Périménopause : symptômes et traitement

9 mai 2020
La périménopause ne doit pas être une période problématique pour les femmes. Il s'agit de la phase de transition entre la vie fertile et l'arrêt définitif du cycle menstruel.

La périménopause est un terme qui signifie littéralement « autour de la ménopause ». Il fait référence à la période de transition qui précède la ménopause et qui marque la fin de la vie reproductive d’une femme. Ce stade est également connu sous le nom de « transition ménopausique ».

Par ailleurs, la période de la périménopause peut se situer à des âges différents. Certaines femmes commencent à avoir les premiers symptômes vers 30 ans, alors que d’autres les ressentent après l’âge de 40 ans. Voire même, certaines femmes vivent les premières manifestations à partir de 50 ans.

Parfois, on confond la périménopause avec la pré-ménopause. Ce sont pourtant deux concepts différents. Techniquement parlant, la pré-ménopause correspond à l’étape préalable à la ménopause. En revanche, la périménopause comprend la phase précédant immédiatement la ménopause.

Qu’est-ce que la périménopause ?

En général, on définit la périménopause comme la phase reproductive la plus proche de la ménopauseElle débute lorsque les niveaux d’hormones chez une femme commencent à baisser, et se termine quand le cycle menstruel s’interrompt pendant plus de 12 mois.

Au cours de cette phase, les taux d’œstrogènes et de progestérones sont instables car ils montent et chutent continuellement. Cela génère un ensemble de symptômes, aussi bien physiques que psychologiques. Cette instabilité se poursuit jusqu’à l’arrêt définitif des menstruations. C’est le cas jusqu’à une année d’arrêt après les dernières menstruations.

D’autre part, certains facteurs peuvent précipiter l’apparition de la périménopause. En effet, on estime que les femmes qui fument la vivent un an ou deux plus tôt que la normale. De même, les antécédents familiaux, ainsi que certains traitements pour le cancer ou l’hystérectomie, peuvent avancer l’âge de la périménopause.

Une femme en plein périménopause qui se rafraîchit avec un éventail

Lisez également : Le rôle de l’alimentation pour soulager les symptômes de la ménopause

Symptômes de la périménopause

Le principal symptôme de la périménopause est l’irrégularité des menstruationsLes cycles peuvent être plus courts, ou plus longs. Ou simplement ne pas se présenter pendant un mois voire plus. De même, les règles sont parfois plus abondantes, et d’autres fois plus légères.

Voici d’autres symptômes caractéristiques de cette étape :

  • Bouffées de chaleur : poussées subites de la chaleur qui montent de la poitrine à la tête
  • Sueurs nocturnes
  • Difficultés pour dormir
  • Sécheresse des muqueuses : en particulier la sécheresse vaginale
  • Dyspareunie : douleur pendant les relations sexuelles
  • Sautes d’humeur
  • Problèmes ou infections urinaires
  • Augmentation de la graisse corporelle, principalement autour de la taille
  • Désintérêt sexuel
  • Ostéoporose : perte de la masse osseuse

La science ne sait pas exactement l’origine des bouffées de chaleur. En revanche, on sait que l’eau chaude, les aliments chauds ou épicés, l’alcool et la caféine augmentent ces épisodes. Par ailleurs, les changements d’humeur sont dus à l’instabilité hormonale, mais également à la prise de conscience d’être plus âgée ou en fin de vie fertile.

Une femme en âge de périménopause chez le médecin

Découvrez aussi : Les bouffées de chaleur à la ménopause : que faire ?

Traitements disponibles

La périménopause ne nécessite pas de traitement si la femme tolère bien les symptômes. Si ce n’est pas le cas, il existe une ou plusieurs mesures à prendre :

  • Thérapie de substitution hormonale : il s’agit essentiellement de l’administration d’œstrogènes systémiques. Il est fondamental que la thérapie soit accompagnée par un professionnel et que les risques et bienfaits associés soient évalués
  • Œstrogène vaginal : une variante de l’œstrogène est utilisée localement au moyen d’une crème. Cela tente de réparer la sécheresse vaginale. Elle aide également à soulager les douleurs pendant les relations sexuelles et contribue à modérer les symptômes urinaires
  • Gabapentine : bien que ce médicament s’utilise surtout pour les convulsions, il s’est démontré efficace pour réduire les bouffées de chaleur
  • Antidépresseurs : ils sont administrés pour diminuer les bouffées de chaleur ainsi que pour stabiliser l’humeur

Conseils supplémentaires…

De nombreuses femmes gèrent parfaitement leurs symptômes sans avoir recours aux traitements pharmacologiques. Effectivement, un mode de vie sain aide considérablement à réduire les inconforts et contribue à maintenir une bonne humeur.

En principe, il est recommandé de manger très sainement et de faire régulièrement de l’exercice. Il est également très conseillé de pratiquer la méditation. Certains exercices de respiration sont très efficaces pour contrôler les bouffées de chaleur, sans avoir besoin d’aller chez le médecin.

Enfin, l’acupuncture ainsi que la consommation de certaines infusions de plantes, se sont aussi révélées très efficaces dans ces cas. Il existe également des produits d’origine naturelle qui peuvent être utiles. Quoi qu’il en soit, il est préférable de consulter un médecin avant de mettre en place un traitement ou de recourir à des produits alternatifs.

 

Alvarado-García, A., Hernández-Quijano, T., Hernández-Valencia, M., Negrín-Pérez, M. C., Ríos-Castillo, B., Valencia-Pérez, G. U., … & Sánchez-Aguirre, F. (2015). Guía de práctica clínica Diagnóstico y tratamiento de la perimenopausia y la posmenopausia. Revista Médica del Instituto Mexicano del Seguro Social, 53(2), 214-225.