Perche : valeur nutritionnelle, bienfaits et controverses pour sa consommation

Les poissons sont généralement des aliments de qualité. Mais tous ne sont pas recommandés. Nous allons parler de la perche, une option bon marché avec peu de valeur nutritive.
Perche : valeur nutritionnelle, bienfaits et controverses pour sa consommation
Saúl Sánchez Arias

Rédigé et vérifié par le nutritionniste Saúl Sánchez Arias.

Dernière mise à jour : 24 septembre, 2022

La perche est un poisson importé du continent africain et généralement choisi pour son petit prix. Cependant, sa qualité nutritionnelle n’est pas très bonne et même sa consommation peut comporter une série de risques. Nous allons vous parler des caractéristiques de cet aliment et pourquoi il existe de meilleures options disponibles, également à un coût assez abordable.

Avant de commencer, il convient de noter que la présence de poisson dans la ligne directrice est recommandée par presque tous les experts en nutrition. Ces aliments qui se caractérisent par la concentration de protéines de haute valeur biologique et d’acides gras de bonne qualité. Ils peuvent également fournir des micronutriments essentiels, parmi lesquels se distinguent des minéraux tels que l’iode.

Valeur nutritionnelle de la perche

D’un point de vue nutritionnel, la perche apporte peu de calories, à peine 90 pour 100 grammes. Pour cette raison, il est généralement inclus dans le cadre de régimes hypocaloriques visant à la perte de poids.

Seuls 5 % sont des matières grasses. Bien entendu, le profil lipidique de l’aliment n’a rien à voir avec celui des autres poissons, comme c’est le cas du saumon. Les acides gras de la série oméga 3 sont rares, éléments dont il a été démontré qu’ils contrôlent l’inflammation dans l’environnement interne.

Poisson pour accompagner les asperges de mer.
La perche n’est pas un poisson remarquable sur le plan nutritionnel.

Bien sûr, les protéines sont plus importantes dans la perche. Elles représentent 12 % des calories totales. Elles ont une haute valeur biologique, leur digestibilité est donc assurée.

De plus, tous les acides aminés essentiels sont présents à l’intérieur, ce qui est décisif pour éviter le développement de pathologies affectant la masse maigre. A minima, il faut assurer une consommation de 0,8 gramme de protéines par kilo de poids par jour chez les personnes sédentaires, selon une étude publiée dans les Annals of Nutrition & Metabolism.

Dans tous les cas, la concentration en protéines est encore inférieure à celle d’autres poissons, comme la bonite ou le thon. On pourrait parler d’environ 20 % d’énergie provenant de ces nutriments, une valeur qui aidera à répondre aux besoins quotidiens. Dans le cas des athlètes, il a été démontré que les exigences peuvent facilement doubler ou tripler.

L’iode de la perche peut être mis en valeur, celui-ci étant un minéral indispensable au bon fonctionnement de la glande thyroïde. Cependant, il existe de nombreux autres produits marins qui apportent à cet élément un profil nutritionnel beaucoup plus adéquat. Par conséquent, ce n’est pas non plus une raison d’inclure régulièrement la perche dans l’alimentation.

Polluants dans la perche

Perche : valeur nutritionnelle, bienfaits et controverses pour sa consommation
Comme les autres poissons, la perche peut être contaminée par des métaux lourds.

En plus de sa valeur nutritionnelle inférieure par rapport aux autres poissons, la perche peut contenir des contaminants à l’intérieur. Quelque chose de similaire arrive au pangasius, un autre aliment de mauvaise qualité choisi principalement pour son prix modique.

La vérité est que la consommation de certains métaux lourds comme le mercure endommagerait les connexions neuronales, générant ainsi un plus grand risque à moyen terme de développer des pathologies neurodégénératives.

Il est vrai que la perche doit passer par une série de processus de qualité pour parvenir aux poissonniers afin de s’assurer qu’il s’agit d’un produit comestible, mais cela ne signifie pas que la concentration de microplastiques ou de métaux lourds est plus élevée que les autres fruits de mer. Il vaut mieux payer un peu plus et se procurer un aliment à haute valeur nutritive qui peut aider à couvrir les besoins quotidiens.

Par exemple, les poissons tels que les coquelets ou les lys sont également bon marché et ont un profil beaucoup plus élevé. Non seulement ils apportent plus de protéines et de minéraux de qualité, mais ils contiennent également des acides gras de la série oméga 3, éléments indispensables pour maintenir une bonne santé au fil des années. D’autre part, il est essentiel de souligner qu’il est préférable, dans la mesure du possible, de consommer du poisson sauvage plutôt que des versions d’élevage, car dans ce cas, la proportion de lipides serait altérée.

La perche, un poisson peu nutritif

Comme vous l’avez vu, la perche est un poisson de faible qualité nutritionnelle. On peut le trouver dans de nombreux supermarchés frais et surgelé, mais ce n’est pas une option à trop prendre en compte.

Il n’apporte pas une quantité suffisante de lipides insaturés et de protéines. Il pourrait même être une source de certains polluants ou métaux lourds, faisant que les risques l’emportent sur les bénéfices par rapport à sa consommation.

Pour finir, notons que la perche n’est pas le seul produit de la mer à éviter. Le panga est un autre aliment assez courant dans certaines zones commerciales qui n’est pas du tout recommandé.

La même chose se produit un peu en ce qui concerne les nutriments, avec la particularité que la concentration en éléments toxiques pourrait être encore plus élevée. En effet, de nombreuses chaînes ont refusé de le commercialiser pour préserver la santé des consommateurs.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le chinchard, un poisson aux valeurs nutritives importantes
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Le chinchard, un poisson aux valeurs nutritives importantes

Le chinchard est un poisson important pour la santé en raison de sa concentration en protéines et en acides gras de qualité.



  • Calder PC. Omega-3 fatty acids and inflammatory processes: from molecules to man. Biochem Soc Trans. 2017;45(5):1105-1115. doi:10.1042/BST20160474
  • Richter M, Baerlocher K, Bauer JM, et al. Revised Reference Values for the Intake of Protein. Ann Nutr Metab. 2019;74(3):242-250. doi:10.1159/000499374
  • Jäger R, Kerksick CM, Campbell BI, et al. International Society of Sports Nutrition Position Stand: protein and exercise. J Int Soc Sports Nutr. 2017;14:20. Published 2017 Jun 20. doi:10.1186/s12970-017-0177-8