médica.
  • Barañao, R. I. (2009). Hormonas sexuales y respuesta inmunológica. Saegre.
  • Cachofeiro, V. (2009). Alteraciones del colesterol y enfermedad cardiovascular. Lopez Farré A., Macaya Miguel C. et al Libro de la salud cardiovascular. 1ª ed. Bilbao: Fundación BBVA, 131-139.
  • García Ayala, E., Cárdenas Mastrascusa, L., Sandoval Martínez, D., & Mayorga Anaya, H. (2010). Hiperplasia endometrial: análisis de serie de casos diagnosticados en biopsia endometrial. Revista chilena de obstetricia y ginecología, 75(3), 146-152.
  • Amado, J. A., & Flórez, J. (2003). Hormonas sexuales: estrógenos, gestágenos, andrógenos y anticonceptivos hormonales. Farmacología humana. 4ª Ed. Barcelona: Masson, p887-912.
  • Brito, C. (2014). Regulación de la eritropoyesis. Facultad de medicina de la Universidad de Chile, 2.