Les bouffées de chaleur à la ménopause : que faire ?

21 octobre 2019
La grande majorité des femmes souffrent de bouffées de chaleur à la ménopause. Ceci est probablement dû aux changements hormonaux qui se produisent pendant cette période. Dans la plupart des cas, la fréquence et l'intensité des bouffées de chaleur diminuent au fil des ans.

Les bouffées de chaleur pendant la ménopause sont des montées de chaleur rapides dans le corps. Il s’agit d’un symptôme courant chez les femmes qui traversent cette étape de leur vie. Cette manifestation inconfortable peut, dans de nombreux cas, durer plusieurs années et causer une gêne à ceux qui en souffrent.

Ces bouffées de chaleur ont souvent lieu pendant la nuit. Dans ce cas, on les appelle sueurs nocturnes et elles affectent souvent la qualité du sommeil. Bon nombre de femmes estiment que ce symptôme affecte notoirement leur vie quotidienne.

Selon plusieurs études scientifiques, les femmes noires et hispaniques ont tendance à souffrir plus longtemps des bouffées de chaleur de la ménopause que les femmes blanches et asiatiques. Si ces bouffées de chaleur sont bénignes, nul besoin de les traiter. D’autre part, lorsqu’elles sont sévères, elles exigent des mesures spéciales.

Les bouffées de chaleur à la ménopause

Les bouffées de chaleur à la ménopause peuvent être dérangeantes

Les bouffées de chaleur pendant la ménopause sont la principale raison de consultation médicale pendant cette étape. Elles commencent le plus souvent par une chaleur soudaine que l’on ressent d’abord sur le visage et la poitrine, puis qui se propage dans tout le corps.

Elles durent généralement entre deux et quatre minutes, et se produisent à tout moment, sans avertissement. Certaines femmes ont aussi des sueurs, des frissons et de petits tremblements à la fin de ces épisodes.

Il y a aussi des femmes qui ressentent des palpitations et un fort sentiment d’anxiété pendant les bouffées de chaleur de la ménopause. Elles se produisent habituellement une ou deux fois par jour, mais peuvent aussi se produire fréquemment, même une fois toutes les heures.

Généralement, ces bouffées de chaleur commencent avant la ménopause. Après la ménopause elle-même, elles durent en moyenne de cinq à sept ans, bien que leur intensité diminue avec le temps. Certaines femmes en ont depuis 10 ans.

Découverte : Tout savoir sur votre santé vaginale selon votre âge

Les causes des bouffées de chaleur pendant la ménopause

La science ne connaît pas la raison exacte des bouffées de chaleur à la ménopause. Cependant, on pense qu’elles sont dues aux variations hormonales soudaines qui surviennent à ce stade. Apparemment, la baisse du niveau d’œstrogène fait que le système vasomoteur du cerveau se comporte différemment. Cela affecte la température corporelle.

Il a également été établi que le stress émotionnel affecte l’intensité et la fréquence de ce phénomène. De plus, les repas copieux, la consommation d’alcool et le tabagisme ont une forte influence sur ces épisodes.

On estime que 80 % des femmes auront des bouffées de chaleur à la ménopause. Cependant, seulement une sur quatre en fera l’expérience intensément et fréquemment. Pour d’autres, ce sera un symptôme qui passera inaperçu ou qui pourra être géré à l’aide d’un simple éventail.

Comment gérer les bouffées de chaleur ?

Le médecin peut trouver un moyen d'apaiser les bouffées de chaleur à la ménopause

Le traitement médical pour la prise en charge des bouffées de chaleur pendant la ménopause se fait essentiellement avec des médicaments. Dans certains cas, une hormonothérapie consistant en l’ingestion d’œstrogènes est prescrite. Cependant, ce type de traitement comporte plusieurs risques. Il est donc important de faire soigneusement évaluer la situation par un médecin. L’hormonothérapie substitutive n’est pas recommandée pendant plus de deux ans.

Dans d’autres cas, un traitement antidépresseur à faible dose est recommandé. Il n’est pas aussi efficace que l’hormonothérapie pour contrôler les manifestations graves de ce phénomène. Il génère également plusieurs effets secondaires tels que vertiges, nausées, sécheresse de la bouche, gain de poids et diminution du désir sexuel.

Dans certains cas, on peut également prescrire des médicaments antiépileptiques pour soulager les symptômes chez certaines femmes. Depuis peu, on a recours à une procédure appelée « blocage des ganglions stellaires » pour les cas plus graves. Elle consiste en l’application d’une anesthésie dans plusieurs nerfs du cou. Son efficacité est prometteuse, mais n’a pas encore été entièrement démontrée.

Vous pourriez être intéressée par : Pourquoi est-il facile de grossir pendant la ménopause ? 8 conseils pour l’éviter

Informations complémentaires

Rien ne sert de nécessairement traiter les bouffées de chaleur à la ménopause par la pharmacologie. Dans la plupart des cas, quelques mesures à domicile suffisent. Elles ne sont que très rarement maintenues plus longtemps que prévu et nécessitent une gestion spécialisée.

Nous vous conseillons de maintenir une alimentation saine, en évitant les aliments épicés. Il faut éviter le café et l’alcool, ainsi que les aliments trop gras. La perte de poids est une mesure saine. La consommation de tabac n’est pas recommandée.

De plus, nous vous conseillons de porter des vêtements légers, des fibres naturelles et de bien aérer les pièces. De nombreux professionnels recommandent la pratique continue d’exercices de relaxation, comme le yoga ou le tai chi, car le stress est un facteur qui augmente ce phénomène.

 

  • Juliá, M. D., Ferrer, J., Allué, J., Bachiller, L. I., Beltrán, E., Cancelo, M. J., … & Mendoza, N. (2008). Posicionamiento de la Asociación Española para el Estudio de la Menopausia sobre el uso clínico de las isoflavonas en el climaterio. Progresos de obstetricia y ginecología, 51(3), 146-161.
  • Im EO. Ethnic differences in symptoms experienced during the menopausal transition. Health Care Women Int. 2009;30(4):339–355. doi:10.1080/07399330802695002
  • Morrow PK, Mattair DN, Hortobagyi GN. Hot flashes: a review of pathophysiology and treatment modalities. Oncologist. 2011;16(11):1658–1664. doi:10.1634/theoncologist.2011-0174
  • Freedman RR. Menopausal hot flashes: mechanisms, endocrinology, treatment. J Steroid Biochem Mol Biol. 2014;142:115–120. doi:10.1016/j.jsbmb.2013.08.010
  • Lugo T, Tetrokalashvili M. Hot Flashes. [Updated 2019 Apr 5]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2019 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK539827/