Nodules mammaires : pourquoi apparaissent-ils ?

27 octobre 2020
Avez-vous déjà senti des nodules dans vos seins ? Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi elles apparaissaient ou de quoi il s'agissait ? Ne vous inquiétez pas ! Il s'agit très probablement d'une maladie bénigne.

Le cancer du sein est l’une des maladies les plus redoutées par les femmes de tous âges. Il n’est donc pas surprenant que certaines s’alarment à la vue de bosses ou de nodules dans les seins. Cependant, dans la plupart des cas, ils sont bénins. Mais pourquoi apparaissent-ils ? Nous allons tout vous expliquer dans la suite de cet article.

Tout d’abord, il est important de préciser que les seins sont composés de différents types de tissus. Ainsi, nous pouvons trouver des parties glandulaires, adipeuses et conjonctives, de sorte qu’il est courant de ressentir des masses ou des bosses sans aucune altération dans le sein.

Que sont les nodules mammaires ?

C’est un motif fréquent d’inquiétude dans les consultations gynécologiques, car la palpation d’un nodule suscite l’intrigue et l’inquiétude. Les nodules mammaires sont des lésions profondes dont la texture est différente de celle du tissu environnant et dont le diamètre est variable.

De plus, cette lésion ne présente aucune modification tout au long du cycle menstruel et génère généralement une asymétrie par rapport au sein controlatéral. Parfois, les bosses peuvent être douloureuses et s’accompagner d’une sorte de sécrétion par le mamelon.

Beaucoup de gens associent les grosseurs au cancer du sein. Cependant, des études ont montré que dans plus de 80 % des cas, elles sont bénignes. Beaucoup d’entre elles peuvent même être générées par des changements hormonaux produits par le cycle menstruel ou pendant l’allaitement.

Une femme palpant son sein.
Bien que la douleur au sein puisse accompagner l’existence d’une grosseur, ce n’est pas un signe de cancer dans l’immédiat.

Types de nodules mammaires

Aujourd’hui, il existe de nombreuses maladies capables de générer ce type de lésions mammaires. Cependant, pour faciliter leur étude, il est commode de les diviser en deux groupes : les bénins et les malins.

Nodules bénins

Les grosseurs bénignes du sein sont celles qui présentent un faible risque de développer un cancer du sein ou qui ne sont pas indicatives d’une maladie. En ce sens, on trouve à la palpation une grosseur mobile, aux bords définis, douce, douloureuse et avec peu d’altérations de la peau.

Parmi les causes les plus fréquentes de ce type de lésion, on peut citer les suivantes

Nodules malins

Dans la plupart des cas, les nodules mammaires malins sont formés à partir de lésions bénignes devenues malignes, générant ainsi un carcinome. Ainsi, à la palpation, la grosseur sera dure, avec des bords irréguliers, immobile, non douloureuse et avec des altérations de la peau ou du mamelon.

Ce type de masses est plus fréquent chez les femmes de près de 40 ans et en leur présence, plusieurs examens complémentaires doivent toujours être effectués pour un diagnostic correct. Il peut s’agir d’une échographie mammaire, d’une mammographie ou d’une biopsie.

Vous pourriez être intéressé par : Mammographie, avantages et risques

Causes possibles des nodules mammaires

Nous avons mentionné certaines des pathologies qui peuvent générer ce type de blessure. Cependant, il est temps d’approfondir les 3 causes les plus courantes. Toutes nécessitent une approche médicale.

1. Abcès mammaires

Cette pathologie est fréquente chez les jeunes femmes enceintes ou qui allaitent. Les abcès mammaires apparaissent comme des masses très douloureuses avec des modifications inflammatoires locales. Ainsi, la zone peut être rouge, agrandie et chaude au toucher.

La lésion est le résultat d’une infection bactérienne et commence généralement par une mastite. Lorsqu’elle n’est pas traitée par des antibiotiques, une surinfection se produit et un liquide purulent s’accumule, ce qui conduit à l’abcès.

Le traitement des abcès du sein n’est pas différent de celui des abcès qui apparaissent dans d’autres parties du corps. En ce sens, en fonction de leur taille, le fluide qu’ils contiennent peut être drainé. Bien qu’ils soient très douloureux, leur évolution est favorable et disparaît généralement en quelques semaines

2. Kystes mammaires

Les kystes sont la cause la plus fréquente de la formation de grosseurs dans les seins. En fait, on estime que 90 % des femmes en ont. Ce type de malformation est fréquent chez les jeunes entre 20 et 40 ans. Bien que sa cause ne soit pas bien déterminée, il y aurait une influence hormonale.

Ce sont des accumulations de liquides contenues dans une capsule de consistance molle, mobile, de taille variable et qui peut devenir bilatérale. Contrairement aux abcès mammaires, le liquide ne sera pas infecté, donc il n’y aura pas de changements inflammatoires.

Certains kystes mammaires peuvent être douloureux et provoquer une mastalgie pendant les menstruations. Bien qu’il n’existe pas d’études qui relient cette altération au risque de souffrir d’un cancer du sein, il est conseillé d’effectuer un contrôle constant?

À l’heure actuelle, il n’existe pas de traitement spécifique pour cette lésion. Si les kystes génèrent beaucoup de gêne ou s’ils sont de grande taille, le spécialiste peut recommander de les drainer, mais ils risquent de réapparaître.

Lire aussi : Traitements utilisés pour combattre les kystes des seins

3. Adénofibrome

L’adénofibrome est une bosse bénigne qui se forme lorsque la glande mammaire se développe de façon irrégulière. Elle est souvent confondue avec une grosseur maligne car elle est dure, indolore, mobile et peut se développer avec le temps.

Trois types d’adénofibromes sont décrits : les simples, les complexes et les géants. Les premières sont les tumeurs de moins de 5 centimètres dans lesquelles toutes les cellules qui la constituent ont des caractéristiques similaires. En d’autres termes, il n’y a pas de risque de malignité.

D’autre part, les adénofibromes complexes présentent un certain degré d’atypie cellulaire, c’est-à-dire que les cellules ont commencé à varier les unes par rapport aux autres. Cependant, selon l’American Cancer Society, le risque de développer un carcinome à partir de cette tumeur du sein n’augmente pas de manière significative.

Enfin, les géants sont ceux qui dépassent 5 centimètres de diamètre. Dans la plupart des cas, ce type de bosse disparaît avec le temps. Seule une surveillance constante sera nécessaire pour détecter tout changement de taille.

Dans les cas extrêmes, lorsque l’adénofibrome est trop important ou gênant, une ablation chirurgicale peut être effectuée. Cependant, comme les kystes du sein, ils peuvent se reproduire.

Une mammographie chez une femme.
Des méthodes d’imagerie complémentaires sont envisageables.

Recommandations en présence d’un nodule mammaire

Comme vous pouvez le constater, le fait de sentir une grosseur dans le sein n’est pas synonyme de cancer. Il s’agit très probablement d’une grosseur bénigne qui ne met pas la vie en danger. Cependant, il est important de se rendre chez le médecin et de faire tous les tests appropriés pour avoir un diagnostic précis.

En outre, toutes les femmes devraient procéder à un auto-examen des seins au moins une fois par mois. Ce sera le seul moyen de connaître l’anatomie des seins afin que toute anomalie puisse être détectée à temps.

  • Jiménez VX, Rivera HM, García RFM, et al. Nódulo mamario palpable. Abordaje diagnóstico. Revista del Hospital Juárez de México. 2011;78(1):35-40.
  • Gallego G. Nódulo palpable de mama. Revista Colombiana de Obstetricia y Ginecología. 2005;56(1):82-1.
  • Aznar F, Cortadellas T, Xercavins J. Patología benigna de la mama II: Tumores benignos de mama. Fundamentos de Ginecología. Sociedad Española de Ginecología y Obstetricia SEGO. 2005:483-92.
  • Bajo Arenas J, Melchor Marcos J, Mercé Alberto L. Fundamentos de Ginecología (SEGO). Sociedad Española de Ginecología y Obstetricia; 2009.
  • Gallego G. Nódulo Palpable de Mama. Revista de Colombiana de Obstetricia y Ginecología. 2005;56(1):82-91.
  • Kosir M. Tumoraciones mamarias (nódulos de mama) – Ginecología y obstetricia – Manual MSD versión para profesionales [Internet]. Manual MSD versión para profesionales. 2019.
  • Gallardo, María García, et al. “Lesiones papilares intraductales mamarias: nuestra experiencia 2007-2017.” Revista de Senología y Patología Mamaria 33.3 (2020): 88-93.
  • Mendoza Salazar, Jennifer Vanessa. Nivel de asociación entre nódulos mamarios en adolescentes y su menarquía. Diss. Universidad de Guayaquil. Facultad de Ciencias Médicas. Carrera de Medicina, 2018.
  • Delgado, S., et al. “Mastitis infecciosas durante la lactancia: un problema infravalorado (I).” Acta Pediatr Esp 67.2 (2009): 77-84.
  • Loke, Benjamin Nathanael, et al. “Genetics and genomics of breast fibroadenomas.” Journal of Clinical Pathology 71.5 (2018): 381-387.
  • Rodríguez López, Pilar, et al. “Fibroadenoma gigante juvenil de mama: Presentación de un caso clínico.” Revista chilena de obstetricia y ginecología 85.4 (2020): 376-382.