Pancréatite aiguë : symptômes, causes et traitement

12 décembre 2019
La pancréatite aiguë peut être traitée et soulagée dans la plupart des cas. Cependant, lorsque des complications surviennent ou que la condition est très grave, la situation devient beaucoup plus dangereuse et peut même entraîner la mort.

La pancréatite aiguë est une inflammation soudaine du pancréas. Habituellement, après cet épisode, la fonction de la glande se rétablit complètement. Ce type d’épisode est le plus fréquent chez les personnes dans la cinquantaine et la soixantaine.

Toute personne en bonne santé peut avoir un épisode de pancréatite aiguë. Le plus souvent, cependant, cela se produit chez les personnes dont l’état de santé les prédispose à la pancréatite. Le facteur de risque le plus courant est les calculs biliaires.

Un autre facteur qui peut causer une pancréatite aiguë est la consommation d’alcool, lorsqu’il est ingéré en grande quantité ou de façon très assidue. De mauvaises habitudes alimentaires influent également sur l’apparition de cette maladie.

Qu’est-ce qu’une pancréatite aiguë ?

Un pancréas touché par la pancréatite aiguë

La pancréatite est une inflammation du pancréas. C’est une glande située dans la partie supérieure de l’abdomen, derrière l’estomac. Elle produit des enzymes, qui contribuent au processus digestif, et des hormones, qui aident à réguler la transformation du sucre ou du glucose.

Il existedeux types de pancréatite :

  • La pancréatite aiguë : pancréatite qui survient soudainement et ne dure que quelques jours
  • La pancréatite chronique : pancréatite qui demeure active pendant plus de six mois

De son côté, la pancréatite aiguë peut être grave, modérée ou légère, selon son effet sur les fonctions corporelles et les complications. En général, lorsque la pancréatite est légère ou modérée, elle n’a généralement pas de conséquences fatales. Cependant, s’il est grave, le risque de décès est élevé.

Causes

Les principales causes de pancréatite aiguë sont les suivantes :

  • Calculs biliaires : Environ 40 % des cas. Bien que le mécanisme complet ne soit pas clair, on suppose que les calculs obstruent le canal pancréatique et provoquent l’activation du processus enzymatique dans le pancréas. Cela entraîne la destruction des tissus de l’organe
  • Consommation d’alcool : correspond à environ 30% des cas. La consommation systématique d’alcool, même modérée, entraîne une pancréatite chronique après quelques années. Elle n’apparaît pas chez tous les buveurs, mais d’autres facteurs doivent concourir pour qu’elle soit déclenchée
  • Autres facteurs : une mutation génétique a été détectée dans le gène du trypsinogène cationique qui provoque une pancréatite aiguë chez 80% des porteurs. C’est également une complication qui apparaît dans 5-10% des cas où une cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique (CPRE) est réalisée

Voir aussi : 10 effets immédiats de l’alcool sur la santé

Symptômes de la pancréatite aiguë

Un pancréas modélisé

Le symptôme typique d’une pancréatite aiguë est la douleur dans l’abdomen. Elle est présente dans plus de 95% des cas. En temps normal, elle présente une intensité modérée à sévère et on la vit comme un poignard qui traverse le dos. L’immobilité est la seule à même de procurer un soulagement. Cette douleur apparaît soudainement, à un moment précis.

Chez 80 % ou 90 % de ceux qui ont un épisode de cette nature, des nausées et des vomissements apparaissent également. D’abord, ils sont alimentaires, puis ils deviennent bilieux ou aqueux. La distension abdominale et la fièvre sont également fréquentes.

Dans certains cas, d’autres symptômes apparaissent, notamment une insuffisance respiratoire ou rénale, une insuffisance cardiaque, une hypotension artérielle et des altérations mentales. Dans le cas d’une pancréatite légère, la douleur est beaucoup plus modérée et les autres symptômes peuvent passer inaperçus.

Vous pourriez être intéressé par : Les 10 symptômes de l’insuffisance rénale

Traitement

On traite habituellement de type d’épisodes à l’hôpital. Tout d’abord, le jeûne commence pendant un ou deux jours. Lorsque l’inflammation s’estompe, on commence une diète liquide puis une diète molle. Des analgésiques et des liquides intraveineux sont également administrés pour prévenir la déshydratation.

Après la prise en charge initiale, il faut suivre un traitement spécifique, selon la cause de la pancréatite. Il peut s’agir d’interventions visant à débloquer les voies biliaires, d’une chirurgie de la vésicule biliaire, d’une chirurgie du pancréas ou d’un traitement contre l’alcoolisme.

Il est conseillé à la personne atteinte, après avoir surmonté l’épisode, de suivre un régime pauvre en graisses et riche en liquides. Également, il est conseillé d’arrêter de boire de l’alcool et d’éviter de fumer.

Le pronostic dépend de la gravité de l’épisode. Il est moins encourageant si la personne atteinte a plus de 60 ans, a d’autres problèmes de santé, est obèse, présente des symptômes d’hypovolémie, un syndrome de réponse inflammatoire systémique (SRIS), un épanchement pleural ou montre des signes de changements dans son état mental.

 

  • Sánchez, A. C., & Aranda, J. A. G. (2012). Pancreatitis aguda. Boletín médico del Hospital Infantil de México, 69(1), 3-10.
  • Salvador Moreno, E., & Ramírez Paesano, C. (2016). Pancreatitis aguda. DOLOR. https://doi.org/10.1016/j.med.2016.03.018
  • Carneiro, M. C., Antônio, V. E., Siqueira-Batista, R., De Albuquerque, A. K. A. C., Gomes, A. P., Santos, S. S., & Nacif, M. S. (2008). Pancreatite aguda. Revista Brasileira de Medicina. https://doi.org/10.11606/issn.1679-9836.v49i2p93-119