Nux vomica : à quoi sert-il et comment l'utilise-t-on ?

Nux vomica a été utilisé pour traiter des problèmes d'estomac, des gueules de bois et des douleurs menstruelles. Découvrez s'il existe des preuves scientifiques qui confirment ces bénéfices.
Nux vomica : à quoi sert-il et comment l'utilise-t-on ?

Dernière mise à jour : 09 mars, 2021

Le Strychnos nuxvomica est un arbre de taille moyenne aux feuilles pérennes, originaire de Chine, de Thaïlande, d’Inde orientale et d’Australie. Sa graine, aussi connue sous le nom de noix vomique ou nux vomica, est utilisée en tant que remède naturel pour traiter certains troubles et symptômes divers.

La dysfonction érectile, la constipation, la migraine, les ballonnements et l’anxiété sont quelques-uns des problèmes de santé pour lesquels on utilise traditionnellement Nux vomica. Néanmoins, il n’existe actuellement aucune preuve scientifique qui vienne appuyer ces utilisations.

Cette graine est venimeuse quand elle est crue. Cela est dû au fait qu’elle contient un alcaloïde du nom de strychnine qui, dans certains cas, s’utilise comme poison pour les rats. Elle peut donc être dangereuse, mais on peut la retrouver sur le marché sous forme de comprimés ou de poudre.

Bénéfices de Nux vomica

Selon les témoignages de certaines personnes, Nux vomica a des propriétés anti-inflammatoires ; on l’utiliserait pour traiter l’asthme, les rhumatismes et les hémorroïdes. Selon une étude sur des animaux réalisée par American-Eurasian Journal of Sustainable Agriculture, Nux vomica pourrait être efficace pour traiter l’inflammation.

Ces graines contiennent aussi des antioxydants et elles pourraient donc combattre les radicaux libres qui endommagent les cellules du corps. Par ailleurs, on pense qu’elles ont des propriétés antiseptiques mais cela requiert davantage d’études.

Selon une étude effectuée sur des souris par Phytotherapy Research, les alcaloïdes de Nux vomica pourraient inhiber la croissance de certaines cellules cancéreuses, comme celles du cancer du côlon. Néanmoins, il faut davantage d’études à ce sujet et on ne peut pas considérer cela comme un traitement de premier choix en oncologie.

De son côté, une étude publiée dans le Journal of Ethnopharmacology a proposé l’idée selon laquelle ces graines pourraient stopper la croissance des cellules cancérigènes du foie humain. Encore une fois, il n’y a pas assez d’études à ce sujet pour confirmer cette théorie.

Beaucoup de personnes utilisent Nux vomica pour traiter diverses affections. C’est le cas des maux de dos, de la constipation, des douleurs menstruelles, de l’impuissance et de l’infertilité masculine. Cette graine a aussi un usage anecdotique pour les migraines, l’anxiété et l’insomnie.

Néanmoins, Nux vomica manque d’évidences scientifiques qui confirment de tels bénéfices. On vous recommande donc de consulter un médecin avant d’en prendre.

Enfin, une étude avec des souris réalisée par le Journal of Alternative and Complementary Medicine a suggéré que Nux vomica pouvait aider dans le traitement de troubles liés à la consommation d’alcool. Cependant, pour le moment, les effets sur des patients alcooliques humains n’ont pas été testés.

Alcoolisme chez un homme.

Même si des essais ont été effectués avec cette substance pour le traitement de l’alcoolisme, il n’y a pas d’évidences confirmant son utilisation pour des humains.

Lisez aussi : Trouble de l’insomnie : causes et traitement

Comment s’utilise Nux vomica ?

Les suppléments de Nux vomica sont en vente libre. Ils peuvent s’acquérir dans des boutiques d’aliments naturels sous formes de comprimés ou en poudre. Chaque fabricant gère des doses et des instructions variées car, étant donné que cette graine manque d’appui scientifique, on n’a pas idée de la quantité exacte nécessaire.

Il est donc recommandé, avant d’en consommer, d’aller consulter un médecin. Il ne faut pas se laisser guider par l’étiquette du produit. Par ailleurs, si vous êtes intolérant au lactose, vous devez regarder si elle a été fabriquée avec des produits laitiers car il existe des formules qui n’en contiennent pas.

Selon certains fabricants, ce produit a une date de péremption de trois ans si on le conserve dans des endroits secs et à l’abri de la lumière.

Possibles risques de sa consommation

Nux vomica est considérée comme une graine non sûre pour la consommation humaine. On pense qu’ingérer 30 milligrammes ou plus de ce produit peut causer des effets secondaires graves, qui incluent les suivants :

  • Raideur dans le dos et le cou.
  • Anxiété.
  • Nausées et convulsions.
  • Spasmes dans les muscles de la mandibule.
  • Insuffisance hépatique.

The National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH pour ses sigles en anglais) qualifie Nux vomica de dangereuse en raison de ses graves effets secondaires neurologiques. Il est donc recommandé de ne jamais utiliser de produits qui contiennent cette graine sans d’abord consulter un médecin. Surtout si on l’emploie pour traiter la dysfonction érectile.

Qui devrait l’éviter ?

Même si Nux vomica n’est recommandée à personne, il existe un risque plus élevé d’augmentation des effets secondaires toxiques chez certaines personnes. Il est donc essentiel d’éviter sa consommation dans les cas suivants :

  • Femmes enceintes ou nourrissons. Cette graine cause de graves dommages, aussi bien à l’enfant qu’à la mère.
  • Patients atteints de maladie hépatique. Nux vomica peut faire empirer et même provoquer des dommages au foie car la graine contient de la strychnine.
Un foie en image.

Le foie peut être affecté par Nux vomica car la strychnine a un potentiel toxique qui s’associe à l’insuffisance hépatique.

Découvrez aussi : Comment protéger la santé de votre foie ?

Que retenir au sujet de Nux vomica ?

Nux vomica est originaire d’Australie, de Thaïlande, de Chine et d’Inde orientale. On l’utilise traditionnellement pour traiter diverses affections comme la dysfonction érectile, l’anxiété, la constipation, les douleurs menstruelles et les migraines.

Néanmoins, dans l’actualité, il n’y a pas suffisamment d’études scientifiques qui confirment ces bénéfices. Bien au contraire, cette graine pourrait générer des effets secondaires graves si on l’ingérait à hautes doses.

Prenez bien en compte que chaque fabricant gère des doses et des instructions différentes. Il n’est donc pas conseillé de se laisser guider par les indications sur l’étiquette du produit. Elles n’ont pas de certificat de santé.

Tout le monde doit éviter sa consommation, mais plus particulièrement les femmes enceintes, les nourrissons, les enfants et les personnes qui souffrent de maladies hépatiques. Avant d’ingérer Nux vomica, veillez à consulter un médecin.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les bienfaits de la noix de muscade selon la science
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Les bienfaits de la noix de muscade selon la science

La noix de muscade possède des propriétés analgésiques, anti-inflammatoires et antioxydantes. Néanmoins, à forte dose, elle peut être nuisible.



  • Chaurasia, S. (2009). Anti-inflammatory and Antioxidant Activity of Strychnos nux vomica Linn. American-eurasian journal of sustainable agriculture, 3(2), 244–252.
  • Ren, H., Zhao, J., Fan, D., Wang, Z., Zhao, T., Li, Y., Zhao, Y., Adelson, D., & Hao, H. (2019). Alkaloids from nux vomica suppresses colon cancer cell growth through Wnt/β-catenin signaling pathway. Phytotherapy research : PTR, 33(5), 1570–1578. https://doi.org/10.1002/ptr.6347
  • Deng, X. K., Yin, W., Li, W. D., Yin, F. Z., Lu, X. Y., Zhang, X. C., Hua, Z. C., & Cai, B. C. (2006). The anti-tumor effects of alkaloids from the seeds of Strychnos nux-vomica on HepG2 cells and its possible mechanism. Journal of ethnopharmacology, 106(2), 179–186. https://doi.org/10.1016/j.jep.2005.12.021
  • Sukul, N. C., Ghosh, S., Sinhababu, S. P., & Sukul, A. (2001). Strychnos nux-vomica extract and its ultra-high dilution reduce voluntary ethanol intake in rats. Journal of alternative and complementary medicine (New York, N.Y.), 7(2), 187–193. https://doi.org/10.1089/107555301750164280
  • The National Institute for Occupational Safety and Health [Updated October 30, 2019]. Strychnine. Available from: https://www.cdc.gov/niosh/npg/npgd0570.html