Myiase : causes et types

La myiase est une infection causée par un type de larves de mouches qui peut devenir très grave. Il existe plusieurs mesures de prévention qu'il est recommandé de mettre en œuvre, surtout dans les pays tropicaux.
Myiase : causes et types

Dernière mise à jour : 18 février, 2021

La myiase cutanée est une infestation de la peau causée par des larves de certaines espèces de mouches telles que Dermatobio hominis et celles de la famille des Calliphoridae ou Oestridae. L’habitat de ces espèces sont les êtres humains ou les animaux qui ont de faibles défenses.

Les larves, qui représentent le stade juvénile et qui ont une anatomie, une physiologie et une écologie différente du stade adulte, se nourrissent de tissu vivant ou mort. Elles procèdent alors à la destruction du tissu en envahissant de grandes quantités de peau. 

Par ailleurs, les signes et les symptômes varient selon l’espèce de mouche. Ces infestations ont généralement lieu dans les pays tropicaux. Les personnes qui souffrent de myiase dans d’autres pays reviennent souvent d’avoir visité un pays tropical.

Symptômes de la myiase

Une irritation cutanée.

Les symptômes les plus habituels sont les suivants :

  • Prurit cutané.
  • Démangeaison intense.
  • Sensation de mouvement dans la zone.
  • Douleur locale aiguë et lancinante.

Au début, une petite protubérance rouge apparaît et peut se confondre avec une piqûre d’insecte ou un début de furoncleElle se transforme ensuite en une masse plus grande avec une ouverture au centre.

Contrairement aux larves des mouches domestiques communes, la plupart des larves responsables de la myiase envahissent à la fois le tissu sain et le tissu mort.

Formes cliniques

1. Myiase furonculeuse

Bon nombre des mouches à l’origine de la myiase furonculeuse sont connues comme les mouches bleues. Les espèces les plus connues proviennent d’Amérique du Sud et d’Amérique Centrale, ainsi que d’Afrique subsaharienne et tropicale.

Parfois, les mouches pondent leurs œufs sur d’autres insectes comme les moustiques. Ou sur des objets tels que le linge étendu, qui peuvent ensuite entrer en contact avec la peau humaine.

Les œufs éclosent sous forme de larves qui pénètrent alors dans la peau et se transforment en larves plus matures. Sans traitement, les larves finissent par sortir de la peau et tomber pour continuer leur cycle de vie.

Il arrive de pouvoir observer une petite partie de l’extrémité de la larve. En effet, elles ont besoin d’oxygène. Donc, si l’ouverture de la peau est bouchée, elles peuvent sortir, ou au moins, se rapprocher de la surface.

2. Myiase linéaire rampante

Dans ce cas, en migrant sous la peau, les larves créent un dermographisme

3. Myiase sous-cutanée

Des tumeurs profondes et douloureuses apparaissent et disparaissent au bout de quelques jours. Cependant, elles peuvent rapidement réapparaître jusqu’à ce que la dernière tumeur se transforme en ulcère et laisse sortir la larve.

4. Myiase cavitaire

Il s’agit de la forme la plus destructive de myiase. Elle s’attaque effectivement à l’ensemble de la tête, principalement aux sinus paranasaux et au conduit auditif externe.

Le terme de myiase cavitaire vient du fait qu’elle forme de grands puits détruisant les tissus, les cartilages et les os. Elle peut même entraîner la mort du patient. Une fois qu’elle a pénétré dans les os du crâne, elle peut atteindre le cerveau, provoquer une inflammation et même des saignements et des hémorragies.

Traitement, diagnostic et prévention

Des mouches sur une surface.

Le diagnostic de la myiase se base sur le cadre clinique. Parfois, une échographie est recommandée pour faciliter le diagnostic et procéder au traitement.

Dans le cas des ulcères, le traitement s’effectue avec de l’eau et du savon, des antiseptiques topiques ainsi que des antibiotiques oraux. S’il s’agit d’une myiase furonculeuse, on applique du vernis à ongle ou de la vaseline pour boucher l’ouverture de la peau. En général, les larves sortent spontanément au bout de 24 heures.

Si les larves meurent avant de sortir, elles sont plus difficiles à retirer et occasionnent souvent une réaction inflammatoire intense. Il faut donc être très attentif à l’extraction totale des larves.

D’autre part, le médicament ivermectine, administré par voie orale ou topique, peut tuer la larve ou la faire sortir. De plus, l’usage de répulsifs est utile pour empêcher que les moustiques porteurs de larves de mouches les déposent.

Enfin, voici un certain nombre de mesures pour prévenir l’infection par les larves de mouche :

  • Fermer les fenêtres et les portes à la tombée de la nuit.
  • Placer des filets ou des moustiquaires sur les fenêtres.
  • Eviter d’avoir de la nourriture, des poubelles ou des liquides accumulés dans la maison.
  • Utiliser des répulsifs à moustiques, en particulier dans les régions les plus touchées par cette maladie.

En outre, dans les régions tropicales, il est recommandé de repasser tous les habits avant de les porter, surtout s’ils ont séché à l’extérieur de la maison. Car ils peuvent parfois contenir des œufs de mouches.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les principales maladies transmises par les moustiques
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Les principales maladies transmises par les moustiques

Les maladies transmises par les moustiques constituent actuellement un grave problème de santé publique dans différents pays. Découvrez-les.



  • Franquelo Morales, P., García Mateos, D., & Panadero Sánchez, A. (2009). Miasis cutánea. FMC Formacion Medica Continuada En Atencion Primaria. https://doi.org/10.1016/S1134-2072(09)70108-2
  • Forero, E. (2011). Miasis en salud pública y salud pública veterinaria. Revista Sapuvet de Salud Pública.
  • Pastor, C., Briceño, G., & Schafer, F. (2013). Miasis cutánea forunculosa causada por Dermatobia hominis. Revista Medica de Chile. https://doi.org/10.4067/S0034-98872013000800018